Le recel successoral par dissimulation volontaire de donations de la part des héritiers gratifiés

Publié le 17/02/2016 Vu 8 400 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le recel successoral peut-il être constitué dès lors que le défunt est à l’origine des donations déguisées ?

Le recel successoral peut-il être constitué dès lors que le défunt est à l’origine des donations dégui

Le recel successoral par dissimulation volontaire de donations de la part des héritiers gratifiés

Puisque le recel successoral n’est pas défini par le Code civil, la jurisprudence, au gré de ses décisions, a pu donner une définition générique de cette faute de nature civile. 

Ce dernier est donc constitué par un détournement des biens, des actifs ou des droits d’une succession par un héritier au détriment de ses cohéritiers

Il suppose concrètement la présence d’un acte matériel de recel et d’une intention de recel c’est à dire d’une intention frauduleuse de fausser les opérations de partage au détriment des autres héritiers. 

Dans le cadre de la présente affaire, les juges du fond n’avaient pas recherché si les éléments constitutifs du recel successoral étaient réunis pour l’écarter, ce qui a entraîné la censure de la Cour de cassation (Cass, civ, 1ère, 4 juin 2009, n° 08-15093).

En l’espèce, après son décès, un testateur a laissé plusieurs héritiers dont sa seconde épouse et les deux enfants issus de leur mariage ainsi qu’un enfant issu d’un premier lit. 

Ce dernier a contesté la validité du testament de son père qui instituait sa seconde épouse en tant que légataire de la quotité disponible la plus étendue. 

La loi prévoit en effet que certains héritiers comme les descendants ou le conjoint doivent obligatoirement recevoir une part des biens d’un défunt.

On parle de « réserve héréditaire »

Par ailleurs, avant son décès, une personne peut disposer librement en faveur du bénéficiaire de son choix (associations, membres de la famille, amis..) d’une part de son patrimoine : « la quotité disponible ». 

L’enfant issu du premier lit a donc assigné ses cohéritiers en justice arguant du fait que son père avait consenti des donations déguisées dans le cadre de l’acquisition de divers biens immobiliers au profit de sa seconde épouse et de leurs deux enfants. 

Elle souhaitait également que les primes de contrats d’assurance vie souscrits par le défunt au profit de sa seconde épouse soient rapportées à la succession en raison, notamment, du caractère manifestement exagéré desdites sommes et qu’il soit fait application de la sanction du recel successoral, à savoir la privation de la totalité des droits sur les biens ou valeurs objets du recel. 

La Cour d’appel a dans un premier temps débouté de ses demandes l’enfant issu du premier lit car « le recel ne peut être commis que par les héritiers et non par le de cujus et les indemnités résultant des contrats d'assurance-vie n'entrent pas dans la masse successorale ».

Cependant, la Cour de cassation a cassé et annulé la décision rendue par la Cour d’appel en jugeant que :

« la dissimulation volontaire par l'héritier gratifié des libéralités qui lui ont été consenties est constitutive d'un recel ».

Il résulte de cette décision que les juges sont tenus de rechercher si les éléments constitutifs du recel sont caractérisés.

Ils doivent ainsi vérifier s'il y a eu ou non détournement des actifs d'une succession par un héritier au détriment de ses cohéritiers, avant la réalisation du partage, comme la soustraction ou la dissimulation de biens dépendants de la succession tels les retraits de sommes d’un compte bancaire ou les donations consenties

Dans la présente affaire, les juges d’appel s’étaient contentés d’accueillir l’argumentaire des défendeurs sans rechercher si cette dissimulation volontaire était constitutive ou non d’un recel successoral. 

En statuant ainsi, les juges de cassation réaffirment le principe selon lequel il n’est pas nécessaire, pour que le recel existe et produise ses effets, qu’il ait eu pour auteur principal l’héritier contre lequel ces effets vont se produire. 

En effet, il suffit que l’héritier en ait été le complice

Même si le plus souvent, l’héritier est l’auteur principal de la fraude, il arrive aussi que le défunt soit le seul coupable et que l’héritier n’en soit que le complice. 

En l’espèce, le défunt avait consenti des donations déguisées à son épouse ainsi qu’à leurs deux enfants pour que ces derniers puissent acquérir des biens immobiliers. 

Si le défunt est le seul auteur de la fraude, il résulte des faits que les héritiers ont dissimulé de manière volontaire au moment du partage la gratification des libéralités qui leur avaient été consenties, de sorte que cette dissimulation volontaire par les héritiers était bien constitutive d’un recel successoral. 

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1435 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
02/03/2017 08:58

Ma mère a vendu à bas prix en 1993 un terrain à une de mes soeurs soit 1800 m2 à 21 euros alors qu il en valait le double soit 42 voire 47 euros selon une offre immobilière 2 mois avant.elle a préfère vendre à bas prix a ' la 4 ème de ses filles pour ne pas se fâcher avec elle. Le tgi n a pas voulu retenir l irregularite de la vente au motif que notre mere avait le droit de vendre moins cher à sa fille.....l offre de l agent immobilier de l époque
n'étant pas une preuve suffisante.pourtant au dossier il y a l attestation d un expert immobilier indiquant même plus cher et le tableau officiel des ventes des notaires p e r v à l...fourni par l avocat de ma soeur qui démontre des ventes à la même époque, même endroit, , même zone à 42 euros et 47 euros pour 1 200 m2 même zone à 200 m.de distance. ..notre mère est écédée en mai 2011. Ce terrain au jour du décès est évalué 320 à 350 euros le m2. Le tgi à validé la vente sans parler des autres documents.



















Le tgi n'a pas statué sur les autres pièces du dossier à savoir l attestation d un expert foncier qui evaluait la valeur du terrain comme l agent immobilier voire plus. Pire n'a pas retenu l évaluation indéniable fourni par la partie


adverse tableau perval qui est un document officiel des notaires et qui relève que les ventes en 1993 pour les parcelles à moins
de 300 mètres dans la même zone étaient de 42 à 47 euros le m pour des lots de 1200 m2 environ.
Notre mère a l époque qui avait besoin d argent à même fait un emprunt de 170000 francs sur 10 ans pour se sortir de ses dettes. Elle est tombée malade paralysée avant de finir de rendre son emprunt et j ai dû m en occuper en partie gracieusement car elle n avait pas les moyens et la soeur bénéficiaire qui n en avait jamais assez préférait les vacances...

notre mère

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h max.

1435 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles