Recevabilité des preuves obtenues de manière déloyale

Publié le Modifié le 22/04/2024 Vu 961 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Peut-on produire en justice, au cours d’un procès, une preuve obtenue de manière déloyale ?

Peut-on produire en justice, au cours d’un procès, une preuve obtenue de manière déloyale ?

Recevabilité des preuves obtenues de manière déloyale

Les moyens de se défendre lors d’un procès et les différents types de preuve susceptibles d’être produits aux débats diffèrent selon la nature pénale ou civile de l’affaire. 

 

En effet, en matière pénale, le principe est la liberté de la preuve.

 

Ainsi, l’article 427 du code de procédure pénale dispose que :

« Hors les cas où la loi en dispose autrement, les infractions peuvent être établies par tout mode de preuve et le juge décide d'après son intime conviction. »

Néanmoins, s’agissant des autorités judiciaires, la Cour de cassation juge que les agents publics, enquêteurs et magistrats ne peuvent pas recourir à des moyens de preuve déloyaux ou illicites ; ce principe se traduit par l’interdiction de recourir à des stratagèmes (Cour de cassation Chambre criminelle, 27 février 1996, n°95-81.366).

 

Par ailleurs, en matière civile, la Cour de cassation a consacré un principe de loyauté dans l’administration de la preuve, sous peine d’irrecevabilité de cette dernière (Cour de cassation, Deuxième chambre civile, 7 octobre 2004, n°03-12.653).

 

L'application stricte de ce principe conduit toutefois en pratique à l’impossibilité pour une partie à un procès de disposer de la preuve des faits litigieux. 

 

La Cour européenne des droits de l’homme considère qu’une preuve obtenue de manière déloyale peut être soumise au juge, sous certaines conditions.

 

Avec l’évolution des technologies et des moyens de preuve offerts aux justiciables, la question de la recevabilité des preuves obtenues de manière déloyale ou illicite vient en opposition avec les risques, d’une part, d’atteintes aux droits au respect de la vie privée, à la protection de l’image, de la parole, d’autre part, de violation du secret professionnel et, enfin, d’introduction illicite dans un système de traitement automatisé de données.

 

Le 22 décembre 2023, la Cour de cassation a consacré le droit des parties à un procès civil de pouvoir utiliser une preuve obtenue de manière déloyale, sous certaines conditions (Cour de cassation, Assemblée plénière, 22 décembre 2023, n°20-20.648 et 21-11.330). 

 

Cet arrêt est important en ce qu’il provient de l’Assemblée plénière de la Cour de cassation, c’est-à-dire de la réunion de toutes les chambres qui composent la plus Haute Juridiction judiciaire.

 

Il est aussi important car il procède à un revirement de jurisprudence, c’est-à-dire à une modification de la position de la Cour de cassation sur un point de droit.

 

En l’espèce, lors d’un litige prud’homal avec l’un de ses salariés, un employeur a utilisé les enregistrements sonores d’un entretien au cours duquel le salarié avait tenu des propos ayant conduit à sa mise à pied.

Il comprenait les transcriptions d'enregistrements qui démontraient que le salarié avait refusé de lui fournir le suivi de son activité commerciale.

 

Or, cet enregistrement a été réalisé à l’insu du salarié.

 

Néanmoins, le 22 décembre 2023, la Cour de cassation a jugé que :

« il y a lieu de considérer désormais que, dans un procès civil, l'illicéité ou la déloyauté dans l'obtention ou la production d'un moyen de preuve ne conduit pas nécessairement à l'écarter des débats. Le juge doit, lorsque cela lui est demandé, apprécier si une telle preuve porte une atteinte au caractère équitable de la procédure dans son ensemble, en mettant en balance le droit à la preuve et les droits antinomiques en présence, le droit à la preuve pouvant justifier la production d'éléments portant atteinte à d'autres droits à condition que cette production soit indispensable à son exercice et que l'atteinte soit strictement proportionnée au but poursuivi ».

Par conséquent, dorénavant, les juges doivent notamment s’assurer qu’une preuve ne porte une atteinte au caractère équitable de la procédure dans son ensemble.

 

Concrètement, les juges devront procéder, le cas échéant, à un contrôle de proportionnalité entre les atteintes constituées par la production d’une preuve obtenue de manière illégale, les droits protégés et le but poursuivi.

 

Cette jurisprudence du 22 décembre 2023 met donc un terme au principe de licéité de la preuve en matière civile tel qu’il s’appliquait avant cette décision.

 

Ainsi, l’arrêt du 22 décembre 2023 ouvre la voie vers un assouplissement des juridictions pour la recevabilité des preuves obtenues mêmes de manière déloyale.

 

En pratique, le nouveau principe posé par la cour de cassation permet surtout aux justiciables, lors des procès de nature civile (divorce, succession, prud’hommes, etc…) ou de nature commerciale de produire la preuve de leurs droits, prétentions et/ou préjudices subis ; quand bien même ces preuves ont pu être obtenues de manière déloyale ou par des moyens illicites, tels que des enregistrements clandestins d’entretien comme dans l’affaire ayant donné lieu à l’arrêt rendu le 22 décembre 2023.

 

 

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici)

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1434 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h max.

1434 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles