La récupération ou le remboursement des allocations et aides sociales sur la succession du défunt

Publié le 02/11/2015 Vu 45 333 fois 5
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les allocations et aides sociales peuvent-elles faire l'objet d'un remboursement par les héritiers suite au décès de leur bénéficiaire ?

Les allocations et aides sociales peuvent-elles faire l'objet d'un remboursement par les héritiers suite au d

La récupération ou le remboursement des allocations et aides sociales sur la succession du défunt

Certaines allocations ou aides sociales, non contributives, c’est-à-dire versées sans cotisations préalables, sont destinées à aider les personnes les plus démunies.

Ces allocations doivent, dans certains cas, être remboursées soit par les bénéficiaires eux-mêmes, lorsqu’ils ont vu leur niveau de vie augmenter (on dit qu’ils sont « revenus à meilleure fortune »), soit, après leur décès, par leurs héritiers ou encore leurs donataires.

Les règles diffèrent selon les allocations ou aides perçues.

Les recours sont exercés généralement par le département qui a financé l’aide.

Ainsi, quand une personne décède et ses héritiers peuvent se voir réclamer le remboursement de l'aide sociale versée par le conseil général.

L’administration, qui accorde l’aide, n’est pas tenue d’informer les héritiers éventuels de l’existence de ce recours.

En effet, la jurisprudence indique explicitement, de façon constante, qu’« aucun texte ni aucun principe général n’impose à l’administration, lorsqu’elle accorde une prestation d’aide sociale, d’informer les successeurs éventuels du bénéficiaire de l’exercice possible d’un recours en récupération sur la succession de ce dernier » (CE, sous-sections 1 et 6 réunies, 11 avril 2005, n° 262332 ; CE, section, 25 avril 2001, n° 214252).

Aussi, certains conseils généraux pratiquent la récupération abusive de l'aide sociale sur le dos des héritiers endeuillés.

Or, en matière d'aide sociale, le code de l’action sociale et des familles réglemente les cas de recours de l’Etat ou du département notamment contre la succession du bénéficiaire.

Les commissions d’aide sociale des conseils généraux opèrent des recours contre les héritiers d'une personne décédée afin de récupérer les sommes versées au titre de l’aide sociale sur l'actif de la succession laissée en héritage.

Cependant, il convient de garder en mémoire que les prestations d’aide sociale suivantes ne sont pas récupérables :

  • la prestation de compensation pour les personnes handicapées. Les prestations d’aide sociale aux personnes handicapées lorsque les héritiers du bénéficiaire décédé sont son conjoint, ses enfants, ou la personne qui a assumé la charge effective et constante de la personne handicapée (article L.241-4 du code de l’action sociale et des familles) ;
  • l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) (article L.232-19 du code de l’action sociale et des familles).
  • le revenu de solidarité active (RSA) ;
  • l’allocation personnalisée d’autonomie ;
  • la couverture maladie universelle (CMU) ;

Ces aides ne peuvent faire l’objet d’aucun recours en récupération ni à l’encontre de la succession du bénéficiaire décédé, ni à l’encontre du légataire ou du donataire.

Les sommes versées au titre de ces prestations ne peuvent pas non plus être réclamées au bénéficiaire lorsque celui-ci est revenu à meilleure fortune.

Surtout, le recouvrement de l’aide médicale de l’Etat à domicile, la prestation spécifique dépendance ou pour la prise en charge du forfait journalier en maisons de retraite ou médicalisées sur la succession du bénéficiaire ne peut s’exercer seulement si l’actif net successoral excède 46 000 € (article R.132-12 du code de l’action sociale et des familles).

Il découle de cette règle que, pour ces prestations, les héritiers ont la garantie de bénéficier des 46 000 premiers euros sur lesquels les commissions d’aide sociale des conseils généraux ne peuvent fonder aucune récupération.

En deçà de ce seuil de 46 000 € aucune prestation d’aide sociale ne doit faire l'objet d'un remboursement.

L’actif successoral retenu est l’actif net, c’est-à-dire la valeur de l’ensemble des biens diminuée des dettes.

Le recours sur succession ne peut porter sur un montant excédant celui de l’actif net successoral, qui correspond « à la valeur des biens transmis par le défunt, déduction faite, notamment, des dettes à sa charge au jour d’ouverture de la succession, des legs particuliers, des frais funéraires et des droits de mutation » (CE, sous-sections 1 et 6 réunies, 5 novembre 2004, n° 263314).

La jurisprudence adopte une conception extensive des frais pouvant être déduits de l’actif net successoral.

Les dettes déductibles sont les dettes personnelles du défunt, les dettes nées à l’occasion du décès (par exemple les frais funéraires) ou encore les dettes attachées aux biens composant la succession (un crédit en cours).

Ainsi, les juges administratifs retiennent au titre des frais déductibles de l’actif net successoral les frais d’obsèques ainsi que les travaux sur le bien immobilier possédé en indivision par le défunt et son héritier (CE, sous-sections 1 et 6 réunies, 11 juin 2007, n° 277305).

Cette conception extensive des frais déductibles se traduit par une réduction du montant de l’actif net successoral.

Or, dans la mesure où celui-ci constitue l’assiette sur laquelle peut s’exercer la récupération des aides sociales, la réduction de son montant peut avoir pour effet de priver l’Etat ou le département de l’efficacité du recours sur succession.

Malgré ce seuil, certaines commissions d’admission à l’aide sociale de conseils généraux violent les textes et, par l'entremise des notaires, perçoivent indûment des sommes sur l'héritage des bénéficiaires des aides versées.

Heureusement, il existe des recours pour les héritiers taxés de manière indue.

La décision de récupération de la commission d’admission à l’aide sociale est susceptible de recours devant la commission départementale d’aide sociale dans un délai de deux mois à compter de la notification.

La décision de la commission départementale peut faire l’objet d’un appel devant la commission centrale d’aide sociale dans un délai de deux mois.

La décision de cette dernière peut faire l’objet d’un pourvoi en cassation devant le conseil d’Etat dans un délai de deux mois.

Enfin, l’action en recouvrement se prescrit par 5 ans, non pas à compter du décès mais à compter du moment où la caisse a pu avoir connaissance du décès de l’allocataire, à l’occasion de l’enregistrement d’un écrit ou d’une déclaration (par exemple l’enregistrement d’un testament ou la déclaration de succession) mentionnant la date et le lieu du décès du défunt ainsi que le nom et l’adresse de l’un au moins des héritiers.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1423 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
03/08/2017 12:43

Bonjour Maître

Je voudrais connaître les possibilités de recours à la récupération de l aide sociale au logement pour notre soeur handicapée s il vous plait.

2 Publié par Maitre Anthony Bem
03/08/2017 13:57

Bonjour Nanette,

Afin de me permettre de prendre connaissance de votre situation personnelle en détail et de disposer de toutes les informations nécessaires pour vous répondre, je vous propose de me contacter en privé pour une consultation.

A cet égard, je vous invite à choisir l'une de mes différentes modalités de consultation en cliquant sur "consultations" en haut de cette page.

Cordialement.

3 Publié par Visiteur
21/06/2018 09:22

Bonjour, vous listez les aides soumises au seuil de 46 000€ mais quid de l'AHS (Aide sociale à l'hébergement) en foyer ou maison de retraite/médicalisée ?
Vous ne traitez pas de cette aide dans votre article ; or il pourrait y avoir confusion avec l'aide à domicile que vous traitez.

et surtout quid de l'assurance vie ? rentre t-elle dans le l'actif successoral ?
Merci
Cordialement

4 Publié par pat0607
06/02/2021 11:55

Bonjour
après vente de l'appartement ma mère et de la succession "mon père étant décédé" ma mère est rentré en ehpad elle a touché 1/2 mon frère et moi 1/4 sur la vente du bien je suis obligé alimentaire chaque mois l' ASH peut il en plus de mon obligation alimentaire récupérer sur les 1/4 des enfants de la vente de l'appartement. cordialement

5 Publié par Games
16/07/2022 20:52

Bonjour

Madame monsieur
Je voudrais savoir est ce que nous devons rembourser l’allocation mdph(aah) de ma mère décéder car mes frères l’ont prise 2 mois après afin de payer les frais d’obsèque . Je voudrais savoir si tout l’es héritier devront rembourser ces deux mois d’allocation svp

Cordialement

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1423 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles