La rediffusion sur internet en streaming d'une émission de TV en violation du droit de communication

Publié le 24/03/2013 Vu 5 861 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le 7 mars 2013, la cour de justice de l'Union Européenne (CJUE) a jugé que la retransmission gratuite en streaming d’émissions télévisée est, d'une part, une communication publique au sens de la Directive communautaire 2001/29, du 22 mai 2001, dite "Commerce électronique" et, d'autre part, en tant que telle conditionnée au respect du droit d’auteur (CJUE, 7 mars 2013, affaire C 607/11, ITV Broadcasting Ltd et a./ TVCatchup Ltd).

Le 7 mars 2013, la cour de justice de l'Union Européenne (CJUE) a jugé que la retransmission gratuite en str

La rediffusion sur internet en streaming d'une émission de TV en violation du droit de communication

En vertu du droit d’auteur et selon la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE), les chaînes de télévision et ayants droit des émissions télévisées peuvent interdire la retransmission de leurs émissions par un site Internet démuni d'autorisation et de licence de télévision.

En effet, le droit d'auteur conditionne la retransmission des émissions de télévision en ligne par les sites internet notamment à une autorisation expresse, préalable et respectant un certain formalisme de la part des titulaires des droits d'auteur. 

En outre, la cession des droits d'auteur permettant la retransmission des émissions de télévision en ligne par les sites internet suppose que le titulaire des droits bénéficie d'une rémunération appropriée pour l’utilisation de ces dernières.

Or, de plus en plus de sites Internet offrent des services de diffusion et/ou rediffusion d’émissions télévisées, sans avoir lié d'accord avec les auteurs et ayant droits de celles-ci ou obtenu de licence de télévision.

Si certains sites internet de rediffusion de programmes télévisés gagnent de l'argent selon des business modèles essentiellement tournés vers la publicité c'est aussi souvent en violation du droit d'auteur.

En l'espèce, plusieurs radiodiffuseurs de télévision commerciaux britanniques se sont opposés à la diffusion de leurs émissions télévisées et de leurs films, sur Internet et en violation de leurs droits d’auteur.

Ils ont donc assigné la société TVC devant la High Court of Justice (England & Wales) qui a demandé à la CJUE si un organisme, tel que TVC, procède à une communication au public au sens de la directive 2001/29 lorsqu'il diffuse, sur Internet, des émissions radiodiffusées à des membres du public qui auraient été en droit d’accéder au signal de radiodiffusion original en utilisant leurs propres appareils de télévision ou leurs propres ordinateurs portables chez eux

Selon la directive 2001/29, le droit de communication au public couvre toute transmission ou retransmission d’une œuvre au public non présent au lieu d’origine de la communication, par fil ou sans fil, y compris la radiodiffusion.

Or, compte tenu que la mise à disposition des œuvres par la retransmission sur Internet d’une radiodiffusion télévisuelle se fait suivant un mode technique spécifique et différent de celui de la communication d’origine, elle doit être considérée comme une «communication» au sens de la directive précitée.

En outre, la notion de public nécessite de prendre en compte l’effet cumulatif qui résulte de la mise à disposition des œuvres auprès des destinataires potentiels et vise un nombre indéterminé de destinataires potentiels.

Or, la retransmission litigieuse des œuvres sur Internet visait l’ensemble des personnes qui résidaient au Royaume-Uni, qui disposaient d’une connexion Internet et qui pouvaient accéder aux œuvres protégées dans le cadre du « live streaming » des émissions télévisées sur Internet.

Dans ce contexte, la Cour a jugé que la notion de « communication au public », au sens de la directive 2001/29, doit être interprétée en ce sens qu’elle couvre une retransmission des œuvres incluses dans une radiodiffusion télévisuelle terrestre, effectuée par un organisme autre que le radiodiffuseur original, au moyen d’un flux Internet mis à la disposition de ses abonnés qui peuvent recevoir cette retransmission en se connectant au serveur de celui-ci, bien que ces abonnés se trouvent dans la zone de réception de ladite radiodiffusion télévisuelle terrestre et puissent recevoir légalement celle-ci sur un récepteur de télévision.

Par conséquent, la CJUE considère que l'activité de la société TVC relève du champ d'application de la directive précitée et que chaque transmission ou retransmission d'une œuvre donnée au public doit faire l’objet d'une autorisation de diffusion de la part de son auteur.

Autrement dit, la retransmission des œuvres incluses dans une radiodiffusion télévisuelle terrestre doit faire l’objet d'une autorisation de diffusion de la part de leurs auteurs si elle est effectuée :

- par un organisme autre que le radiodiffuseur original,

- au moyen d’un flux Internet mis à disposition des abonnés de cet organisme qui peuvent recevoir cette retransmission en se connectant au serveur de celui-ci,

- bien que ces abonnés se trouvent dans la zone de réception de ladite radiodiffusion télévisuelle terrestre et puissent recevoir légalement celle-ci sur un récepteur de télévision.

Enfin, la CJUE précise qu'il importe peu que la retransmission, telle que celle en cause, soit effectuée par un organisme qui se trouve en concurrence directe avec le radiodiffuseur original et ait un caractère lucratif.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

PS : Pour une recherche facile et rapide des articles rédigés sur ces thèmes, vous pouvez taper vos "mots clés" dans la barre de recherche du blog en haut à droite, au dessus de la photographie.

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
Tel : 01 40 26 25 01

Email : abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1423 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1423 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles