Sur le remède à la contradiction de décisions de justice entre une ordonnance de référé et un jugement au fond

Publié le Modifié le 08/01/2020 Vu 4 086 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les juges du fond peuvent-ils expressément contredire une ordonnance de référé préalablement rendue ?

Les juges du fond peuvent-ils expressément contredire une ordonnance de référé préalablement rendue ?

Sur le remède à la contradiction de décisions de justice entre une ordonnance de référé et un jugement au fond

Le 21 février 2019, la Cour de cassation a posé le principe selon lequel les juges du fond saisi d’un litige ayant déjà donné lieu à une décision provisoire du juge des référés ne peuvent pas valablement la remettre en cause en y faisait expressément référence dans le cadre de la motivation de leur jugement (Cour de cassation, troisième chambre civile, 21 février 2019, N. 18-13.543).  

En l’espèce, un syndicat des copropriétaires s’est plaint de la transformation par une SCI de son lot en chambres meublées et l’a assignée en référé.  

Le juge des référés a rendu une ordonnance aux termes de laquelle il a condamné la SCI à remettre les lieux dans leur état initial et à supprimer un branchement illicite d’eaux usées.  

Or, l’ordonnance de référé est une décision de nature provisoire qui en tant que telle n’est pas assortie de l’autorité de chose jugée au principal.  

Ainsi, la partie qui a perdu en référé peut saisir le juge du fond pour tenter de remettre en cause l’ordonnance.  

En conséquence, la SCI a assigné le syndicat, devant le juge du fond, pour voir déclarer prescrite l’action du syndicat et non fondées les condamnations mises à sa charge.  

Les premiers juges du fond ont estimé que l’action en référé du syndicat était prescrite et que le juge des référés a ordonné à tort la suppression matérielle des chambres meublées et la remise en état des lieux.  

La cour de cassation a quant à elle rappelé que le principe selon lequel la nullité d’un jugement ne peut être demandée que par les voies de recours prévues par la loi et donc qu’en statuant ainsi, la cour d’appel, qui n’était pas saisie d’une voie de recours contre l’ordonnance de référé irrévocable, a violé ce principe.  

Cet arrêt sonne le glas du risque de contradiction des décisions de justice rendues en référé et au fond.  

Concrètement, le juge du fond ne peut pas valablement se saisir du contenu d’une ordonnance de référé pour la confirmer ou l’infirmer. 

Dans ce contexte, le juge du fond ne doit pas expressément porter d’appréciation sur la décision de référé au travers de sa motivation et se contenter d’appliquer le droit à la lumière des faits et pièces produites aux débats.  

Le jugement au fond ne doit pas apparaître comme un recours contre l’ordonnance de référé et ce même si les motivations respectives sont antinomiques.  

La présentation formelle du jugement au fond ne doit pas donner l’apparence qu’il critique le juge des référés, à défaut de quoi il risquera d’être annulé.  

En l’occurrence, aux termes de son ordonnance, le juge des référés a condamné la SCI à remettre les lieux dans leur état initial et à supprimer les modifications sanitaires.  

Or, la SCI n’avait pas invoqué la prescription du délai de l’action du syndicat devant le juge des référés et a cru pouvoir attendre d’être en appel du jugement au fond pour invoquer le dépassement du délai.  

C’est donc pour la première fois en appel du jugement sur le fond que cette prescription a été déclarée fondée et que la mesure de remise des lieux en leur état initial a été transformée. 

Cependant aux termes de son arrêt, la cour d’appel avait indiqué que « le juge du fond saisi après intervention du juge des référés doit vérifier le bien-fondé de la décision prise par celui-ci […] ».

Toutefois, la cour d’appel ne pouvait pas valablement se constituer expressément comme un censeur du juge des référés.  

La cour de cassation a donc censuré l’arrêt d’appel car il faisait expressément référence à l’ordonnance de référé ayant adopté une solution inverse.  

Pour qu’une contrariété de décisions de justice entre une ordonnance de référé et un jugement soit possible et que la décision de fond prévale sur la décision de référé, il faut que les juges du fond ne fasse pas référence de manière explicite à l’ordonnance de référé antérieurement rendue.  

Il faudra donc bien veiller à ce que les juges du fond ne fassent pas expressément à l’ordonnance référé pour la contredire, afin d’éviter tout risque de censure du jugement au fond.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1423 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1423 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles