La rétention du permis de conduire : une procédure strictement encadrée par le code de la route

Publié le Modifié le 03/01/2018 Vu 75 989 fois 11
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

A la différence de la suspension, qui est une sanction, la rétention du permis de conduire est une mesure de sûreté destinée à empêcher provisoirement le conducteur de reprendre le volant pour préserver la sécurité des autres usagers de la route en raison du risque qu'il leur ferait courir. Cependant cette mesure doit respecter une procédure strictement encadrée par la loi.

A la différence de la suspension, qui est une sanction, la rétention du permis de conduire est une mesure de

La rétention du permis de conduire : une procédure strictement encadrée par le code de la route

La rétention du permis de conduire (quelle que soit la catégorie de ce permis) par les forces de l'ordre (police ou gendarmerie) est une mesure de sûreté qui consiste à retirer le droit de conduire en confisquant le permis de conduire, pour une durée de 72 heures maximum, en l'attente d'une éventuelle mesure de suspension.

Cette mesure peut s'appliquer autant au conducteur qu'à l'accompagnateur de l'élève conducteur dans le cadre de l'apprentissage anticipé ou en conduite supervisée ou encadrée.

Les infractions qui peuvent entraîner une rétention du permis de conduire sont les suivantes :

- conduite sous l'emprise d'un état alcoolique caractérisé par un taux d'alcool égal ou supérieur à 0,80 gramme par litre dans le sang ou 0,40 milligramme par litre d'air expiré établi au moyen d'un appareil homologué,

- et/ou conduite en état d'ivresse manifeste,

- et/ou conduite sous l'emprise de stupéfiants si les analyses et examens médicaux, cliniques et biologiques établissent qu'il conduisait après avoir fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants,

- et/ou dépassement de 40km/h ou plus de la vitesse maximale autorisée établi au moyen d'un appareil homologué et lorsque le véhicule est intercepté.

L'état d'ivresse manifeste est un comportement qui laisse présager qu'une personne a consommé de l'alcool de manière excessive alors que l'état alcoolique résulte d'une mesure de l'alcool dans l'air expiré ou dans le sang.

En cas d'accident de la circulation ayant entraîné la mort d'une personne, la rétention du permis de conduire par les forces de l'ordre est possible si le conducteur peut de manière plausible être soupçonné d'avoir commis une infraction en matière de non respect des règles de vitesse maximale, de croisement, de dépassement, d'intersections ou de priorité de passage.

La rétention est effectuée par un policier ou un gendarme si le test de dépistage, ou le comportement du conducteur permet de présumer qu'il conduisait sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants ou si le conducteur refuse de se soumettre aux épreuves de dépistage d'alcool ou de stupéfiants au moyen d'appareils homologués.

Elle peut intervenir :

- à l'occasion de contrôles routiers aléatoires, lorsque les forces de l'ordre (policiers ou gendarmes) sont au bord de la route,

- à l'occasion d'un accident,

- ou en cas d'excès de vitesse de plus de 40km/h constaté par les forces de l'ordre qui, placées au bord de la route, arrêtent alors le conducteur.

En échange de la remise de son permis par le conducteur, il lui est délivré un avis de rétention qui mentionne les coordonnées du service auquel il doit s'adresser pour récupérer son permis de conduire.

Bien qu'en pratique il arrive fréquemment que les forces de l'ordre ne remettent pas aux conducteurs l'avis de rétention de leur permis de conduire, l'article R224-1 du Code de la route dispose que :

« Dans les cas prévus à l'article L. 224-1, la décision de rétention du permis de conduire, qu'elle soit ou non accompagnée de la remise matérielle de ce titre, donne lieu à l'établissement d'un avis de rétention dont un exemplaire est immédiatement remis au conducteur ou à l'accompagnateur de l'élève conducteur ».

Le conducteur indique à ce moment son adresse actuelle si celle qui figure sur son permis n'est plus la bonne.

Si le conducteur n'a pas son permis sur lui, il est obligé de le remettre dans les 24 heures aux forces de l'ordre qui l'ont contrôlé.

Pendant la durée de la rétention du permis de conduire, le véhicule peut être immobilisé.

La rétention du permis est une mesure temporaire dont la durée ne peut pas dépasser 72 heures.

Cette durée permet notamment de faire toutes les vérifications nécessaires concernant le véhicule et son conducteur (exemple : vérifier si l'état alcoolique ou l'utilisation de stupéfiants est avéré par une analyse de sang).

Ce délai permet aussi d'alerter le préfet, ou le sous-préfet selon les départements, et le procureur de la République.

Si ce délai expire avant que le préfet ou le procureur ait pris une décision, le permis est rendu au conducteur.

Le fait de conduire alors qu'on fait l'objet d'une rétention du permis de conduire est passible de 2 ans d'emprisonnement, de 4.500 € d'amende, de la suspension du permis pour une durée de 3 ans et de la peine complémentaire de confiscation du véhicule.

Lorsqu'une mesure de suspension a été prise, elle est notifiée à l'intéressé soit directement s'il se présente au service indiqué dans l'avis de rétention, soit par lettre recommandée avec accusé de réception.

Le permis de conduire est restitué dans l'un des cas suivants :

- si, après vérification, l'état alcoolique du conducteur ou l'usage de stupéfiants n'est pas établi ;

- si le préfet ou le procureur n'a pris aucune décision dans le délai de 72 heures.

S'il n'a pas été contacté avant, le conducteur doit à l'issue du délai de 72 heures se rendre auprès du service indiqué sur l'avis de rétention, ou le contacter, pour connaître la suite réservée à la rétention de son permis (article R224-2 du code de la Route).

Pendant les douze heures qui suivent la fin de la période de rétention, le permis de conduire est tenu à la disposition du conducteur ou de l'accompagnateur de l'élève conducteur dans les bureaux du service désigné dans l'avis de rétention. Toutefois, si la période de rétention expire entre dix-huit et vingt-deux heures, le délai de mise à disposition est prorogé jusqu'à midi le jour suivant. (article R224-3 du code de la Route).

A l'issue du délai de mise à disposition, ou dès la fin de la période de rétention si l'intéressé en fait la demande, le permis de conduire lui est restitué par lettre recommandée avec accusé de réception si aucune mesure de suspension n'a été décidée.

Les suites de la rétention du permis en cas de confirmation de l'état alcoolique ou de l'usage de stupéfiants ou en cas d'excès de vitesse de plus de 40km/h peuvent être :

- une suspension administrative du permis par le préfet, ou le sous-préfet

- et éventuellement une suspension ou une annulation judiciaire du permis par le tribunal.

S’agissant de la suspension, l’article L224-7 du code de la Route dispose que :

« Saisi d'un procès-verbal constatant une infraction punie par le présent code de la peine complémentaire de suspension du permis de conduire, le représentant de l'Etat dans le département où cette infraction a été commise peut, s'il n'estime pas devoir procéder au classement, prononcer à titre provisoire soit un avertissement, soit la suspension du permis de conduire ou l'interdiction de sa délivrance lorsque le conducteur n'en est pas titulaire… »

La durée de la suspension ou de l'interdiction prévue à l'article précité ne peut excéder six mois. Cette durée est portée à un an en cas d'infraction d'atteinte involontaire à la vie ou d'atteinte involontaire à l'intégrité de la personne susceptible d'entraîner une incapacité totale de travail personnel, de conduite en état d'ivresse ou sous l'empire d'un état alcoolique, ou de délit de fuite.

Mais quelle que soit sa durée, la suspension du permis de conduire ou l'interdiction de sa délivrance ordonnée par le représentant de l'Etat dans le département en application des articles cesse d'avoir effet lorsque est exécutoire une décision judiciaire prononçant une mesure restrictive du droit de conduire prévue au présent titre et la durée des mesures administratives s'impute, le cas échéant, sur celle des mesures du même ordre prononcées par le tribunal.

Bien évidemment, les mesures administratives sont considérées comme non avenues en cas d'ordonnance de non-lieu ou de jugement de relaxe ou si la juridiction ne prononce pas effectivement de mesure restrictive du droit de conduire.

Enfin, l’article L224-17 du code de la Route dispose que :

« I. - Le fait, pour toute personne ayant reçu la notification d'une décision prononçant à son encontre la suspension ou l'annulation du permis de conduire, de refuser de restituer le permis suspendu ou annulé à l'agent de l'autorité chargé de l'exécution de cette décision est puni de deux ans d'emprisonnement et de 4 500 euros d'amende.

II. - Le fait pour toute personne, pendant la période pour laquelle une décision de rétention du permis de conduire lui a été notifiée en application de l'article L. 224-1, de refuser de restituer le permis de conduire est puni de deux ans d'emprisonnement et de 4 500 euros d'amende. 

III. - Toute personne coupable de l'un des délits prévus au présent article encourt également les peines complémentaires suivantes :
 
1° La peine de travail d'intérêt général … ;
 
2° La peine de jours-amende …

IV. - Toute personne coupable de l'un des délits prévus au présent article, dans les cas où il a été commis à la suite d'une décision de suspension ou de rétention du permis de conduire, encourt également les peines complémentaires suivantes :

1° La suspension, pour une durée de trois ans, du permis de conduire, cette suspension pouvant être limitée à la conduite en dehors de l'activité professionnelle ;

2° L'annulation du permis, avec interdiction de solliciter la délivrance d'un nouveau permis pendant trois ans au plus.

V. - Les délits prévus au présent article, dans les cas où ils ont été commis à la suite d'une décision de suspension ou de rétention du permis de conduire, donnent lieu de plein droit à la réduction de la moitié du nombre maximal de points du permis de conduire. »

Je suis à votre disposition pour toute information ou action.

PS : Pour une recherche facile et rapide des articles rédigés sur ces thèmes, vous pouvez taper vos "mots clés" dans la barre de recherche du blog en haut à droite, au dessus de la photographie.

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
Tel : 01 40 26 25 01

Email : abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony Bem

Anthony BEM

249 € TTC

1395 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
15/01/2018 20:34

Bjr a tous suite à une comparution immédiate le juge a annulé mon permis avec interdiction de le repasser avan3 mois ,une semaine après je reçois un courrier recommandé du préfet qui dit que mon permis de conduire à étais suspendu pour une durée de 6 mois quelles décisions prime sur l'autre svp ? merci

2 Publié par Visiteur
20/01/2018 16:59

Bonjour,
Je suis sous le coup d'un avis de rétention de mon permis de conduire depuis le jeudi 18 janvier 2018 18h30.
J'aimerais savoir mes droits quand à ces 72h légales de rétention, à savoir :
- 3 jours ouvrés ou ouvrables ?
- Quand et comment suis-je censé récupérer mon permis ?
NB : quels sont les risques que j'encoure sachant que je suis sous le coup d'un état alcoolique avéré (PV police éthylotest=0.5mg/l d'air expiré, et accident seulement matériel, primo délinquant (1er accident de ce type depuis l'obtention de mon permis en 1978, bonus 50% bon conducteur Macif...Cordialement

3 Publié par Visiteur
27/01/2018 10:16

Bonjour,
J'ai fait l'objet d'une retention den permis de conduire d'une duree de 4 mois pour exces de vitesse le 21 septembre 2017.Je suis francais mais resident depuis 20 ans en Espagne.Je suis donc titulaire d'un permis espagnol.J'ai ete sanctionne d'une suspension de 4 mois et d'une amende de 250 Euros.Comment et ou puis je recuperer mon permis, je suis revenu en France specialement pour cette raison et cela fait une semaine qu'il me promenent de tribunal de police a prefecture et personne ne sait comment leur nouveau systeme fonctionne.A qui doij-je m'adresser? Pourriez-me conseiller Merci Cordialement.

4 Publié par Visiteur
21/04/2018 09:03

BONJOUR MON MARI A FAIT ONJET D UNE RETENTION DE PERMIE LE 17 AVRIL AU MATIN (LA VEILLE S ESTAIT SON ANNIVERSAIRE) DONC ENCORE DE L ALCOOL DANS LE SANG ;ILS BOUS ONT DIT QU AON ALLER ETRE CONVOQUEE DABS LES 72H MAIS PAS DE CONVOCATION AUJOURDHUI ON ET LE 21 QUE DOIT ON FAIRE MERCI CORDIALEMENT

5 Publié par Visiteur
22/04/2018 21:58

Mon permis de conduire m.
'A été enlevé par les gendarmes suite a l'alcool. Aujourd'hui je devrait le récupérer mais j'ai perdus mon dossier médical que j'aurai du leur envoyé
Comment doit je faire pour que cela s'arrange merci

6 Publié par Visiteur
14/11/2018 06:59

Bonjour suite à un dégât matériel un conducteur quitte le stationnement et me heurte je me gare pour ne pas gêner la circulation mais souffrant d’une sciatique depuis deux mois j’ai eu un mal fou pour sortir de mon véhicule voyant ma lenteur le chauffeur se précipite à la gendarmerie qui se trouvait juste en face je suis sorti malgré moi et j’attends quand subitement je vois arriver trois gendarme qui me demande de les suivent,ils m’ont fait l’alcootest qui est positif je revenais d’une inauguration à 250 mètres de la gendarmerie ils m’ont retiré mon permis sur le champ,5 jours après j’ai été auditionné pour ces faits et j’apprends de la bouche du gendarme que mon permis fait l’objet de suspension de 5 mois je précise que je n’étais pas au volant

7 Publié par Visiteur
14/11/2018 15:45

que veut dire 3 mois d'annulation du permis avec interdiction de solliciter la délivrance d'un nouveau permis a titre de peine complémentaire

8 Publié par Visiteur
14/11/2018 15:46

je voudrais connaitre cette ambiguité

9 Publié par Tono
07/05/2020 18:54

Bonjour je suis actuellement soumis à une rétention de mon permis de conduire suite à un contrôle positif au stupéfiant. Je suis convoqué 15 jours après à la brigade qui m'a verbalisé, mais je me demande si après les 72 h légale de rétention est ce que je peux reconduire jusqu'à la date de cette convocation ? Quel peut être le vice de procédure pour que le e papier de la rétention soit non conforme (il n'y a pas de numéro du procès verbal

10 Publié par Guillaume92
06/09/2020 18:58

Bonjour
J’ai eu un accident sur l’autoroute avec un camion que j’ai réussi à ne pas heurter il a donc prit la fuite et j’ai donc envoyé ma voiture à la casse car j’ai tapé fort l a arrière de sécurité
Teste positif au stupéfiant après avoir fait le procès verbal je suis donc repartit chez moi cependant cela fait plus de 120 heures que j’attends des nouvelles et toujours rien
La personne qui s’occupe de moi n’était pas au poste aujourd’hui je n’ai donc eu aucune information
Y a t’il vice de procédure ?en appelant la gendarmerie personne n’a pu me renseigner ça m’ennuie

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony Bem

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1390 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1395 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles