Succession : l’attribution des parts sociales de SARL suite au décès de l’un de ses associés

Publié le Modifié le 03/01/2018 Vu 96 297 fois 6
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L'héritage de parts sociales est à la fois compliqué pour les associés de la société que pour les héritiers de l'associé défunt. Cependant, la loi organise le sorts des parts sociales de SARL suite au décès d’un de ses associés.

L'héritage de parts sociales est à la fois compliqué pour les associés de la société que pour les hérit

Succession : l’attribution des parts sociales de SARL suite au décès de l’un de ses associés

En principe, les statuts de sociétés organisent le sort des parts sociales suite au décès de l'un de ses associés.

Cependant, la mode contemporaine du copier coller de statuts de SARL inadaptés ou de mauvaise qualité laisse trop souvent place à un vide juridique sur cette question.

Dans le silence des statuts, le législateur a organisé le sort des parts sociales suite au décès de l'un de ses associés et la cession de celles-ci.

Ainsi, selon l’article L. 223-13 du code de commerce, les parts sociales sont librement transmissibles par voie de succession ou en cas de liquidation de communauté de biens entre époux et librement cessibles entre conjoints et entre ascendants et descendants.

Toutefois, les statuts peuvent stipuler que le conjoint, un héritier, un ascendant ou un descendant ne peut devenir associé qu'après avoir été agréé avec le consentement de la majorité des associés représentant au moins la moitié des parts sociales, à moins que les statuts prévoient une majorité plus forte.

A peine de nullité de la clause, les délais accordés à la société pour statuer sur l'agrément ne peuvent être plus de trois mois à compter de la notification.

Si la société a refusé de consentir à la cession, les associés sont tenus, dans le délai de trois mois à compter de ce refus, d'acquérir ou de faire acquérir les parts à un prix fixé dans les conditions prévues à l'article 1843-4 du code civil, sauf si le cédant renonce à la cession de ses parts.

Les frais d'expertise sont à la charge de la société.

A la demande du gérant, ce délai peut être prolongé par décision de justice, sans que cette prolongation puisse excéder six mois.

La société peut également, avec le consentement de l'associé cédant, décider, dans le même délai, de réduire son capital du montant de la valeur nominale des parts de cet associé et de racheter ces parts au prix déterminé dans les conditions précitées.

Un délai de paiement qui ne saurait excéder deux ans peut, sur justification, être accordé à la société par décision de justice. Les sommes dues portent intérêt au taux légal en matière commerciale.

Si aucune des solutions n'intervient dans les délais impartis, l'agrément est réputé acquis.

Les statuts peuvent stipuler qu'en cas de décès de l'un des associés la société continuera avec son héritier ou seulement avec les associés survivants.

Lorsque la société continue avec les seuls associés survivants, ou lorsque l'agrément a été refusé à l'héritier, celui-ci a droit à la valeur des droits sociaux de son auteur.

Il peut aussi être stipulé que la société continuera, soit avec le conjoint survivant, soit avec un ou plusieurs des héritiers, soit avec toute autre personne désignée par les statuts ou, si ceux-ci l'autorisent, par dispositions testamentaires.

Le cas échéant, la valeur des droits sociaux est déterminée au jour du décès conformément à l'article 1843-4 du code civil.

Les ayants-droit désignés par la loi peuvent donc revendiquer la qualité d’associé si aucune clause dans les statuts de la société ne les en empêche.

S’il y a plusieurs héritiers à l’ouverture de la succession, ils se trouveront alors en indivision jusqu’au partage de l’actif successoral qu’ils peuvent décider à n’importe quel moment.

En vertu du principe selon lequel nul ne peut être contraint à demeurer dans l’indivision, chaque héritier peut imposer aux autres de vendre les parts sociales pour en partager le prix.

Pour échapper à l’indivision, le code civil prévoit également un régime d’attribution préférentielle.

Cette disposition permet au conjoint survivant ou à tout héritier de demander à ce que l’entreprise lui soit attribuée.

Le bénéficiaire de cette attribution devra indemniser les autres héritiers, si la valeur de l’entreprise excède sa part dans l’héritage.

La demande d’attribution préférentielle des droits sociaux, ne devra pas pour autant faire échec à l’application des dispositions légales ou des clauses statutaires relatives à la continuation de la société avec le conjoint survivant ou un ou plusieurs héritiers, lorsque les statuts le prévoient.

Je suis à votre disposition pour toute information ou action.

PS : Pour une recherche facile et rapide des articles rédigés sur ces thèmes, vous pouvez taper vos "mots clés" dans la barre de recherche du blog en haut à droite, au dessus de la photographie.

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
Tel : 01 40 26 25 01

Email : abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1426 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
09/04/2018 12:58

Bonjour
L évaluation de la valeur des parts à la date du décès de l'associé gérant est elle sans exception dans la jurisprudence celle à retenir??

2 Publié par Visiteur
03/09/2018 23:25

Si un des héritiers ne signe pas l'acte que se passe-t-il pour les autres

3 Publié par Visiteur
28/09/2018 18:52

Bonjour,

Quelle est la valeur retenue : celle du capital social ou la valeur vénale de la société svp ?

4 Publié par Visiteur
10/12/2018 08:42

Bonjour,
La société à 3 mois pour statuer à compter de la notification. Notification = avis de décès ou demande de statuer? Sous quelle forme la notification doit-elle être faite?
Cordialement

5 Publié par Fred30
04/02/2019 08:26

Bonjour,
La société à 3 mois pour statuer à compter de la notification. Notification = avis de décès ou demande de statuer?
L'héritier a droit à la valeur des droits sociaux de son auteur. Qu'est ce que cela signifie, valeur au jour du décès ou au jour du rachat?
Le cédant renonce à la cession de ses parts. Comment cela est-il formalisé, la non réponse du cédant à l'offre de rachat vaut-elle à un renoncement?
Cordialement

6 Publié par moustit
02/07/2020 01:49

Bonjour,

Suite au décès (2015) de mon père en société agricole avec mon frère, ce dernier nous a demandé que nous lui donnons la part de notre père car c'est lui qui travaille , donc étant une famille jusqu'à unis nous nous sommes rendus chez le notaire pour signer la donation.
Sauf que plus tard nous ( moi même et mes soeurs) nous sommes rendu compte que nous avions signer une signé une licitation de parts sociales avec la mention : la transaction financière à eu lieu avant la signature et hors de l'étude.
Or à ce jour il ne nous a toujours pas payé cette part ?
puis je demander l'annulation de la licitation ?
Cordialement,

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h max.

1426 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles