Les suites de la saisie de biens et d’objets de valeur durant une perquisition

Publié le 20/12/2022 Vu 1 983 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Quelles sont les suites d’une mesure de perquisition ?

Quelles sont les suites d’une mesure de perquisition ?

Les suites de la saisie de biens et d’objets de valeur durant une perquisition

Il découle des articles 53 et suivants du code de procédure pénale, que les officiers de police judiciaire veillent à la conservation des indices susceptibles de disparaître et de tout ce qui peut servir à la manifestation de la vérité.

Ainsi, lors d’une perquisition, sous réserve de respecter les formalités applicables à cette procédure, les officiers de police judiciaire peuvent procéder à toutes les saisies nécessaires pour découvrir une ou plusieurs preuves de l’infraction recherchée.

Les preuves saisies sont ensuite placées sous scellés et peuvent ainsi être utilisées dans le cadre de la procédure pénale en cours comme preuve ou garantie de règlement des condamnations susceptibles de pouvoir être prononcées, à terme, par le tribunal.

Par ailleurs, les saisies qui ne se rapportent pas directement à l’infraction recherchée, mais qui permettraient de découvrir la preuve d’une autre infraction, les officiers de police judiciaire peuvent tout de même saisir toute pièce à conviction se rapportant à l’infraction qu’ils viennent de découvrir, conformément à la procédure relative aux flagrants délits, indépendamment de la procédure dans laquelle elle a été commise. (Cour de cassation, Chambre criminelle, 11 juin 1995, n°84-95.005)

Toutefois, si des objets ont été saisis et placés sous scellés, il est toujours permis au cours de l’enquête d’adresser une demande de restitution de ces biens.

Cette demande peut être adressée au procureur de la République ou au procureur général qui peut décider d’y faire droit ou de la refuser, conformément à l’article 41-4 du code de procédure pénale.

Si une information judiciaire est en cours, c’est le juge d’instruction qui sera compétent pour décider de la restitution ou non d’objets placés sous scellés, conformément à l’article 99 du code de procédure pénale.

En outre, depuis la loi du 23 mars 2019, entrée en vigueur le 25 mars 2019, l’article 802-2 du code de procédure pénale dispose que toute personne qui a fait l’objet d’une perquisition ou d’une visite domiciliaire, et qui n’a pas été poursuivie devant une juridiction d’instruction ou de jugement au plus tôt six mois après l’accomplissement de cet acte, peut, dans un délai d’un an à compter de la date à laquelle elle a eu connaissance de cette mesure, saisir le juge des libertés et de la détention, tendant à son annulation.

En conséquence, si des objets ont été saisis, ils devront être restitués.

Si une condamnation pénale est prononcée à l’issue de l’enquête pénale, il faut noter que l’article 131-21 du code pénal prévoit que le juge peut prononcer, à titre de peine complémentaire, la confiscation de certains biens.

Enfin, il convient de garder en mémoire que, en théorie, même une confiscation générale du patrimoine peut être prononcée en cas de condamnation pour trafic de stupéfiants ou trafic d’armes.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1434 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h max.

1434 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles