Suppression de l'expression «bon père de famille» du vocabulaire juridique français

Publié le Modifié le 22/08/2014 Vu 68 054 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Parce que les mots ont leur importance, la loi du 4 août 2014 consacre « l'égalité réelle entre les femmes et les hommes » en supprimant l'expression « en bon père de famille ».

Parce que les mots ont leur importance, la loi du 4 août 2014 consacre « l'égalité réelle entre les femme

Suppression de l'expression «bon père de famille» du vocabulaire juridique français

La loi n° 2014-873 du 4 août 2014, publiée au journal officiel du 5 août 2014, tend à consacrer «l'égalité réelle entre les femmes et les hommes». 

Cette « égalité réelle » se manifeste notamment par la suppression de l'expression « en bon père de famille » que l'on retrouvait dans les codes civil, de la consommation, rural, de la pêche maritime, de l'urbanisme  et enfin dans celui de la construction et de l'habitation. 

L’expression « en bon père de famille », directement issue de la locution latine bonus pater familias, a été consacrée par le Code civil de 1804 et attribue à l’homme, père de famille, la qualité d’être bon gestionnaire. 

La notion de bon père de famille était un standard juridique prenant comme critérium un individu abstrait considéré comme la norme comportementale en fonction de laquelle se mesure le comportement d'une personne donnée pour déterminer l'existence ou la mesure d'une éventuelle faute. 

Cette notion renvoyait communément à la conduite d’une personne prudente, attentive, raisonnable, soucieuse des biens ou intérêts qui lui sont confiés comme s’il s’agissait des siens. 

Or, les écologistes à l'origine de cette évolution législative y voyait une "pure discrimination, stéréotype de genre" fondé sur le sexe et discriminatoire pour les femmes. 

Pour ma part, être bon père de famille ou bonne mère de famille consiste avant tout à nouer un lien affectif et éducatif avec ses enfants, totalement distinct de la capacité à gérer un patrimoine.

Cette expression renvoyait ainsi à une conception patriarcale de la famille qui ne correspond plus à rien et se trouvait donc désuète. 

Déjà en 1982, la loi n° 82-526 du 22 juin 1982 sur les droits et les devoirs des bailleurs et locataires a substitué à l’obligation « de jouir des locaux en bon père de famille » celle d’en jouir «paisiblement».

Dorénavant, l'expression en bon père de famille est remplacée par un adverbe plus neutre, qui ne véhicule plus aucun stéréotype fondé sur le sexe, à savoir, raisonnable ou encore raisonnablement

La modernisation du droit et du vocabulaire juridique a donc conduit le législateur à modifier les articles suivants :

- dans le code civil :

A l'article 601, au 1° de l'article 1728, à l'article 1729 et au premier alinéa de l'article 1766, les mots en bon père de famille sont remplacés par le mot raisonnablement ;

A la fin de l'article 627, les mots en bon père de famille sont remplacés par le mot raisonnablement ;

A la fin du premier alinéa des articles 1137 et 1374, à l'article 1806 et à la fin de la seconde phrase du premier alinéa de l'article 1962, les mots en bon père de famille sont remplacés par le mot raisonnablement ;

A la première phrase de l'article 1880, les mots en bon père de famille sont remplacés par le mot raisonnablement ;.

- dans le code de la consommation :

A la fin du premier alinéa de l'article L. 314-8, les mots un bon père de famille sont remplacés par le mot raisonnables.

- dans le code rural et de la pêche maritime :

Au premier alinéa de l'article L. 462-12, les mots en bon père de famille sont remplacés par le mot raisonnablement.

- dans le code de l'urbanisme :

A la fin du premier alinéa de l'article L. 221-2, les mots : « en bon père de famille » sont remplacés par le mot raisonnablement.

- dans le code de la construction et de l'habitation :

A la fin de la seconde phrase du deuxième alinéa de l'article L. 641-4, les mots en bon père de famille sont remplacés par le mot raisonnablement.

Cette évolution sémantique démontre à merveille le mouvement permanent du droit et de la loi dans un sens positif afin d'abolir toute discrimination. 

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

PS : Pour une recherche facile et rapide des articles rédigés sur ces thèmes, vous pouvez taper vos "mots clés" dans la barre de recherche du blog en haut à droite, au dessus de la photographie.

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
01 40 26 25 01

abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony Bem

Anthony BEM

249 € TTC

1402 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
28/07/2017 17:27

Permettez-moi, cher maître, de vous suggérer la lecture de ma thèse de doctorat en droit (en ligne, domaine public) "Le raisonnable en droit du commerce international" Paris 2, 2003. Hors le droit international privé elle comporte un historique et une réflexion sur le "bon père de famille".cette indication est gratuite bien sûr
Cordialement,
Guillaume WEISZBERG

2 Publié par Brigitte SOL
15/09/2020 14:03

objet : 1 QUESTION pour réponse à titre gracieux, si possible ?, et REMERCIEMENTS pour l'info.
Un grand merci, en particulier pour le non-détail relatif à la notion obsolète depuis longtemps, 1802 au moins, du concept de domination du patriarcat "LE BON PERE DE FAMILLE". Connaîtriez vous une bonne thèse sur l'évolution historique du droit à porter non seulement le nom du père de famille, mais celui de la mère de famille, ainsi que les deux à la fois, sur le territoire français,tout en tenant compte du biais autorisé du "nom d'usage", s'il vous plaît ? MERCI INFINIMENT D AVANCE, si possible.
Cordialement,

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony Bem

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1402 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles