Les pièges du Malraux- La responsabilité des banques

Publié le 29/11/2016 Vu 1 278 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L’investissement locatif et plus précisément celui de type Malraux a eu un succès incontestable auprès des investisseurs français. Le législateur est intervenu à plusieurs reprises pour maintenir et remodeler cet investissement.

L’investissement locatif et plus précisément celui de type Malraux a eu un succès incontestable auprès d

Les pièges du Malraux- La responsabilité des banques

L’investissement locatif et plus précisément celui de type Malraux a eu un succès incontestable auprès des investisseurs français.

Le législateur est intervenu à plusieurs reprises pour maintenir et remodeler cet investissement.

Si la défiscalisation immobilière du type Malraux a le vent en poupe auprès du législateur, la réalité est nettement moins glorieuse tout simplement parce qu’à chaque étape de l’investissement, de nombreux problèmes insoupçonnés et particulièrement coûteux apparaissent.

Tout d’abord, s’agissant du financement de l’opération qui se fait par un emprunt bancaire, la banque étant généralement non historique et présentée comme « partenaire » de l’opération.

Face à un investissement locatif et particulièrement un investissement locatif de type Malraux, les établissements de crédit ont fait souscrire des prêts inadaptés à l’opération.

L’hypothèse classique est le fait pour les établissements de crédits d’octroyer des prêts in fine pour financer l’acquisition du bien ainsi que les travaux de réhabilitation.

Le but des investisseurs étant de vendre leur bien à l’issue de la période de défiscalisation, ces derniers pourront ainsi rembourser le capital emprunté grâce à la revente du bien acquis et rénové.

Dans ce contexte, il est donc évident que le remboursement du prêt est lié à la valeur immobilière du bien acquis.

L’octroi d’un prêt in fine dans le cas d’une opération de défiscalisation immobilière de type Malraux est très fréquent et à tort, car ce prêt est indiscutablement inadapté à cette opération.

Cela ne fait qu’augmenter les facteurs du risque du crédit.

En effet, d’une part il convient de rappeler que le prêt in fine est déjà spécifiquement en lui-même un prêt dangereux. D’autre part, soumettre le remboursement de ce prêt à la valeur immobilière future et supposée d’un bien augmente significativement le risque du crédit.

De façon plus large, le remboursement tient à la viabilité de l’investissement.

Lorsque la banque finance un investissement Malraux par un prêt in fine, elle manque gravement à son devoir de conseil et d’information.

L’établissement de crédit accorde un prêt plus dangereux que les autres, alors même que ni elle ni l’investisseur n’ont de prise sur la valeur du bien acquis et la viabilité de l’investissement.

Dès le financement de l’opération, les investisseurs sont très mal conseillés et éclairés ce qui est des causes d’endettement des investisseurs.

Par ailleurs, après le financement, c’est la question de la finition du bien en lui-même qui pose problème. Nombreux sont les investisseurs qui n’ont jamais vu la fin des travaux ou qui les ont vu s’éterniser pour la bonne et simple raison que les maître d’œuvre tombent en faillite successives.

Dans une telle situation, les investisseurs ne peuvent même pas songer à louer le bien, ce qui implique corrélativement qu’ils ne peuvent défiscaliser. L’opération ne sert donc à rien.

Il faut dès lors saisir un avocat car il existe des solutions juridiques. Les banques sont aujourd’hui régulièrement condamnées par la Cour de cassation. Il est tout à possible d’engager leur responsabilité pour manquement à leur devoir d’information, de conseil voire de mise en garde. 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de ASR AVOCATS - Droit du travail - Droit bancaire - Droit immobilier

Notre cabinet est divisé en plusieurs départements définis en fonction de nos domaines d'intervention: droit du travail, droit bancaire, droit immobilier.

Notre équipe est à votre service pour vous conseiller et vous défendre efficacement devant toutes les juridictions. 

ASR AVOCATS 

01.75.42.60.87 

asr@asr-avocats.com

Mes liens
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles