Retour sur les actions en justice possibles en cas de maltraitance en EHPAD

Publié le 02/02/2022 Vu 1 542 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La parution du livre «Les fossoyeurs» défraye la chronique par ses révélations sur les maltraitances que subiraient les pensionnaires des EHPAD. Si cela s’avérait vrai, les victimes et leur famille pourraient engager des actions judiciaires.

La parution du livre «Les fossoyeurs» défraye la chronique par ses révélations sur les maltraitances que

Retour sur les actions en justice possibles en cas de maltraitance en EHPAD

I-                    Les obligations des EHPAD

 

Un EHPAD a, à l’égard de ses pensionnaires, plusieurs obligations. Il s’engage tout d’abord à garantir un logement aux personnes admises, meublé du matériel adéquat comme un lit médicalisé par exemple. Ensuite, il assure à tous ses pensionnaires un service de restauration. Enfin, un tel établissement garantit qu’une équipe qualifiée prenne en charge les résidents et leur prodigue des soins. Cela va de pair avec l’obligation de sécurité et de prudence que toute maison de retraite supporte à l’égard de ses pensionnaires.

 

II-                  Les recours possibles

 

Pensionnaire s’estimant victime de maltraitance au sein d’un EHPAD, proche ayant consenti à l’admission en maison de retraite de son ainé, ou encore l’ayant vu dépérir au sein d’un tel établissement du fait de mauvais traitements, tous ont la possibilité d’engager des actions, tant sur le plan civil que sur le plan pénal.

 

1.       Sur le plan civil, plusieurs actions peuvent être envisagées

 

·         1- La responsabilité contractuelle

 

L’EHPAD engage sa responsabilité contractuelle envers ses clients lorsqu’elle ne remplit pas ses obligations.

En effet, ORPEA s’engage auprès de ses cocontractants à fournir un confort hôtelier, une restauration gourmande ou encore, et non pas des moindres, des soins de qualités. Or, à la lumière des récentes révélations, il semblerait qu’aucun service proposé ne soit respecté. « Les fossoyeurs » relate en effet que les repas seraient rationnés et de mauvaise qualité, et que les équipes feraient preuve de maltraitance à l’égard des résidents.  Dans un tel cas, la responsabilité contractuelle du groupe pourrait être engagée pour inexécution de ses obligations.

Enfin, cette action offrirait la possibilité d’obtenir des dommages et intérêts comme réparation financière pour le préjudice subi.

·         2- La responsabilité délictuelle

La responsabilité délictuelle de l’EHPAD pourrait être engagée par les membres de la famille du pensionnaire, dans la mesure où ils ne sont pas des clients de la maison de retraite mais parents proches du pensionnaire, donc victime par ricochet.

Ils peuvent engager sur le fondement de l’article 1240 du code civil la responsabilité pour faute de l’EHPAD. En effet, « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer ».

La jurisprudence de la cour de cassation énonce en effet que « le tiers à un contrat peut invoquer, sur le fondement de la responsabilité délictuelle, un manquement contractuel dès lors que ce manquement lui a causé un dommage".

Dès lors, la faute pourrait résulter de la maltraitance ou du défaut de soin du pensionnaire par les équipes d’ORPEA. Le dommage quant à lui peut être matériel et/ou moral. Dans tous les cas, le justiciable pourrait se prévaloir d’un préjudice moral résultant de la souffrance d’avoir assisté au dépérissement du pensionnaire maltraité.

2.       Sur le plan pénal, des actions pourraient également être engagées à l’encontre d’un EHPAD

La responsabilité pénale des personnes morales – comme le sont les EHPAD – peut être engagée sur le fondement de l’article 121-2 du Code pénal, disposant que « les personnes morales (…) sont responsables pénalement des infractions commises, pour leur compte, par leurs organes ou représentants ».

A la lumière des récentes révélations, ces maisons de retraites pourraient se voir actionnées en justice sur les fondements d’homicide involontaire, de mise en danger de la vie d’autrui ou encore de non-assistance à personne en danger, prévus respectivement par les articles 221-6, 223-1 ainsi que l’article 223-6 du code pénal.

En effet, la direction d’ORPEA qui se doit de garantir des mesures de protection suffisantes à l’égard des ainés semble avoir failli à sa tâche, ce qui permettrait d’engager sa responsabilité.

 

III-                La possibilité d’une action de groupe

 

Une action de groupe permet à des personnes qui seraient victimes, par le même professionnel, d’un même préjudice, de saisir les tribunaux collectivement dans le but d’obtenir réparation, par le biais d’une association de défense des consommateurs agréée. Au regard de l’article L. 623-1 du Code de la consommation, le préjudice peut résulter d’un manquement par le professionnel a ses obligations.

Dès lors, une action de groupe de la part d’une association en défense des pensionnaires des EHPAD du groupe ORPEA serait à ce jour envisageable.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Lilou58
06/02/2022 02:05

En 2019 j'ai porté plainte contre l'ehpad des lilas â vitry sur seine. Ce fut la croix et la bannière pour que les services de police prennent ma deposition.En effet, ma maman à été transportée de sa chaise roulante à son lit par une membre du personnel qui lui est tombé dessus. L'incident a été signalé sur le carnet de bord du medecin de l'etablissement sans que rien ne se passe .Elle souffrait beaucoup, la famille n'a pas été prévenue sauf quand elle a dû entrée en urgence à l'hôpital en urgence pour fracture ouverte .Elle est restée plus d'une semaine sans aucun soin et si je n'avais pas été présenté, elle n'était pas nourrie.Le personnel lui déposait son plateau alors qu'elle était dans l'impossibilité absolue de porter la moindre cuillerée jusqu'à sa bouche si bien que je venais la nourrir tous les jours.La suite à été terrible car on a dû lui amputer la jambe.
Même après cela, elle n'était toujours pas nourri. Elle n'a survécu que quelques mois après toute cette horreur et malgres les deux plaintes déposées contre cet établissement et contre la personne qui lui est tombée dessus, rien ne s'est passé. DONC MES PLAINTES N' ONT SERVIES STRICTEMENT À RIEN ! QUE faire de plus?

2 Publié par ASRAVOCATS
07/02/2022 10:49

Chère Madame, Cher Monsieur,

Vous pouvez saisir la justice par voie d'avocat tant au pénal qu'au civil.

Nous pouvons naturellement vous assister dans cette démarche.

Nous représentons déjà plusieurs familles.

Dans un premier temps, je vous invite à nous contacter au cabinet par téléphone au 01.75.42.60.87 ou par mail asr@asr-avocats.com, afin d'évoquer avec vous les différentes solutions.

Bien Cordialement.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de ASR AVOCATS - Contentieux - Responsabilité, Bancaire, Travail, Immo.

Notre cabinet est divisé en plusieurs départements définis en fonction de nos domaines d'intervention: droit du travail, droit bancaire, droit immobilier.

Notre équipe est à votre service pour vous conseiller et vous défendre efficacement devant toutes les juridictions. 

ASR AVOCATS 

01.75.42.60.87 

asr@asr-avocats.com

Mes liens
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles