Nouvelle annulation d’un cautionnement de la Banque Société Générale à défaut de signature conforme

Publié le Modifié le 30/03/2018 Par Anthony Bem Vu 2 428 fois 2

L’apposition de la signature de la caution avant la mention manuscrite entraine-t-elle la nullité du cautionnement ?

Nouvelle annulation d’un cautionnement de la Banque Société Générale à défaut de signature conforme

Le 16 février 2018, le Tribunal de grande instance de Pontoise a rendu une nouvelle décision favorable au profit d’un couple de clients du Cabinet Bem, en annulant leur cautionnement au profit de la banque Société Générale.

En l’espèce un couple de gérants de SARL s’est porté caution solidaire du remboursement de l’emprunt contracté par leur entreprise, à hauteur d’un montant de 45.000 € chacun.

Leur société a été placée en liquidation judiciaire et la banque a appelé les deux cautions en garantie puis à défaut de paiement les a assignés devant le Tribunal de grande instance de Pontoise.

Or, l’une des deux cautions a placé la signature de son cautionnement avant la mention manuscrite légale obligatoire prévue à l’article L331-1 du Code de la consommation.

Pour mémoire, cet article dispose que : 

« Toute personne physique qui s'engage par acte sous seing privé en qualité de caution envers un créancier professionnel fait précéder sa signature de la mention manuscrite suivante et uniquement de celle-ci : 


" En me portant caution de X...................., dans la limite de la somme de.................... couvrant le paiement du principal, des intérêts et, le cas échéant, des pénalités ou intérêts de retard et pour la durée de...................., je m'engage à rembourser au prêteur les sommes dues sur mes revenus et mes biens si X.................... n'y satisfait pas lui-même. " »

En pratique, cette mention manuscrite est souvent reproduite à la fin de l’acte de cautionnement, en bas de page, à un endroit où, en fonction de la taille de l’écriture de la caution, il ne reste ensuite plus réellement de place pour que celle-ci y appose sa signature, ce qui oblige la caution a signé au-dessus ou à côté de la mention, là où il reste de la place.

Or, pour que l’engagement de caution ne soit susceptible d’aucune remise en cause, deux formalités doivent être cumulativement respectées, à peine de nullité du cautionnement, à savoir :

  • d’une part, l’apposition à l’identique de la mention manuscrite légalement requise, sans ajouter ou soustraire, ni même remplacer certains mots,

  • d’autre part, que la mention manuscrite précède la signature de la caution.

Ainsi, le Tribunal de grande instance de Pontoise a jugé que :

« le formalisme prescrit à l’article L331-1 du Code de la consommation est une règle de validité de l’acte et s’impose à toutes les cautions, avertie ou non, professionnelles ou particulières.

En l’espèce, l’une des deux cautions a apposé sa signature au-dessus de la mention manuscrite légalement requise sans signer à nouveau sous cette mention. Par conséquent, la condition impérative de validité n’est pas remplie à leur égard.

Faute de respecter les dispositions impératives de ce texte, le cautionnement est nul, et la banque doit être déboutée de toutes ses demandes formées à l’encontre des cautions ».

Il est intéressant de souligner que le tribunal a annulé les deux cautionnements alors que seul l’un d’eux était vicié en la forme.

Cette solution est donc particulièrement intéressante puisqu’elle permet utilement aux cautions solidaires, cofidéjusseurs ou co-cautions d’obtenir l’annulation de leurs cautionnements, par le jeu de la « théorie des dominos ».

Enfin, il convient de garder en mémoire que la non apposition de la signature après la mention manuscrite n’est que l’un des multiples moyens de défense que les cautions sont susceptibles d’invoquées lorsqu'elles sont appelées en garantie et en paiement des dettes de la société cautionnée.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

Une question sur cet article ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Anthony BEM

249 € TTC

1278 évaluations positives

Note : (5/5)
Publié par Visiteur
25/03/18 18:49

Encore une annulation prononcée en faveur des cautionnements dans ce nouveau dossier, alors que seul l'un d'eux était vicié de forme !!
Félicitations une fois de plus au Cabinet de Maître BEM qui est vraiment expert en la matière.....
Nous attendons avec le plus grand intérêt l'issue de notre propre affaire personnelle, qui souhaitons le, connaîtras le même sort !!

Publié par Maitre Ant...
25/03/18 19:42

Bonjour Jack 19,

Merci beaucoup pour vos encouragements.

J’espère aussi qu’il en ira de même pour vous.

Cordialement.

Commenter cet article
Votre commentaire :
Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony Bem

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 2.600 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1250 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1278 évaluations positives

Note : (5/5)
Demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles