Sauf accord, l'activité syndicale d'un salarié ne peut pas être évoquée lors de son évaluation

Publié le 18/05/2011 Vu 2 630 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L'exercice d'activités syndicales ne doit pas être pris en compte dans l'évaluation professionnelle d'un salarié, sauf application d'un accord collectif visant à en assurer la neutralité ou à le valoriser (Cass. soc. 23 mars 2011 n° 09-72.733 (n° 739 F-D), Martinez c/ Sté Gan assurances vie)

L'exercice d'activités syndicales ne doit pas être pris en compte dans l'évaluation professionnelle d'un sa

Sauf accord, l'activité syndicale d'un salarié ne peut pas être évoquée lors de son évaluation

Un salarié investi de divers mandats représentatif et syndicaux avait pris acte de la rupture de son contrat. Il invoquait devant le juge notamment le fait que son supérieur hiérarchique avait fait référence à ses activités syndicales lors de son évaluation annuelle.

 

La cour d'appel de Toulouse écarte l'existence d'une discrimination syndicale en considérant que ses activités avaient été évoquées de façon objective et non sous la forme d'un grief. En l'occurrence, les termes de l'un des courriers litigieux qui lui reprochait des résultats médiocres étaient les suivants : « votre implication dans la vie syndicale de l'entreprise de notre entreprise est consommatrice d'une part non négligeable de votre temps ».

 

Pour justifier leur décision, les juges du fond ont également relevé que l'auteur de ces courriers, son supérieur hiérarchique, était lui-même délégué du personnel et syndicaliste et que, en tout état de cause, le salarié avait bénéficié d'une promotion depuis la prise de ses fonctions syndicales.

 

La Cour de cassation censure cette décision reprenant une formule claire et sans équivoque : l'exercice d'activités syndicales ne peut être pris en considération dans l'évaluation professionnelle d'un salarié (Cass. soc. 17 octobre 2006 : RJS 1/07 n° 56, Bull. civ. V n° 306).

 

Mais, pour la première fois à notre connaissance, la Haute Juridiction ajoute une exception à ce principe : l'activité syndicale peut être prise en considération en application d'un accord collectif visant à la neutraliser ou à la valoriser. En aucun cas, elle ne doit porter préjudice au salarié.

 

Cette solution tire en fait les conséquences d'une disposition introduite dans le Code du travail par la loi portant rénovation de la démocratie sociale du 20 août 2008. Selon ce texte, un accord collectif doit déterminer les mesures à mettre en oeuvre pour concilier la vie professionnelle avec la carrière syndicale et pour prendre en compte l'expérience acquise, dans le cadre de l'exercice de mandats, par les représentants du personnel désignés ou élus dans leur évolution professionnelle (C. trav. art. L 2141-5, al. 2).

 

Il ressort de cet arrêt que, à défaut d'un accord collectif prévoyant des dispositions spécifiques en faveur des salariés syndiqués dans le déroulement de leur carrière, l'employeur ne doit en aucun cas faire référence aux activités syndicales d'un salarié lors de son évaluation professionnelle.

 

Il importe peu que ces activités soient évoquées de façon neutre et objective.

 

Un manquement à ce principe entraîne la condamnation à verser des dommages et intérêts au salarié, quand bien même celui-ci n'aurait subi aucun préjudice dans le déroulement de sa carrière et/ou de sa rémunération du fait de ses activités syndicales.

 

 

Source : Editions Francis Lefebvre

Vous avez une question ?
Blog de Maître Julie BELMA

Julie BELMA

100 € TTC

19 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles