Low Cost juridique: le divorce n'est pas une simple formalité administrative

Publié le 16/01/2014 Vu 2 814 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Un site de low cost juridique dénommé "Divorce-discount.com" a été sommé de cesser ses activités en proposant de se passer d'avocat pour divorcer et ainsi faire du divorce une simple formalité. Les low Cost fleurissent aussi bien dans le juridique que dans la dentisterie, activités réglementées et peut être au final plus sérieuses qu'on ne le pense communément. Pourquoi le low cost fait il long feu?

Un site de low cost juridique dénommé "Divorce-discount.com" a été sommé de cesser ses activités en prop

Low Cost juridique: le divorce n'est pas une simple formalité administrative

Le mariage comme le divorce est une affaire sérieuse et tout ce qui est sérieux doit être traitée sérieusement.

Aussi, même quand un couple est d’accord sur tout et notamment sur le principe de se séparer, le recours à un seul avocat est-il possible, au lieu de deux. Il est non seulement possible mais en fait indispensable, c’est à dire obligatoire pour divorcer par consentement mutuel. Qu’il en faille un ou deux, le fait est qu’il en faut tout court pour divorcer.

Divorce-discount.com proposait de contourner cette règle tout en proposant une consultation, la rédaction d’actes et le dépôt des dits actes ( requête et convention)  au tribunal, tout cela moyennant finances évidemment.

Ce faisant, ses propriétaires violaient alors le monopole qu’ont les avocats sur ces prestations nonobstant le fait qu’ils utilisaient des avocats affiliés qui prêtaient contre rémunération leurs cabinet.

En pleine réflexion nationale sur l’opportunité d’une éventuelle simplification de la procédure de divorce par consentement mutuel, le site en litige permettait aux couples désunis de divorcer à moindre frais et suivant une procédure allégée. Pour ce faire, il proposait à des avocats partenaires un contrat de coopération par lequel ils s’engageaient à procéder aux démarches nécessaires, à apposer tampons et signatures sur les documents préparés par le site. Le client ne voyait son avocat que le jour de l’audience et ce dernier était rémunéré par le site. En conséquence, aucune personnalisation de la relation client/avocat n’était instaurée pour la rédaction de la convention de divorce, aucun conseil ni avis n’étaient prodigués aux époux sur les conditions ou conséquences du divorce.

Ce site a été condamné à interrompre toute activité de consultation juridique et de rédaction d’actes, de retirer ses offres de service concernant les procédures de divorce et son slogan « n°1 du divorce en France ou en ligne », par une ordonnance de référé du 24 décembre 2013 du TGI d’Aix-en-Provence.


Le tribunal a estimé que la prestation en ligne offerte par le site se situait en dehors du cadre fixé par la loi du 31 décembre 1971 qui impose des conditions à l’exercice du conseil et de la rédaction d’actes et interdit de le faire par personne interposée. Cela constitue donc un trouble manifestement illicite qu’il convient de faire cesser et un danger imminent pour de nouveaux clients potentiels qu’il y a lieu de prévenir.

lire la décision

Vous avez une question ?
Blog de Le BLOG  de Maître Muriel Bodin, avocate

Muriel BODIN

100 € TTC

38 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles