Le délit d’apologie du terrorisme sur internet réprimé par le code pénal

Publié le 09/02/2015 Vu 15 938 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Place nette sur le net. Quelles sont les sanctions du délit pénal d’apologie du terrorisme sur internet ou ailleurs ?

Place nette sur le net. Quelles sont les sanctions du délit pénal d’apologie du terrorisme sur internet ou

Le délit d’apologie du terrorisme sur internet réprimé par le code pénal

Dans une circulaire du 12 janvier 2015, la ministre de la Justice Christiane Taubira a demandé aux procureurs de la République de « faire preuve d'une extrême réactivité dans la conduite de l'action publique envers les auteurs » d'apologie du terrorisme, de propos racistes ou antisémites.

Pour mémoire, le délit d’apologie du terrorisme, au même titre que le délit de provocation à la commission d’actes terroristes, était initialement puni d’une peine de cinq ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende sur le fondement de l’article 24 alinéa 6 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.

Ainsi, cette infraction appartenait uniquement à la catégorie des délits commis par la voie de presse.

Il en résultait que la poursuite de cette infraction se trouvait enfermée dans un délai d’action de trois mois tel que prévu par les règles spécifiques de prescription en matière de presse. 

De plus, ce fondement sur la loi de la presse ne permettait pas de placer l’auteur présumé de l’infraction en détention provisoire pour les nécessités de l’enquête, empêchant ainsi une application des règles de procédure pénale.

Au vu de ces restrictions procédurales, la loi n°2012-1432 du 21 décembre 2012 relative à la sécurité et à la lutte contre le terrorisme a marqué son importance en portant le délai de prescription à un an (art. 65-3 de la loi de 1881) et en autorisant le placement en détention provisoire.

Par la suite, la loi n°2014-1353 du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme a créé l’article 421-2-5 du code pénal incriminant les délits de provocation à la commission d’actes terroristes et d’apologie du terrorisme.

Ainsi, les délits de presse de provocation à la commission d’actes terroristes et d’apologie du terrorisme sont désormais intégrés au code pénal.

L’article 421-2-5 du code pénal prévoit aussi de nouvelles sanctions plus répressives et l’aspect internet en ce qu’il dispose que : 

« Le fait de provoquer directement à des actes de terrorisme ou de faire publiquement l'apologie de ces actes est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 € d'amende.

Les peines sont portées à sept ans d'emprisonnement et à 100 000 € d'amende lorsque les faits ont été commis en utilisant un service de communication au public en ligne. (...) ».

Ce faisant, certaines règles de procédure pénale sont désormais applicables aux auteurs présumés de ces délits, tels que :

  • le délai de prescription d’action publique de trois ans prévu pour les délits  ; 

  • les actes d’enquête tels que les écoutes téléphoniques, l’infiltration, la surveillance, la sonorisation et la captation d’images, les mesures conservatoires sur les biens saisis et la captation de données informatiques ;

  • les actes de l’instruction tels que le contrôle judiciaire, l’assignation à résidence avec surveillance électronique, la détention provisoire ;

  • la compétence universelle du tribunal de grande instance de Paris ;

  • la saisine rapide des juridictions de jugement telles que :

A titre d’exemple, le 14 janvier 2015, Dieudonné a été placé en garde à vue après avoir publié sur Facebook, le 11 janvier 2015 « je me sens Charlie Coulibaly », étant le nom de l’auteur du meurtre d’une policière à Montrouge le 8 janvier et de l’assassinat de quatre juifs lors de la prise d’otages dans un hypermarché casher porte de Vincennes à Paris le 9 janvier.

Déjà, en août 2014, Dieudonné avait publié une vidéo intitulée «Feu Foley» revenant sur la décapitation du journaliste américain James Foley par les djihadistes de l’Etat islamique.

A cet égard, le parquet de Paris a convoqué Dieudonné devant le tribunal correctionnel de Paris afin d’être jugé pour apologie du terrorisme.

A nouveau la liberté d’expression se trouve au cœur du débat médiatique et s’annonce être le fondement de la défense de Dieudonné.

Or, il est important de garder en mémoire que la liberté d’expression n’est pas absolue.

En effet, la liberté d’expression ne peut pas être invoquée pour justifier des propos incitant à la haine raciale ou des faits d’apologie de crimes ou de tout acte terroriste expressément incriminés par la loi pénale.  

C’est d’ailleurs ce que la Cour de cassation et le Conseil d’Etat ont mis en évidence pour condamner l’humoriste français pour injure raciale envers les personnes d'origine ou de confession juive (Cass. Crim., 16 octobre 2012, N°11-82866) et interdire son spectacle pour risques sérieux d'atteintes à la dignité humaine par le Conseil d’Etat (Ministre de l'Intérieur c/ Société Les Productions de la Plume et M. Dieudonné M'Bala M'Bala, 9 janvier 2014, n° 374508).

En l’espèce, il s’agit de juger l’auteur présumé de l’infraction pénale d’apologie du terrorisme telle que définie et sanctionnée par l’article 421-2-5 du code pénal.  

Pour cela, il convient de rappeler les motifs du projet de loi renforçant la prévention et la répression du terrorisme à l’origine de ce texte aux termes desquels le gouvernement avait bien précisé qu’« il ne s'agit pas en l'espèce de réprimer des abus de la liberté d'expression, mais de sanctionner des faits qui sont directement à l'origine des actes terroristes ».

Autrement dit, les dispositions de l’article 421-2-5 du code pénal répriment exclusivement l’apologie des actes terroristes et n’ont pas pour objet de sanctionner les abus de la liberté d’expression. 

Il s’agit donc, au travers de ces dispositions, de renforcer l’arsenal juridique existant pour lutter contre le terrorisme et non de menacer les libertés fondamentales d’expression et d’opinion consacrées aux articles 10 et 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

La garde des Sceaux indique que plus de cinquante procédures judiciaires pour apologie du terrorisme et menaces d'actions terroristes ont été ouvertes.

Plusieurs condamnations viennent d’être prononcées sur le fondement de l’article 421-2-5 du code pénal :

- dix mois de prison ferme pour avoir crié dans un transport public :  « Les frères Kouachi, c'est que le début, j'aurais dû être avec eux pour tuer plus de monde » ;

- dix mois de prison ferme pour avoir riposté à l’encontre des policiers lors d’un contrôle routier :   « On va tous vous niquer à la kalachnikov » et « je vais venir au commissariat pour faire comme à Paris » ;

- trois mois de prison ferme pour avoir crié sur la voie publique : « Je nique les Français, je suis propalestinien, je veux faire le djihad et vous tuer à la kalach' sales juifs ».

Il conviendrait que cet arsenal pénal s’applique aussi sur internet puisque le droit permet de faire place nette sur le net.

L’Europe doit également se doter d’instruments transnationaux et développer des outils communs, à l’échelle du continent, pour lutter contre les organisations et individus qui font de la haine d’autrui le moteur de leur vie, que ce soit au travers de propos antisémites,  racistes ou de propos xénophobes diffusés sur la toile.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

PS : Pour une recherche facile et rapide des articles rédigés sur ces thèmes, vous pouvez taper vos "mots clés" dans la barre de recherche du blog en haut à droite, au dessus de la photographie.

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1426 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h max.

1426 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles