Contestation de l’admission d’une créance par le juge commissaire

Publié le 03/01/2012 Vu 57 893 fois 16
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Lorsqu’une procédure collective est ouverte à l’encontre d’une société, le juge-commissaire valide les créances déclarées par son ordonnance. Le créancier est en effet tenu de déclarer sa créance existant antérieurement au jugement d’ouverture de la procédure dans un délai de 2 mois à compter de la publication de ce jugement. Les créances déclarées font l'objet d'une vérification par le mandataire judiciaire, puis il appartient au juge-commissaire de se prononcer sur leur admission. Elle peut être acceptée ou rejetée (totalement ou partiellement), et cette décision revêtira l’autorité de chose jugée. La décision du juge commissaire est cependant susceptible d’être contestée par le créancier, le débiteur, ou le mandataire judiciaire, et ce par la voie de l’appel. Nous étudierons et illustrerons ce recours en appel, après avoir rappelé les principes gouvernant la vérification de la créance et la décision du juge commissaire.

Lorsqu’une procédure collective est ouverte à l’encontre d’une société, le juge-commissaire valide l

Contestation de l’admission d’une créance par le juge commissaire

 

Lorsqu’une procédure collective est ouverte à l’encontre d’une société, le juge-commissaire valide les créances déclarées par son ordonnance.

Le créancier est en effet tenu de déclarer sa créance existant antérieurement au jugement d’ouverture de la procédure dans un délai de 2 mois à compter de la publication de ce jugement.

Les créances déclarées font l'objet d'une vérification par le mandataire judiciaire, puis il appartient au juge-commissaire de se prononcer sur leur admission.

Elle peut être acceptée ou rejetée (totalement ou partiellement), et cette décision revêtira l’autorité de chose jugée.

La décision du juge commissaire est cependant susceptible d’être contestée par le créancier, le débiteur, ou le mandataire judiciaire, et ce par la voie de l’appel.

Nous étudierons et illustrerons ce recours en appel, après avoir rappelé les principes gouvernant la vérification de la créance et la décision du juge commissaire.

 

  • Vérification de la créance

Aux termes de l’article R 624-1 al.1 du Code de commerce, « la vérification des créances est faite par le mandataire judiciaire, le débiteur et, le cas échéant, les contrôleurs désignés, présents ou dûment appelés ».

En pratique, le Tribunal fixera un délai, dans lequel le mandataire judiciaire devra établir la liste des créances déclarées, avec ses propositions d'admission, de rejet ou de renvoi devant la juridiction compétente, et remet cette liste au greffe pour être directement transmise au juge-commissaire.

Si la créance est discutée, le mandataire judiciaire doit avertir le créancier en lui demandant de faire connaître ses explications par lettre recommandée avec demande d'avis de réception.

Les mentions devant figurer dans cette lettres sont le montant de la créance, l’objet de la discussion, et rappeler que si le créancier ne répond pas dans les 30 jours, il ne pourra plus contester ultérieurement la proposition du mandataire judiciaire (C. com. art. L 622-27 et R 624-1, al. 2 ; Cass. com. 12-11-1997).

 

  • Décision du juge-commissaire

Après que cette liste ait été remise par le mandataire au juge-commissaire, ce dernier pourra statuer sur le sort des créances.

En effet, aux termes de l’article L 624-2 du Code de commerce, « au vu des propositions du mandataire judiciaire, le juge-commissaire décide de l'admission ou du rejet des créances ou constate soit qu'une instance est en cours, soit que la contestation ne relève pas de sa compétence ».

Cet article mentionne, outre le pouvoir du juge d’admettre ou de rejeter la créance, la notion de sa compétence.

-      compétence

Ainsi, il ne sera pas compétent pour statuer sur la créance en cas d’instance en cours.

Cette instance en cours doit s’entendre de celle contre le débiteur et non pas du débiteur contre un créancier (CA Versailles 20-11-1997).

Le juge-commissaire ne sera pas non-plus compétent si la contestation ne relève pas de la compétence du tribunal ayant ouvert la procédure collective (Cass. com. 19-5-1998), car elle peut relever par exemples des juridictions administratives ou arbitrales.

En conséquence, et toujours sur le fondement de l’article L 624-2, le juge-commissaire peut soulever d’office son incompétence et prendre une décision constatant l'existence d'une contestation ne relevant pas de sa compétence.

Ces décisions statuant sur la compétence ou sur la contestation d'une créance sont notifiées au débiteur et au créancier ou à son mandataire par le greffier, dans les huit jours (C. com. art. R 624-4, al. 3 s.).

-      admission ou rejet de la créance

Le juge n'est pas tenu de suivre les propositions que le mandataire judiciaire a établies sur sa liste (Cass. com. 1-4-2003 n° 605).

En vertu de l’article L 624-2, le juge peut prononcer l’admission des créances déclarées.

Pour ce faire, la créance doit être admissible, c’est-à-dire certaine dans son existence et déterminée dans son montant.

Ainsi, la jurisprudence a admis la créance à hauteur des factures produites et non au montant que le débiteur s'est engagé à rembourser (Cass. com. 14-6-1994), une créance pour laquelle les formalités de publicité n’avaient pas été remplies mais qui avait été déclarée au mandataire judiciaire  (CA Rouen 9-9-1993).

Le montant de la créance à admettre est celui existant au jour de l'ouverture de la procédure, indépendamment des paiements effectués postérieurement entre les mains du créancier (Cass. com. 8-6-2010 n° 09-14.624).

L’admission de la créance devra ensuite être notifiée.

Cette notification se fera par lettre simple aux créanciers ou à leur mandataire, et devra préciser le montant pour lequel la créance est admise, et les sûretés et privilèges dont elle est assortie.

La créance admise a autorité de la chose jugée (Cass. com. 25-11-2008 n° 07-14.583), elle n’est donc plus contestable.

La créance peut toutefois être rejetée, dans ce cas cette décision doit être motivée (Cass. com. 25-2-1997).

Ainsi, sera rejetée la créance dont il est constaté par les juges qu'elle n'appartient pas au déclarant mais à des tiers (Cass. com. 14-5-1996).

 

  • Recours contre la décision du juge commissaire

Si la créance admise devient incontestable, elle ne le sera qu’après que l’expiration du délai légal de recours.

Sur la décision relative à l’admission de la créance ou à l’incompétence du juge-commissaire, le créancier, le débiteur ou le mandataire judiciaire peuvent agir devant la cour d'appel lorsque la matière est de la compétence de la juridiction qui a ouvert la procédure collective (C. com. art. L 624-3, al. 1 et R 624-7).

Cependant, le créancier qui n'a pas répondu au mandataire judiciaire dans les 30 jours de la réception de la lettre de ce dernier l'invitant à faire connaître ses observations ne peut pas exercer de recours contre la décision du juge-commissaire lorsque celle-ci confirme la proposition du mandataire.

Le tiers intéressé est lui aussi autorisé à former réclamation devant le juge-commissaire contre l'état des créances dans le délai d'un mois à compter de la publication au Bodacc du dépôt au greffe de cet état (C. com. art. L 624-3-1 et R 624-8, al. 4), ce recours devant lui aussi être formé devant la Cour d’appel (C. com. art. R 624-10).

Ainsi, le fait que le recours à l'encontre des décisions du juge-commissaire statuant sur l'admission des créances, y compromis d'incompétence, est l'appel, a été l’objet de décision de la Cour de cassation (Cass. com., 22 janv. 2008, n° 06-18.703).

En l'espèce, une société de bâtiment avait conclu avec une société de garantie financière une convention de cautionnement.

Cette convention comprenait une clause compromissoire en cas de désaccord sur l'interprétation ou l'exécution du contrat.

La société de bâtiment fait l'objet d'une procédure de liquidation judiciaire, et la société de garantie procède à une déclaration de créance.

Cette créance a été contestée au motif notamment qu'il existait un contentieux entre les parties sur l'exécution du contrat.

Le juge commissaire par voie d'ordonnance constate que la contestation est relative à un contentieux sur l'exécution du contrat liant les parties et que dès lors, cette contestation ne relève pas de sa compétence.

La cour d'appel déclare le recours irrecevable au motif que la décision d'incompétence du juge-commissaire au profit d'une juridiction arbitrale est déférée directement aux arbitres.

Or, selon la Cour de cassation « le recours ouvert à l'encontre des décisions du juge-commissaire statuant sur l'admission des créances, y compris lorsque cette juridiction, faisant application d'une clause compromissoire, se déclare incompétente, est l'appel ».

Ainsi, la Cour se prononce pour la compétence de la cour d'appel, pour connaître d'une contestation de créance et d'un appel de l'ordonnance du juge-commissaire, bien que l’on fût, en l’espèce, en présence d'une clause compromissoire.

En conséquence, même le transfert de compétence au profit d'une autre juridiction (dans cette affaire, la juridiction arbitrale), la décision constatant l'incompétence doit être susceptible de recours.

Joan DRAY
Avocat à la Cour
joanadray@gmail.com

76-78 rue Saint-Lazare
75009 -PARIS
TEL:01.42.27.05.32
FAX: 01.76.50.19.67
Vous avez une question ?
Blog de Maître Joan DRAY

Joan DRAY

130 € TTC

307 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
23/01/2015 11:11

Bonjour,
je viens de recevoir une notification de créances admises, une somme de 200,99 euros à titre chirographaire admise...

Je souhaiterai connaître la nature exacte de cette somme car je ne sais même pas à qui je dois cette somme et aucun détail n'apparaît...

Comment puis-je payer ce que je dois sans savoir ce que c'est et à qu'elle personne??,

Pouvez-vous m'indiquer la marche à suivre.

Codialement

2 Publié par Visiteur
23/01/2015 21:18

Une créance est une somme que l'on vous doit. Par exemple, lorsque vous avez acheté quelque chose et que vous n'avez jamais reçu le produit car la société qui vous l'a vendu était en liquidation judiciaire.
Vous avez donc déclaré cette somme au liquidateur judiciaire qui vous signifie par courrier que cette créance a été acceptée. Vous devriez donc être remboursée de la somme de 200,99 euros s'il reste assez d'argent pour payer toutes les créances...

3 Publié par LEVATITI
24/01/2015 10:38

Bonjour,

Un créancier chirographaire est un créancier simple, c'est-à-dire ne disposant d'aucune garantie particulière (privilège, nantissement, hypothèque) lui permettant d’être payé avant les autres créanciers, sur le prix de vente des biens de son débiteur. Il dispose seulement, comme garantie du paiement de sa créance, de l'ensemble des biens actuels et à venir de son débiteur.

S'il n'est pas payé, un créancier chirographaire peut faire vendre les biens de son débiteur pour se payer sur le prix de vente, mais il est en concurrence avec tous les autres créanciers.

Lors de la vente des biens du débiteur, il vient après les créanciers privilégiés.

Ensuite la répartition du solde éventuel se fait au marc le franc , c'est-à-dire que les sommes sont réparties entre les différents créanciers chirographaires au prorata de leur créance.

4 Publié par Visiteur
21/04/2015 16:54

Bonjour,

J'ai reçu une notification d'admission au passif de ma créance de 300€ vis-à-vis d'une société de vente en ligne qui est en liquidation.
Ma créance est inscrite à titre chirographaire. Comment dois-je/puis-je demander un recours pour la faire inscrire à titre privilégié ou super-privilégié ? Quels arguments sont pris en compte dans ce type de cas ?
Vous remerciant par avance,

Cordialement.

5 Publié par Visiteur
23/04/2015 19:48

bonjour Maître,
je viens de recevoir la réponse du mandataire de la personne qui me doit 150 000€. Elle conteste ma demande quelle considère chirographaire.
L'histoire : il était entendu que madame x me vende un local commercial.Pour cela, l'avance qu'elle me demandait lui a été versée.Avance qu'elle a aussitôt encaissée.(/05/2013) Cette vente ne c'est jamais faite, de part la volonté de madame x.
La mandataire estime qu'il s'agit d'une dette personnelle et non professionnelle car le nom de la société ne figure pas sur la lettre manuscrite que madame x m'a fournie pour reconnaissance d'avoir perçue la somme. Pourtant, elle y a bien d'écrit son identité, le nom de l'enseigne et son adresse d'exploitation.
Est ce vrai ?! Quel recours puis je avoir ?!
Je vous remercie de l'attention que porterez à ma demande et vous pris d'agréer, Maître, l'expression de mes respectueuses salutations.

6 Publié par Visiteur
02/06/2015 14:42

bonjour Maître,
je viens de recevoir une convocation à comparaitre devant un juge commissaire aux fins d'entendre statuer sur la demande d'admission de créances contestées; cependant, ce tribunal étant à 1000 KM de chez moi et ne pouvant me déplacer, quelles sont les solutions qui s'offrent à moi; et quelles suites si je ne me rends pas au tribunal ce jour; pourrais-je contester par lettre ?( le mandataire me donne 700 € alors que je me suis fait escroquer de 20000€
comment me défendre
merci d'avoir l'amabilité de me répondre étant désemparé
Cordialement

7 Publié par Visiteur
12/12/2015 19:36

bonjour,
j'ai reçu un courrier du mandataire judiciaire me disant que ma créance de 13.000 euros à titre chirographaire est contestée pour les motifs que les associés d'une scop en redressement ne peuvent reprendre leur apport qu'après paiement du passif social. il veut demander au juge commissaire le rejet de ma créance. et me demande des explications que dois lui répondre merci

8 Publié par Visiteur
12/12/2015 19:37

bonjour,
j'ai reçu un courrier du mandataire judiciaire me disant que ma créance de 13.000 euros à titre chirographaire est contestée pour les motifs que les associés d'une scop en redressement ne peuvent reprendre leur apport qu'après paiement du passif social. il veut demander au juge commissaire le rejet de ma créance. et me demande des explications que dois lui répondre merci

9 Publié par Visiteur
12/12/2015 19:38

bonjour,
j'ai reçu un courrier du mandataire judiciaire me disant que ma créance de 13.000 euros à titre chirographaire est contestée pour les motifs que les associés d'une scop en redressement judiciaire ne peuvent reprendre leur apport qu'après paiement du passif social. il veut demander au juge commissaire le rejet de ma créance. et me demande des explications que dois-je lui répondre? merci

10 Publié par Visiteur
21/06/2016 19:03

Bonjour en liquidation judiciaire frauduleuse le mandataire m impose des créances non dues que faire?

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles