Dénonciation de la saisie attribution et procédure collective :

Publié le 19/02/2013 Vu 78 857 fois 17
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La saisie attribution constitue une des procédures de recouvrement les plus efficaces. Cette voie d’exécution a pour objet de bloquer immédiatement, et à l’insu du débiteur, les sommes dues par le débiteur poursuivi. Elle permet, ainsi, au créancier, porteur d’un titre exécutoire de se faire payer une somme d’argent par le débiteur de son débiteur. Cette procédure met donc en cause trois personnes juridiquement distinctes : le débiteur contre qui la procédure d’exécution est dirigée, le créancier saisissant et le tiers saisi qui détient des sommes qui reviennent au débiteur défaillant. Pour faire valoir ses droits, le créancier doit respecter une procédure spécifique prévue par le Code des procédures civiles d’exécution. Une fois la créance reconnue par une décision de justice, le recours à un huissier est nécessaire pour faire exécuter la décision. Celui-ci signifie au tiers l’acte de saisie et défense est faite au débiteur de disposer des sommes réclamées dans la limite de ce qu’il doit. L’huissier doit dans les 8 jours de la signification de l’acte de saisie, informer le débiteur par la dénonciation. Cette règle, en apparence simple suscite des difficultés, lorsqu’une procédure collective est ouverte à l’encontre du débiteur. En effet, l’article L622-21 II du Code de commerce limite les possibilités de poursuivre une voie d’exécution contre un débiteur faisant l’objet d’une procédure collective. Toutefois, il ne les empêche pas totalement. Mais, encore faut il déterminer à quelle personne signifiée l’acte de dénonciation de la saisie. Pour se faire, il convient de distinguer le cas où la saisie attribution a été pratiquée avant le jugement d’ouverture de la procédure (I) de celle pratiquée après le jugement d’ouverture et ayant pour cause le paiement d’une créance utile (II)

La saisie attribution constitue une des procédures de recouvrement les plus efficaces. Cette voie d’exécu

Dénonciation de la saisie attribution et procédure collective :

Dénonciation de la saisie attribution et procédure collective :

La saisie attribution  constitue une des procédures de recouvrement les plus efficaces. Cette voie d’exécution a pour objet de bloquer immédiatement, et à l’insu du débiteur, les sommes dues par le débiteur poursuivi.

Elle permet, ainsi, au créancier, porteur d’un titre exécutoire de se faire payer une somme d’argent par le débiteur de son débiteur.

Cette procédure met donc en cause trois personnes juridiquement distinctes : le débiteur contre qui la procédure d’exécution est dirigée, le créancier saisissant et le tiers saisi qui détient des sommes qui reviennent au débiteur défaillant.

 Pour faire valoir ses droits, le créancier doit respecter une procédure spécifique prévue par le Code des procédures civiles d’exécution.

 Une fois la créance reconnue par une décision de justice, le recours à un huissier est nécessaire pour faire exécuter la décision.

Celui-ci signifie au tiers l’acte de saisie et défense est faite au débiteur de disposer des sommes réclamées dans la limite de ce qu’il doit. L’huissier doit dans les 8 jours de la signification de l’acte de saisie, informer le débiteur par la dénonciation.

Cette règle, en apparence simple suscite des difficultés, lorsqu’une procédure collective est ouverte à l’encontre du débiteur.

En effet, l’article L622-21 II du Code de commerce limite les possibilités de poursuivre une voie d’exécution contre un débiteur faisant l’objet d’une procédure collective.

Toutefois, il ne les empêche pas totalement. Mais, encore faut il déterminer à quelle personne signifiée l’acte de dénonciation de la saisie. Pour se faire, il convient de distinguer le cas où la saisie attribution a été pratiquée avant le jugement d’ouverture de la procédure (I) de celle pratiquée après le jugement d’ouverture et ayant pour cause le paiement d’une créance utile (II)

I-           La saisie attribution pratiquée avant le jugement d’ouverture :

Une telle saisie est valable si l’acte de saisie a été signifié au tiers avant le jugement d’ouverture (art L622-21 C com).

En effet, l’ouverture de la procédure ne remet pas en cause l’attribution de la créance au saisissant, et celui-ci, devenu de plein droit créancier personnel du tiers saisi n’est pas tenu de déclarer sa créance à l’égard du débiteur à la procédure (Cass com 13 octobre 1998 n°96-14.295).

Mais, le jugement d’ouverture n’est pas sans effet sur la procédure de saisie attribution. En effet, ce dernier interrompt le délai pour contester la saisie.


Aussi, la Cour de cassation estime que si le jugement d'ouverture est rendu pendant le délai de contestation d'un mois qui suit la dénonciation de la saisie au débiteur, le jugement interrompt ce délai : « lorsque le jugement de liquidation judiciaire est prononcé au cours du délai ouvert pour contester la saisie-attribution, il interrompt le délai et un nouveau délai commence à courir à compter de la dénonciation faite au liquidateur » (Cass com 19 janvier 1999 n° 96-18.526).

A l’inverse, si le jugement d’ouverture de la procédure a été rendu après l’expiration du délai d’un mois suivant la dénonciation régulière de la saisie au débiteur, le créancier pourra obtenir le certificat de non contestation dont dépend son paiement par le tiers saisi.

Ainsi, si la liquidation judiciaire intervient après l’expiration du délai de dénonciation, la dénonciation dans les délais au débiteur alors maître de ses biens est valable. C’est cette solution que la Cour de cassation a rappelé dans un arrêt du 2 octobre 2012.

En l’espèce, une société avait été condamnée à payer une somme à son créancier. La saisie attribution avait été dénoncée à cette dernière dans le délai de huit jours. Au cours du délai d’un mois de contestation de la saisie attribution, la débitrice a été mise en liquidation judiciaire. Le liquidateur avait demandé la caducité de la saisie attribution au motif que la saisie attribution devait lui être dénoncée dès la liquidation judiciaire et que la dénonciation antérieure au débiteur était sans effet, dès lors que la liquidation judiciaire ouverte au cours du délai de contestation de la saisie-attribution interrompt ce délai et fait courir à nouveau ce délai en son entier à compter de la dénonciation au liquidateur judiciaire.

Cet argumentation n’a pas été suivie par la Cour de cassation qui a rejeté le pourvoi en considérant que « Lorsque le débiteur n'a pas été mis en liquidation judiciaire dans le délai de huit jours dans lequel la saisie-attribution doit lui être dénoncée par acte d'huissier de justice, à peine de caducité, cette saisie, si elle lui a été régulièrement dénoncée dans ce délai, ne peut plus encourir la caducité prévue par l'article R. 211-3 du Code des procédures civiles d'exécution. » (Cass com 2 octobre 2012 n° 11-22.387).

La situation est plus délicate lorsque le jugement d’ouverture intervient pendant le délai de dénonciation dans la mesure où le créancier doit signifier l’acte de dénonciation non pas au débiteur défaillant mais à l’organe de la procédure collective habilitée à la recevoir dans les 8 jours de la signification de l’acte de saisie au tiers saisi.

En effet, la Cour de cassation estime que le jugement d’ouverture n’interrompt pas le délai de dénonciation.

Ainsi, elle a jugé dans une espèce où le jugement prononçant la liquidation du débiteur avait été rendu le lendemain de la signification de l’acte de saisie au tiers que bien que la saisie avait été dénoncée au débiteur dans le délai de huit jours, le créancier était hors délai lorsqu’il a signifié la dénonciation au liquidateur. En conséquence, la saisie était caduque : « la saisie doit être dénoncée dans le délai de huit jours, à peine de caducité, au débiteur à la tête de ses biens, ou, dès la liquidation judiciaire, à son liquidateur » (Cass com 4 mars 2003 n°00-13.020).

II-         La saisie attribution pratiquée après le jugement d’ouverture :

La saisie pratiquée après le jugement d’ouverture est possible si elle a pour cause une créance née régulièrement après ce jugement pour les besoins du déroulement de la procédure ou en contrepartie d'une prestation fournie au débiteur. Mais, dans ce cas, qui doit recevoir la dénonciation de la saisie ? Il n’existe pas de réponse unique, tout dépend, en effet, de la mission dévolue aux organes de la procédure.

Si les organes de la procédure sont investis d’une mission de représentation, la saisie doit leur être dénoncée dans la mesure où le débiteur est dessaisi de l’administration de ses biens. Ainsi, en cas de liquidation judiciaire, toute saisie doit être dénoncée au liquidateur. La Cour de cassation estime, en effet que, « la saisie doit être dénoncée dans le délai de huit jours, à peine de caducité, dès la liquidation judiciaire, à son liquidateur » (C cass com 4 mars 2003 n°00-13.020).

Il en est de même en cas de redressement judiciaire, si la décision du tribunal charge l’administrateur d’assurer seul l’administration de l’entreprise.

S’il s’agit d’une mission d’assistance, la saisie doit être dénoncée conjointement au mandataire et au débiteur. En effet, l’organe de la procédure dans ce cas ne représente pas le débiteur. Aussi, est irrégulière la saisie dénoncée à un seul qu’il s’agisse du débiteur ou de l’organe de la procédure (Cass com 19 février 2002 n° 98-22.737 – Cass com 10 janvier 2006 n° 04-18).

Enfin, s’il s’agit d’une simple mission de surveillance, la dénonciation est valablement dénoncée au débiteur seul.

En guise de conclusion, il convient de rappeler que la dénonciation de la saisie qi n’est pas signifiée à la ou les personnes habilitées est nulle. Il s’agit d’une nullité pour vice de fond et en tant que telle, le prononcé de la nullité n’est pas subordonné à la démonstration d’un grief.

La signification à la personne habilité est d’autant plus important qu’une dénonciation nulle peut entraîner par voie de conséquence, la caducité de la saisie elle-même si une nouvelle dénonciation n’est pas régulièrement signifiée dans le délai de huit jours. De fait, il convient d’être particulièrement vigilant lorsque le saisi fait l’objet d’une procédure collective.

 

Je me tiens à votre disposition pour tous renseignements et contentieux.

Vous pouvez me poser vos questions sur conseiller juridique.net : http://www.conseil-juridique.net/joan-dray/avocat-1647.htm

 

Vous avez une question ?
Blog de Maître Joan DRAY

Joan DRAY

150 € TTC

315 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
12/03/2015 06:12

Bonjour je viens vers vous car j'ai fais l objet d'une saisie attribution sur mon compte d'un montant de 41000euros (rsi)au mois de février.hors je n'ai pas eu de notification dans les huit jours donc pas de possibilité de me défendre.Est ce qu'il y a quelque chose à faire? Merci de votre réponse.crdl

2 Publié par bouteille
03/04/2015 12:37

Le délai de 8 jours dont dispose l'huissier pour faire sa dénonce, est-il de 8 jours ouvrés ou calendaires ? Doit-il le faire par lettre recommandée ? Quelle date de réception fait foi ?

3 Publié par Visiteur
22/10/2015 15:06

Bonjour, j'ai eu une saisie de plus de 2000e alors que la somme que j'ai réglé à l huissier après la saisie était de 1776e. De plus j'ai eu comme frais 124e pour la saisie mais aussi 90e au même moment pour la dénonce. Est ce normal qu'ils me facture 90e après avoir saisie mon compte en plus des frais de saisie? De plus ils m'ont dit que les 90e était pour la dénonce alors que sur le détail des frais il figure à la même date que mon règlement en liquide. Dénonce que je n'ai jamais reçu ni par courrier et personne ne m'a rien laissé dans la boîte à lettre.Comment puis je contester ces 90e.

4 Publié par Visiteur
23/02/2016 19:10

bonjour on est venue me remettre une saisie d attribution concernant des loyer non payer suite a une séparation en decembre 2012 ma femme ma demandé de partir du logement car elle me trompait elle est resté dans ce logement et a vecue avec ce monsieur sans payer les loyer ni les factures gaz electricité a ce jour c est a moi que tout retombe que doit je faire svp

5 Publié par Visiteur
12/04/2016 23:32

bonsoir , merci d avance pour réponse urgent : le livret au nom de mr et mme bloquer le 05 avril et dénonciation de saisie-attribution date du 11 avril au passage de ma femme chez l huissier , rien avant ? . Dette de ma femme , mais livret commun BLOQUER sans me prévenir.
procédures normale ?
bloquer livret commun ?
que faire ?

6 Publié par Visiteur
11/05/2016 15:46

Suite à un jugement, mon mari paye mensuellement un dommage et intérêt en passant par un huissier. Malgré le respect de l'échéancier, l'huissier vient de procéder a une saisie attribution sur notre compte joint. Est-ce normal ? De plus je n'ai même pas été informée moi même de cette dénonciation sur mon compte. Quels sont mes recours ? Merci

7 Publié par Visiteur
16/01/2017 18:07

bonsoir
je viens de recevoir un dernier avis de saisie et je viens de joindre la secretaire de lhuissier pour voir avec elle si je pouvais faire un apurement de mon credit de cautionnement pro que jai depuis 4ans.
je dois apeler sans faute lhuissier demain matin!
etant au chomage et ayant la garde de ma fille comment puis je faire pour eviter une saisie de mes biens??

Merci de votre reponse.

8 Publié par Visiteur
10/03/2017 10:55

Bonjour jai une saisie sur mes revenue journalier de la cpcam je voudrais faire arrêter cette saisie mais l'on ma répondu que l'on ne peut rien faire sur la "quotité saisissable"la dette est de plus de 15000€comment faire pour lever cette saisie car avec ce qu'il me reste en revenue je ne peu plus vivre payer le loyer•••etc je vous remercie

9 Publié par Visiteur
14/04/2017 23:41

bonjour,
Es ce normal cinq jours après le blocage de mon compte la banque me le signifie par lettre simple et pas de nouvelle de l'huissier ?

10 Publié par Visiteur
14/04/2017 23:42

pour deux crédits à la consommation cofinoga datant de 2004 et 2006 somme bloquées 13200 euro

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.