Locataire et abus de jouissance

Publié le 16/02/2013 Vu 25 285 fois 6
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le bail locatif met à la charge des parties (bailleur et preneur) un certain nombre d’obligations (art. 1728 Code Civil). Parmi les obligations qui sont à la charge du preneur il y a celle de l’usage paisible de la chose louée en « bon père de famille ». Cette règle est posée par l'article 1728 du Code civil et est complétée par l'article 1732 dudit code qui dispose que le preneur est responsable des pertes et dégradations survenant pendant la durée du bail. Ce dispositif a pour objet d'interdire au preneur tout abus de jouissance et de réparer les pertes et dégradations qui pourraient en résulter. Lorsque le contrat n'interdit pas la modification des lieux, la seule obligation du locataire est de remettre les lieux en l'état à la fin du bail (Cass. 3e civ., 13 janv. 1999). Sont réputées abusives, les clauses tendant à porter atteinte à la libre jouissance des lieux : interdiction d'usage de l'ascenseur, de l'escalier principal ou l'obligation d'utilisation de l'escalier de service pour les ouvriers, les gens de service, ou l'obligation de libre accès au bailleur ou préposés ou de remettre les clefs du logement à un tiers en cas d'absence(Recommandation de la commission des clauses abusives n° 2000-01, 17 févr. 2000, no 12, BOCCRF 22 juin 2000, no 7, p. 353). L'abus de jouissance peut être défini comme le fait d'user de la chose louée dans des conditions anormales ou excessives emportant une dépréciation de la chose ou une gêne pour le bailleur ou les tiers. Quelle est l’étendue de cette interdiction ? Quels éléments permettent de mettre en cause la responsabilité du locataire ?

Le bail locatif met à la charge des parties (bailleur et preneur) un certain nombre d’obligations (art. 172

Locataire et abus de jouissance

 

 

 

Le bail locatif met à la charge des parties (bailleur et preneur) un certain nombre d’obligations (art. 1728 Code Civil).

 

Parmi les obligations qui sont à la charge du preneur il y a celle de l’usage paisible de la chose louée en « bon père de famille ».

 

Cette règle est posée par l'article 1728 du Code civil et est complétée par l'article 1732 dudit code qui dispose que le preneur est responsable des pertes et dégradations survenant pendant la durée du bail.

 

Ce dispositif a pour objet d'interdire au preneur tout abus de jouissance et de réparer les pertes et dégradations qui pourraient en résulter.

 

Lorsque le contrat n'interdit pas la modification des lieux, la seule obligation du locataire est de remettre les lieux en l'état à la fin du bail (Cass. 3e civ., 13 janv. 1999).

 

Sont réputées abusives, les clauses tendant à porter atteinte à la libre jouissance des lieux : interdiction d'usage de l'ascenseur, de l'escalier principal ou l'obligation d'utilisation de l'escalier de service pour les ouvriers, les gens de service, ou l'obligation de libre accès au bailleur ou préposés ou de remettre les clefs du logement à un tiers en cas d'absence(Recommandation de la commission des clauses abusives n° 2000-01, 17 févr. 2000, no 12, BOCCRF 22 juin 2000, no 7, p. 353).

                                

L'abus de jouissance peut être défini comme le fait d'user de la chose louée dans des conditions anormales ou excessives emportant une dépréciation de la chose ou une gêne pour le bailleur ou les tiers.

 

Quelle est l’étendue de cette interdiction ? Quels éléments permettent de mettre en cause la responsabilité du locataire ?

 

Responsabilité du locataire du fait de dégradations

 

L'article 1732 du Code civil impose au preneur, dans le prolongement de l'obligation d'usage en bon père de famille, de répondre « des dégradations ou des pertes qui arrivent pendant sa jouissance, à moins qu'il ne prouve qu'elles ont eu lieu sans sa faute ».

 

Cette présomption implique donc que le locataire prouve qu'il n'a pas commis de faute et le bailleur n'a pas à établir que la faute alléguée est la cause de son préjudice (Cass. 3e civ., 28 janv. 2004).

 

L'imputabilité des dégradations du local au locataire est appréciée souverainement par les juges du fond qui sont libres de retenir les éléments de fait pertinent permettant de mettre ou non en cause sa responsabilité (Cass. 3e civ., 24 mars 1999).

 

Le locataire répond des dégradations causées par lui même mais également de celles qui arrivent par le fait des « personnes de sa maison » et de ses sous-locataires (art. 1735 Code civil).

 

Il est ainsi responsable des dégradations causées dans la chose louée par un déménageur, un plombier (Cass. 3e civ., 19 janv. 2000) ou encore par sa mère (CA Paris, 8e ch. D, 8 déc. 1998, Lumbroso c/ Cts Monte-Barthélémy).

 

Toutefois il n’est pas responsable des dégâts causés par ses invités dans les parties communes de l'immeuble (Cass. 3e civ., 16 juin 2004).

 

Ainsi, légalement présumé responsable, le preneur sera tenu de réparer le bien dégradé, afin de le restituer en bon état à la fin du bail.

 

Responsabilité du locataire du fait de nuisances

 

L’usage de la chose louée en bon père de famille implique également que le locataire de se donne pas à des comportements nuisibles.

 

Qu’est ce qu’un comportement nuisible ?

 

C’est par exemple le fait d'encombrer, en contradiction avec les clauses du bail, les cours, vestibules, portes cochères et paliers.

 

Ces faits constituent un abus de jouissance et peu importe que le bailleur tolère de tels comportement si ceux-ci sont prohibés par le bail.

 

En effet, une simple tolérance du bailleur ne saurait révoquer une clause expresse du bail (Cass. 3e civ., 19 janv. 1982).

 

Ce point est particulièrement important pour les locataires qui ne peuvent se satisfaire d’autorisations verbales de leur bailleur au risque de se voir opposer lors d’une instance judiciaire l’interprétation stricte des clauses du bail.

 

Plusieurs types de comportements peuvent êtres qualifiés de nuisibles.

 

 

 

Pour n’en citer que quelques uns, retenons que les juges ont considéré comme tel :

 

-      Les bruits intempestifs (Cass. soc., 24 juin 1948) ;

-      Les chants (Cass. soc., 8 juin 1956) ;

-      Le tapage (diurne ou nocturne) et les odeurs nauséabondes (Cass. 3e civ., 21 nov. 1995) ;

-      Les hurlements et querelles incessantes (CA Rouen, 1re ch. civ., 26 juin 1991, OPAC c/ Prieur) ;

 

Les tapages diurnes ou nocturnes sont sanctionnés par une résiliation surtout lorsque le locataire mis en demeure ne modifie pas son comportement (CA Dijon, 1re ch., 26 mai 2000, Akdag c/ Office public municipal d'HLM de Macon ; CA Montpellier, 2e ch. A, 1er févr. 2000, Suirault c/ OPAC de Montpellier).

 

Le propriétaire bailleur peut être tenu responsable des nuisances provoquées par son locataire à un tiers.

 

En effet, lorsqu'un trouble anormal de voisinage est causé par le locataire à un tiers, la victime du trouble dispose d'une action contre l'auteur du trouble mais également d'une action directe sur le propriétaire bailleur (Cass. 2e civ., 31 mai 2000).

 

Responsabilité du locataire du fait de son comportement ou de celui de ses proches

 

Le comportement du locataire peut constituer à lui seul un manquement à son obligation de jouissance paisible et justifier ainsi la résiliation du bail.

 

Parmi les comportements justifiant un telle sanction, on peut retenir :

 

-      Les invectives envers les passants ou les violences contre le bailleur ou les autres locataires (Cass. 3e civ., 3 juin 1992) ;

-      Les injures écrites réitérées, adressées au propriétaire à l'occasion de litiges locatifs (Cass. 3e civ., 8 nov. 1995) ;

-      L'opposition du preneur à toute visite des lieux loués pour en empêcher et retarder une vente (CA Aix-en-Provence, 14 mai 1991) ;

-      Le branchement clandestin au réseau d'eau (Cass. 3e civ., 18 mai 1994) ;

 

Ces comportements peuvent êtres reprochés au locataire en raison de l'attitude des membres de la famille domiciliée avec lui ( CA Paris, 6e ch., sect. B, 29 oct. 1998, Ferreira Ribeiro c/ OPHLM de Seine-saint-Denis).

En effet, le bailleur est responsable des troubles commis par les personnes vivant sous son toit (art. 1735 Code civil).

 

Les nuisances sont souvent le fait des enfants du locataire et peu importe que ceux-ci soient majeurs, dès lors qu'ils résident dans le logement loué (Cass. 3e civ., 10 nov. 2009).

 

En revanche, aucune sanction ne peut être prononcée à l'encontre du locataire à défaut de preuve d'un lien de causalité entre les faits reprochés à ses enfants et l'exécution du bail.

 

Tel est le cas lorsque les faits ont été commis dans le même ensemble immobilier que celui où se situent les lieux loués, mais distant de plus d'un kilomètre (Cass. 3e civ., 14 oct. 2009).

 

La responsabilité du locataire peut également être engagée du fait des animaux familiers qu’il aurait sous sa garde, lorsqu’ils sont un des éléments constitutifs du trouble.

 

Il a ainsi été jugé qu’était constitutif d’un trouble caractérisant un abus de jouissance :

 

-      La présence de chiens sans surveillance qui, par leurs aboiements persistants et intempestifs, troublaient le voisinage (CA Paris, 1re ch., sect. A, 1er mars 1988, Epx Pognot c/ SA HLM Le foyer Noiséen) ;

-      La présence de nombreux animaux provoquant une dégradation des lieux (CA Paris, 6e ch., 8 mars 1993, Hémar c/ Gerbier) ;

-      La présence d'un pit-bull se livrant à des agressions sur les occupants (TI Antony, 5 mai 1997, OPHLM de Montrouge et autre) ;

 

Il est a noté qu’est désormais licite la stipulation d'un bail tendant à interdire la détention d'un chien d'attaque (art. 3 de la loi n° 99-5, 6 janv. 1999).

 

Je me tiens à votre disposition pour tous renseignements et contentieux.

 

Vous pouvez me poser vos questions sur conseiller juridique.net : http://www.conseil-juridique.net/joan-dray/avocat-1647.htm

 

 

Vous avez une question ?
Blog de Maître Joan DRAY

Joan DRAY

150 € TTC

403 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
13/12/2013 17:59

que dire de la responsabilité du locataire dont un des invités à une fête qu'il organise, assène des coups de poings à un voisin venu se plaindre des nuisances sonores ?
Merci

2 Publié par Visiteur
20/04/2015 17:45

Je suis proprietaire et j ai dans mon logement un locataire qui travaille dans mon entreprise 1600euros et que ne ma paie pas depuis 2006. Jai gagné tout les proces d expulsion et il est toujour la!!!!
La prefecture me dit qu ils ne peuvent pas l expulser car il est couvert de la loi DALLO
il n y a pas de justice en France

3 Publié par Visiteur
16/08/2015 13:54

Bonjour.je suis locataire et ai fait savoir à mon propriétaire que le voisin du dessous nous porter des injures dans les couloirs de l'immeuble et ma dit qu'il n'était en aucun cas responsable et qu'il fallait se débrouiller avec la police.je sent des vibrations de musique provenant du dessous et j'en encore des injures dans le couloir.puis je mettre fin au bail pour non respect de la jouissance paisible le du bien louer puisque le propriétaire n'a rien fait et que j'ai déjà appelé la police des dizaines de fois pour tapage et que je suis tenu de me présenter à une médiation entre voisin.merci davance

4 Publié par Visiteur
02/06/2016 11:05

Bonjour

Nous sommes locataires depuis 7 ans.
Notre courette était pleine de pots de fleurs achétées et entretenues par la gardienne (actuellement en arrêt longue maladie). Ces derniers ont été enlevées sans nous prévenir et jeter à la poubelle. Actuellement une garderie (locataire du local commercial) a mis des plantes de tomates et les enfants en bas âge viennent jouer dans la cour. La garderie utilisent aussi les poubelles pour jeter leurs couches. QUe peut-on faire ?

5 Publié par Visiteur
16/09/2016 15:20

Bonjour,
Locataire d'un appartement au 1er étage d'un immeuble, voilà qu'un centre sportif a ouvert à l'entresol et que le 1er étage i-e un voisin propriétaire et moi-même ( le troisième appartement étant vide pour l'instant ) a subi des nuisances sonores dues aux retombées d'haltères sur le sol , ceci 7 jours sur 7 de 7h à 22 heures pendant 2 mois. Nos courriers recommandés au centre sportif et alerte au syndic ont
été suivi d'effet et le calme est revenu pour l'instant.Mais ce centre sportif m'a téléphoné pour faire venir des acousticiens chez moi sans m'en donner la raison.J'ai refusé, jugeant que le simple bon sens
suffisait pour éviter d'installer des activités bruyantes dans un lieu d'habitation,d'autant qu'il y déjà a eu des tests acoustiques effectués dans leur salle... de plus, je vois un conflit d'intérêt à un test demandé par ce centre, celui-là même qui provoque les nuisances et enfin,quelle raison à un nouveau test sinon pour évaluer les possibilités de reprise d'une autre activité bruyante.Je souhaite connaître nos recours(préfecture?plainte?)Jusqu'où puis-je aller au cas où de nouvelles nuisances sonores viendraient nous perturber.Un grand merci pour votre aide.

6 Publié par Visiteur
06/08/2018 12:19

Malgré mes nombreuses relances il est avéré que la semiso propriétaire de l'immeuble refuse de faire respecter ses obligations contractuelles en matière de jouissance paisible pourriez vous m'indiquer les articles de loi et codes qu'il ne respecte pas afin que je puisse m'en prévaloir dans une dernière recommandé puis je saisir le tribunal d'instance pour l'obliger à respecter cette obligation merci de votre réponse rapide

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.