La résiliation amiable du bail commercial

Publié le 06/09/2011 Vu 59 188 fois 12
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Au cours d’un bail commercial, les parties peuvent décider librement d’un commun accord de rompre leurs relations contractuelles. Le bailleur et le locataire peuvent s’entendre pour rompre la bail, ce qui permet au bailleur de reprendre possession de son bien rapidement et au locataire de ne plus payer les loyers et charges jusqu’au terme de la période triennale en échange d’une libération des lieux. Cette résiliation est soumise à un formalisme, puisque l’exigence d’un écrit est nécessaire. Dans la pratique, les parties prendront la précaution de rédiger en des termes clairs les modalités de cette résiliation amiable. Cet article vise à mettre en lumière le principe de la résiliation amiable du bail commercial, ainsi que ses principaux mécanismes.

Au cours d’un bail commercial, les parties peuvent décider librement d’un commun accord de rompre leurs r

La résiliation amiable du bail commercial

Au cours d’un bail commercial, les parties peuvent décider librement d’un commun accord de rompre leurs relations contractuelles.

Le bailleur et le locataire peuvent s’entendre pour rompre la bail, ce qui permet au bailleur de reprendre possession de son bien rapidement et au locataire de ne plus payer les loyers et charges jusqu’au terme de la période triennale en échange d’une libération des lieux.

Cette résiliation est  soumise à un  formalisme, puisque l’exigence d’un écrit est nécessaire.

Dans la pratique, les parties prendront la précaution de rédiger en des termes clairs les modalités de cette résiliation amiable.

Cet article vise à mettre en lumière le principe de la résiliation amiable du bail commercial, ainsi que ses principaux mécanismes.

 

Le principe d’admission de la résiliation amiable

L’article 1134 du Code civil dispose :

« Les conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites.

Elles ne peuvent être révoquées que de leur consentement mutuel, ou pour les causes que la loi autorise.

Elles doivent être exécutées de bonne foi. »

C’est à l’appui de cet article 1134 que la jurisprudence admet la résiliation amiable anticipée du bail commercial.

La Cour de cassation rappelle, dans un arrêt du 14 novembre 2007, qu’il est préférable d’accorder de l’importance à cet acte de résiliation amiable, en ce qu’il peut constituer une preuve en procédure.

Le locataire ne pourra quitter les lieux qu’après notification et acceptation de l’acte par le bailleur.

Dans le cas contraire, son départ pourrait constituer une faute contractuelle.

La résiliation amiable soumise à condition

Il arrive cependant que la résiliation amiable du bail commercial soit admise par les parties contractantes, mais qu’elle soit également assortie de conditions :

Le bailleur peut accepter la résiliation à condition que le locataire lui verse une indemnité de résiliation ou inversement ou tout simplement un nouveau locataire qui lui succédera dans la location.

Il faut tout de même noter que dans ce dernier cas, le locataire doit être assez prudent dans la mesure où il est confronté à l’autonomie de volonté du bailleur qui peut aisément refuser le successeur soumis ou même modifier les conditions du contrat de bail.

Dans un cas où un bailleur avait refusé de signer avec le successeur présenté par son locataire un nouveau bail aux clauses et conditions de l'ancien, a été censurée la décision d'une cour d'appel qui, sans caractériser la faute commise par le bailleur, avait jugé que ce refus procédait d'un manquement du bailleur à ses engagements envers son locataire (Cass. 3e civ. 14 novembre 2007 n° 06-15.544 FS-PB, de Caffarelli c/ Sté film par Film :  RJDA 4/08 n° 380).

 La Cour de cassation admet l’abus de droit, même si ce dernier est très difficile à prouver.

 

La substitution du bail commercial par un autre contrat

La résiliation amiable du bail commercial ne signifie pas automatiquement la rupture définitive du lien contractuel entre le bailleur et son locataire. Il est possible que les deux parties conviennent d’un nouveau contrat de bail après résiliation du premier, afin de repartir sur « de nouvelles bases ».

Cette substitution n’est pas forcément profitable au locataire de la même manière que le bailleur : la restitution des lieux n’est pas exigée, tout comme un nouveau dépôt de garantie par exemple.

Mais toute modification du local apportée par le locataire sera prise en compte pour la réévaluation du loyer mensuel (Cass.com 14 mars 2008).

La résiliation amiable du bail commercial est possible même si le bailleur peut la tourner à son avantage. Le locataire devra être prudent lors de la procédure de résiliation, et notamment à ne pas quitter les lieux avant que l’acte de résiliation ne soit rédigé.

Quoiqu’il en soit, il est impératif pour le locataire de recourir à un acte de résiliation amiable pour éviter tout conflit avec son bailleur.

La notification au créancier inscrit de l’acte de résiliation amiable

Le bailleur qui poursuit la résiliation du bail de l'immeuble dans lequel est exploité un fonds de commerce grevé d'inscriptions doit notifier sa demande aux créanciers antérieurement inscrits, au domicile élu par eux dans leurs inscriptions (C. com. art. L 143-2).

Ainsi même dans le cas d’une résiliation amiable, l’exigence d’une notification aux créanciers inscrits s’impose car il est évident que cela a pour d’éviter les fraudes et de protéger les créanciers qui disposent d’une sureté sur le fonds de commerce.


La notification vaut mise en demeure d'exécuter les clauses du bail (Cass. 3e civ. 8 février 1989 n° 87-11.919, Sté Soficim c/ Coche : Bull. civ. III n° 31).

Elle a pour but de réserver aux créanciers inscrits un moyen de sauvegarder leur gage, dont le bail est un des principaux éléments, en leur permettant d'accomplir les obligations nées du bail au lieu et place de leur débiteur (Cass. 3e civ. 13 avril 1976 n° 74-11.774, Lamy c/ Coffy : Bull. civ. III n° 151 ; Cass. 3e civ. 17 mai 1977 n° 75-14.976, Gay c/ Arnaud : Bull. civ. III n° 215).

Les créanciers destinataires de la notification sont l'ensemble des créanciers ayant requis l'inscription d'un privilège ou d'un nantissement sur le fonds de commerce.

En revanche, le créancier bénéficiaire d'une inscription provisoire de nantissement sur un fonds de commerce ne peut pas se prévaloir des dispositions de l'article L 143-2 du Code de commerce s'il n'a pas procédé à une inscription complémentaire dans les deux mois à compter du jour où la décision constatant la créance a acquis l'autorité de la chose jugée ; en effet, dans ce cas, l'inscription provisoire est devenue rétroactivement sans effet (Cass. 3e civ. 6 décembre 1995 n° 2210 P, Nahabedian c/ Flexas Vich :  RJDA 2/96 n° 191, 3e espèce).

Le créancier doit s'être inscrit avant que la résiliation du bail commercial soit devenue effective.
L'antériorité s'apprécie  en cas de résiliation amiable, l'inscription doit être antérieure à la date de l’accord.

Cette formalité exige du rédacteur de l’acte qu’il assure l’efficacité de l’accord intervenue entre les parties.

Cabinet Maître Joan DRAY

joanadray@gmail.com

76/78 rue Saint-Lazare 75009 PARIS

TEL: 01.42.27.05.32 FAX: 01.76.50.19.67

Vous avez une question ?
Blog de Maître Joan DRAY

Joan DRAY

130 € TTC

307 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Thomas44
27/09/2011 11:01

Bonjour, Est-il possible de revenir sur la résiliation de son bail commercial pendant la période de préavis ?
et si le bailleur est ok, quelle est la marche à suivre. merci

2 Publié par Thomas44
27/09/2011 11:14

Bonjour, Est-il possible de revenir sur la résiliation de son bail commercial pendant la période de préavis ?
et si le bailleur est ok, quelle est la marche à suivre. merci

3 Publié par DRAY
27/09/2011 12:14

Cher Monsieur ,

Il est essentiel que ce consentement soit matérialisé par un accord ecrit express entre les parties.

Il serait préferable de faire appel à un avocat qui pourra officialiser cet accord.

4 Publié par Visiteur
14/03/2012 17:12

Bonjour Maître,

Le détenteur de parts sociales dans la société preneuse du bail faisant l'objet de la résiliation amiable doit il être informé de la résiliation dans les mêmes formes que les créanciers inscrits au fonds de commerce?

Merci pour votre réponse, cordialement,

5 Publié par Visiteur
22/02/2015 20:27

je ne comprends pas ce que veut dire "les créanciers inscrits au fond de commerce doivent être informés de la résiliation amiable": comment sait on qu'il y a des créanciers? Ma locataire m'a demandé de faire une résiliation à l'amiable du local commercial qu'elle occupe: (couturière retoucheuse) Nous avons décidé d'un commun accord de faire cette cessation de bail mais ces fameux créanciers m'interpellent, je ne sais pas si il peut y en avoir.

6 Publié par Visiteur
13/11/2015 23:08

Bonjour voila je voudrai savoir es qu on peut voir un avocat pour faire résilier un bail commercial a l’amiable parce que il mon dit que il faut passé par un notaire merci de me répondre .

7 Publié par Visiteur
13/02/2016 13:10

je vais conclure prochainement la résiliation à l'amiable d'un bail commercial. Est ce qu'il y a des formulaires précis à complèter et est-ce que cela peut se faire entre le locataire et le propriètaire. merci

8 Publié par Visiteur
22/03/2016 10:41

Bonjour Maitre,

J'avais un bail commercial depuis 01/2003, j'ai rendu les clés du local commercial en mai 2014 et nous avons convenu oralement avec le propriétaire la rupture anticipée amiable du bail. Aujourd'hui le propriétaire me menace d'une action en justice pour récupérer des loyers.
Que puis je faire, sachant qu'il ne réponds pas au téléphone ni aux courriers et qu'il d'une mauvaise foi malhonnête ?
Merci de votre conseil.

9 Publié par Martinez Chantal
02/03/2017 07:31

Bonjour,
Le locataire me propose une résiliation du bail commercial qui arrive à son terme des 9 ans à l'amiable avec un nouveau bail de 9 ans et une baisse de 15% des loyers.
Puis je refuser? et demander un renouvellement de l'ancien bail?
Merci de votre réponse

10 Publié par Visiteur
08/04/2018 11:30

J etais gerant d une entreprise creer en avril 2010 et liquidee par la suite j ai signe une caution solidaire a l epoque pour un bail 3 6 9 apres j ai creer une autre entreprise en 2011 et g changé le bail sans signer une caution solidaire pour celle ci est ce que je suis toujours caution solidaire

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles