Protection des majeurs et loi du 16 février 2015 : quoi de neuf ?

Publié le 19/02/2015 Vu 59 334 fois 25
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La loi n° 2015-177 relative à la modernisation et à la simplification du droit comporte plusieurs dispositions sur la protection juridique des majeurs. Quelles sont ces nouvelles mesures en faveur des personnes majeures protégées ?

La loi n° 2015-177 relative à la modernisation et à la simplification du droit comporte plusieurs dispositi

Protection des majeurs et loi du 16 février 2015 : quoi de neuf ?

Voici le résumé des modifications apportées à la réforme du 5 mars 2007[1]

Le chapitre du Code Civil intitulé « Des mesures de protection juridique des majeurs » est ainsi modifié :

1° La deuxième phrase du dernier alinéa de l'article 426 est ainsi rédigée :

« Si l'acte a pour finalité l'accueil de l'intéressé dans un établissement, l'avis préalable d'un médecin, n'exerçant pas une fonction ou n'occupant pas un emploi dans cet établissement, est requis. » ;

CE QUI CHANGE : L’exigence d’un avis médical émanant d’un médecin inscrit sur la liste du procureur de la République est donc supprimée et remplacée par celui d’un médecin extérieur à l’établissement (EHPAD ou maison de retraite).

2° Le premier alinéa de l'article 431 est complété par une phrase ainsi rédigée :

« Ce médecin peut solliciter l'avis du médecin traitant de la personne qu'il y a lieu de protéger. » ;

CE QUI CHANGE : la recevabilité d’une requête aux fins de placement sous protection juridique (sauvegarde de justice, curatelle ou tutelle) est toujours soumise à l’existence d’un certificat médical circonstancié émanant d’un médecin inscrit sur la liste du procureur de la République mais désormais, il est expressément mentionné que le médecin traitant peut être consulté.

En pratique cette faculté existait déjà mais n’était pas inscrite dans la loi.

3° L'article 431-1 est abrogé ;

Celui-ci concernait la possibilité qui était offerte au médecin inscrit sur la liste du procureur de la République de solliciter l’avis du médecin traitant dans le cas où la vente de la résidence principale ou secondaire ou le congé du bail d’habitation avaient pour finalité l’entrée en maison de retraite du majeur protégé.

DÉSORMAIS : seul l'avis préalable d'un médecin, n'exerçant pas une fonction ou n'occupant pas un emploi dans cet établissement, est requis ; l’avis du médecin agréé n’est plus requis.

4° Au second alinéa de l'article 432 et au deuxième alinéa de l'article 442, les mots : « du médecin mentionné » sont remplacés par les mots : « d'un médecin inscrit sur la liste mentionnée » ;

5° L'article 441 est complété par un alinéa ainsi rédigé :

« Le juge qui prononce une mesure de tutelle peut, par décision spécialement motivée et sur avis conforme d'un médecin inscrit sur la liste mentionnée à l'article 431 constatant que l'altération des facultés personnelles de l'intéressé décrites à l'article 425 n'apparaît manifestement pas susceptible de connaître une amélioration selon les données acquises de la science, fixer une durée plus longue, n'excédant pas dix ans. » ;

CE QUI CHANGE : désormais à l’ouverture de la mesure le Juge des tutelles pourra fixer la durée de la mesure au-delà de 5 ans sans pouvoir dépasser 10 ans.

6° Le deuxième alinéa de l'article 442 est complété par les mots : « n'excédant pas vingt ans » ;

CE QUI CHANGE : dans le cas d’un renouvellement ou d’une révision de la mesure existante, le juge pourra fixer une durée plus longue sans toutefois dépasser 20 ans ; cette limite est nouvelle.

L’avis conforme du médecin inscrit sur la liste du procureur de la République est toujours requis.

7° Le premier alinéa de l'article 500 est ainsi modifié :

a) Au début, les mots : « Sur proposition du tuteur, le conseil de famille ou, à défaut, le juge » sont remplacés par les mots : « Le tuteur » ;

CE QUI CHANGE : désormais, ce n’est plus le juge des tutelles qui arrête le budget de la tutelle sur proposition du tuteur mais le tuteur lui-même.

Cette nouvelle disposition entérine une pratique qui existait déjà.

Le tuteur arrête le budget de la tutelle en déterminant, en fonction de l'importance des biens de la personne protégée et des opérations qu'implique leur gestion, les sommes annuellement nécessaires à l'entretien de celle-ci et au remboursement des frais d'administration de ses biens.

b) Sont ajoutées deux phrases ainsi rédigées :

« Le tuteur en informe le conseil de famille ou, à défaut, le juge. En cas de difficultés, le budget est arrêté par le conseil de famille ou, à défaut, par le juge. »

Le Gouvernement est ainsi autorisé à prendre par voie d'ordonnance les mesures relevant du domaine de la loi nécessaires notamment pour :

  • Aménager le droit de la protection juridique des majeurs, en prévoyant un dispositif d'habilitation par justice au bénéfice des ascendants, descendants, frères et sœurs, partenaire d'un pacte civil de solidarité ou concubin, au sens de l'article 515-8 du code civil, d'un majeur hors d'état de manifester sa volonté, permettant de le représenter ou de passer certains actes en son nom sans qu'il soit besoin de prononcer une mesure de protection judiciaire ;

La mesure de protection ne peut être ordonnée par le juge qu'en cas de nécessité et lorsqu'il ne peut être suffisamment pourvu aux intérêts de la personne par l'application des règles du droit commun de la représentation, de celles relatives aux droits et devoirs respectifs des époux et des règles des régimes matrimoniaux, en particulier celles prévues aux articles 217,219,1426 et 1429, par une autre mesure de protection judiciaire moins contraignante ou par le mandat de protection future conclu par l'intéressé.

La mesure est proportionnée et individualisée en fonction du degré d'altération des facultés personnelles de l'intéressé (C. civ. art. 428).

CE QUI DEVRAIT PROCHAINEMENT CHANGER : la possibilité d’habiliter un époux à assister ou représenter son conjoint hors d’état de manifester sa volonté devrait prochainement être  étendue aux  ascendants, descendants, frères et sœurs, partenaire d'un pacte civil de solidarité ou concubin de la personne vulnérable.

Cela signifie que le juge des tutelles saisi d’une requête aux fins d’ouverture d’une protection juridique devra en priorité favoriser la possibilité de confier à un proche le pouvoir de représenter ou assister le majeur vulnérable en dehors de toute mesure de sauvegarde de justice, curatelle ou tutelle.

POUR CONCLURE : il est opportun de rappeler que  les personnes majeures reçoivent la protection de leur personne et de leurs biens que leur état ou leur situation rend nécessaire.

Cette protection est instaurée et assurée dans le respect des libertés individuelles, des droits fondamentaux et de la dignité de la personne.

Elle a pour finalité l'intérêt de la personne protégée. Elle favorise, dans la mesure du possible, l'autonomie de celle-ci.

Elle est un devoir des familles et de la collectivité publique. (C. civ. art. 415).


Claudia CANINI

Avocat à la Cour

CNC MJPM

www.canini-avocat.com

Vous avez une question ?
Blog de TUTELLE - CURATELLE - AVOCAT

Claudia CANINI

250 € TTC

122 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
26/02/2015 20:04

Ces mesures sont totalement restrictives, amoindrissent la personne, ne respectent pas la liberté et la dignité et sont abusives dans de nombreux cas.

2 Publié par Visiteur
14/03/2015 03:06

JE SUIS VICTIME EN FIN DE VIE DUNE ASSOCIATION TUTELAIRE SANS SCRUPULE ME PRIVANT DU CHOIX DE LA RESIDENCE UN PILLAGE ET SPOLIATION DE MES BIENS ETDE MON PATRIMOINE IMMOBILIER AYANT ETE JUSQU A LA COUR D SANS AVOCAT MALADE EN FIN LA TUTELLE UNRACKETT EHONTE SUR MON PATRIMOINE IMMOBILIER ET MES BIENS BRADES A SANS MMON CONSENTEMENT AUCUNE RIGUEUR DE GESTIO NI REDDITION DES COLPTES DE FACON REGULIER A LENCAN ENCAN AVEC LA COMPLICITE DE TOUTE UNE KYRIELLE DECHARIGNARDS MUS PAR L APPAT DU GAIN

3 Publié par Visiteur
02/04/2015 15:54

On est loin des textes de lois à la réalité. Le rapport du sénat de 2012 concernant les mises sous tutelle/curatelle est intéressant à lire-> constat d'abus.
Ma soeur (SEP) fut mise de force sous tutelle, elle fut reconnue saine d'esprit. Quand sa curatrice (UDAF85) ne fut pas d'accord avec elle, elle fut envoya un "psy" afin de la faire passer sous tutelle et ainsi pouvoir faire ce qu'elle veut. La JT l'avait nommée afin d'organiser son retour à domicile, ce qu'elle ne fit pas

4 Publié par Visiteur
04/04/2015 12:34

Il ne faut pas perdre de vue que la mesure de PROTECTION est en effet une mesure pour PROTEGER le majeur et non une mesure liberticide.... J'entends par protéger mener avec la demande et l'appui du MP toutes actions en rescision lorsqu'il a subi une lésion... Le tout est de savoir s'il est en mesure d'apprécier cette lésion et de saisir le temps opportun son curateur ou tuteur pour lancer cette procédure...

5 Publié par Visiteur
02/06/2015 20:51

il est impensable de faire des lois en espérant faire c roire que des personnes très vulnérables et incapables de donner leur avis de façon rationnelle,puissent demander à etre assisté d'1 avocat ou consulter leur dossier eux-meme??..Dans ce cas,qui protège t-on? le futur majeur sous protection ou l'établissement qui le soigne??

6 Publié par Visiteur
30/06/2015 12:55

JE NE SUIS PAS SUR CURATELLE MAIS MON MARI SI EN TANT QUE EPOUSE
ON NE VEUX QUE JE SOIS SA CURATELLE CE QUE J'AI PENDANT 5 ANS
COMMENT AISE POSSIBLE?

7 Publié par Visiteur
28/02/2016 08:41

Je remercie le Droit de la République Française de permettre d'accompagner les citoyens et leurs familles dans la mise en œuvre de la protection des majeurs.
En particulier les fonctionnaires rencontrés dans ces deux grands Services Publics que sont l'Hôpital et la Justice.

8 Publié par Visiteur
14/04/2016 12:33

ma fille est handicapé depuis çà naissance par faute médical est est sur tutelle depuis l'age de 7 ans tous ce passé bien jusqu'en 2009 depuis je ne suis plus que tutelle à la personne car le juge à nommé un expert comptable dont il à travaille pour moi 3 ans ensuite le juge à mandater association TMP De Lyon sans m'avoir consulté alors que ma fille à plein de famille et moi même je soufre de ces magouilles.
j'aimerais pouvoir continuer à géré le patrimoine et le quotidien même avec un comptable si besoin.
je cherche un bonne avocat compétent dans ce domaine car j'ai déjà eu des escroc
merci de me répondre

9 Publié par Visiteur
21/06/2016 15:15

ma fille lourdement handicapée de 25 ans n'est pas sous tutelles ,elle est géré par sa mère
.nous sommes divorcé depuis 2003.je m'occupe de ma fille 1 week end sur 2 et des soirées en semaine.+ les vacances .j'aimerai que la tutelle soit externe car je n'ai aucune info sur la gestion des comptes de ma fille.je pense a l'udaf.

10 Publié par Visiteur
13/08/2016 17:10

Bonjour,
@ Rodoc : Je suis tutrice de mon fils handicapé depuis plus de 15 ans, et sachez qu' il est toujours préférable dans l'intérêt de la personne protégée, que la tutelle soit exercée par quelqu'un de sa famille si possible (père mère ou frère/soeur). En effet,il y a beaucoup trop de risques de" maltraitance financière"et de manque d'humanité, lorsqu'il s'agit d'une tutelle professionelle (extérieure), les cas d'abus sont légion.De plus un tuteur extérieur à la famille est rémunéré en % sur les biens de la personne protégée, ce qui est scandaleux.

A propos de l'auteur
Blog de TUTELLE - CURATELLE - AVOCAT

Tutelle, curatelle, sauvegarde de justice, habilitation familiale, je réponds à vos questions juridiques sur la protection des majeurs vulnérables et vous défends devant les tribunaux.

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

250 € Ttc

Rép : 24h maximum

122 évaluations positives

Note : (5/5)
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Rechercher
consultation.avocat.fr
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles