Le Contenu de la Lettre de Licenciement et le Contrôle du Juge

Publié le 30/01/2014 Vu 34 316 fois 4
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Il est connu de tous que le licenciement ne peut avoir lieu sans être motivé. En effet, un licenciement sans motivation serait discriminatoire et donc illégal. Un tel licenciement est qualifié « de licenciement sans cause réelle et sérieuse ». Afin de contrôler la légalité du licenciement, la loi impose donc à l’employeur de mentionner de façon express les motifs du licenciement. Il a plusieurs fois été affirmé par la jurisprudence que la lettre de licenciement délimite les contours du litige. Le Juge ne peut examiner que les motifs contenus dans la lettre de licenciement pour déterminer si celui-ci est légalement justifié.

Il est connu de tous que le licenciement ne peut avoir lieu sans être motivé. En effet, un licenciement san

Le Contenu de la Lettre de Licenciement et le Contrôle du Juge


Il est connu de tous que le licenciement ne peut avoir lieu sans être motivé.


En effet, un licenciement sans motivation serait discriminatoire et donc illégal. Un tel licenciement est qualifié « de licenciement sans cause réelle et sérieuse ».


Afin de contrôler la légalité du licenciement, la loi impose donc à l’employeur de mentionner de façon express les motifs du licenciement.


Il a plusieurs fois été affirmé par la jurisprudence que la lettre de licenciement délimite les contours du litige.


Le Juge ne peut examiner que les motifs contenus dans la lettre de licenciement pour déterminer si celui-ci est légalement justifié.


Nous verrons donc dans cet article quelles sont les mentions obligatoires de la lettre de licenciement (I) pour voir ensuite la délimitation des motifs de licenciement par celle-ci (II)


I / Les mentions obligatoires de la lettre de licenciement


La lettre de licenciement doit être adressée personnellement au salarié et non à une tierce personne, même s'il s'agit d'un avocat.


La lettre de licenciement doit indiquer les motifs objectifs, précis et vérifiables qui justifient la rupture dans la mesure où elle fixe les limites du litige. (C. trav., art. L. 1232-6.)


« Lorsque l'employeur décide de licencier un salarié, il lui notifie sa décision par lettre recommandée avec avis de réception.


Cette lettre comporte l'énoncé du ou des motifs invoqués par l'employeur .


La lettre doit préciser :
-De  manière non équivoque et très clairement qu'il s'agit d'un licenciement ;
- les motifs de ce licenciement : il s’agit des griefs
- les décisions concernant le préavis,
-  le droit à la DIF (C. trav., art. L. 933-6).


La lettre de licenciement doit obligatoirement être motivée.


Les motifs doivent être circonstanciés afin que le Juge puisse exercer son contrôle.


La lettre doit mentionner qu’il s’agit d’une lettre de licenciement, elle doit être signée de l’employeur ou de son mandataire (signature manuscrite).


Elle doit comporter l’indication des droits du salarié à la formation individuelle de l’employé. Attention : Ces droits sont perdus dans le cas d’un licenciement pour faute lourde


Elle doit faire mention des modalités d’exercice du préavis ou de sa dispense, si tel est le cas.


II/ Les Griefs contenus dans la lettre de licenciement


Il est de jurisprudence constante que la lettre de licenciement délimite le débat en ce que l’employeur et donc le juge ne peuvent pas se prévaloir d’évènements qui n’y sont pas mentionnés pour justifier le licenciement.


Il a pu être rappelé qu’il importe peu qu’il ait été fait part des motifs de licenciements au salarié par un autre moyen (courrier , mail)


Même si le salarié a connaissance des raisons de son licenciement, le licenciement sera sans cause réelle et sérieuse si ces motifs ne sont pas repris dans la lettre de licenciement.
Le fait que le salarié ait reconnu les fautes qui lui étaient reprochées est sans importance (Cass. soc., 19 mars 1998, no 96-40.391).


Cette exigence est donc absolue et l’employeur ne peut pas s’exonérer. Il a l’obligation de reproduire les motifs du licenciement dans la lettre et ne peut pas opérer un simple renvoi, à un courrier antérieur.


De même, il n’appartient pas au juge de substituer une qualification de licenciement par une autre.


L’employeur est tenu par la qualification qu’il a donné aux faits pour justifier son licenciement.


Un salarié est licencié « pour motif économique » à son retour de congé sabbatique pour avoir refusé d'être affecté à des postes similaires à celui qu'il occupait auparavant (ce qui ne constitue pas un motif économique valable).

Le juge n'est pas fondé à modifier cette qualification pour décider qu'il s'agissait en réalité d'un motif personnel et que le licenciement reposait bien sur une cause réelle et sérieuse.(Cass. soc., 21 mars 2007, no 05-45.060).

Cette jurisprudence est constante et elle est régulièrement rappelée par la Chambre Sociale de la Cour de Cassation.

Mais on aurait pu se demander si le juge pouvait limiter son contrôle à certains des éléments mentionnés et pas à d’autres.


En d’autres termes, appartient t-il au juge de faire une sélection des motifs lors de son contrôle ?


La Cour de Cassation a considéré que « Le juge est tenu d’examiner l’ensemble des griefs contenu dans la lettre de licenciement ».


En l’espèce, il s’agissait d’une salariée qui avait fait l’objet d’une rétrogradation à la suite d’un entretient disciplinaire intervenu le 14 septembre 2007.


Le 29 septembre elle se voit notifier la sanction. Elle refuse cette sanction et se voit donc notifier son licenciement au titre d’une insuffisance professionnelle.


La Cour d’appel considère que le licenciement est sans cause réelle et sérieuse car les évènements fondant le licenciement étaient postérieurs à l’entretien préalable et à la notification de la sanction.


La Cour de Cassation censure l’arrêt elle rappelle que dès lors que les motifs d’insuffisance professionnelle étaient rappelés dans la lettre de licenciement, il appartenait au juge de les examiner afin de déterminer si le licenciement reposait sur une cause réelle et sérieuse.


Le simple fait que ce motif « d’insuffisance professionnel » soit basé sur des faits survenus postérieurement à l’entretien préalable et à la procédure disciplinaire précédant le licenciement était sans importance.
(Cass.soc., 14 janvier 2014 n°12-12-744, FS-P+B)

La Cour de Cassation a également affirmé que l’employeur ne pouvait se contenter de reprendre de griefs mentionnés dans la lettre de convocation à l’entretien préalable et dans  ces cas, le licenciement est dépourvu de cause réelle et sérieuse.


La lettre de licenciement peut invoquer plusieurs motifs inhérents à la personne du salarié procédant de faits distincts sans que cela n'entraîne une absence de motif réel et sérieux.

Le Juge ne doit se baser que sur des faits repris dans la lettre de licenciement pour apprécier si le licenciement est justifié.


Mais il est tenu d’examiner chacun des griefs, peu importe que les faits reprochés soient intervenus après la procédure disciplinaire.


Je me tiens à votre disposition pour tous renseignements et contentieux.


Vous pouvez me poser vos questions sur conseiller juridique.net : http://www.conseil-juridique.net/joan-dray/avocat-1647.htm

Joan DRAY
Avocat à la Cour
joanadray@gmail.com
76/78 rue Saint-Lazare
75009 PARIS
 tel:09.54.92.33.53
FAX: 01.76.50.19.67

Vous avez une question ?
Blog de Maître Joan DRAY

Joan DRAY

150 € TTC

314 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
27/04/2015 02:14

Maître, je vous reconnais le mérite de la simplicité et de la clarté. Chapeau bas!

2 Publié par Visiteur
26/04/2016 06:49

la lettre de licenciement ne doit pas comporter les faits,les faits doivent etre évoqués sur une feuille séparé de la lettre de licenciement.
pouvez vous le confirmer.merci

3 Publié par Visiteur
10/01/2018 15:03

Bonjour maitre

Mon patron est passé me voir sur mon lieu de travail et il m a dit que je suis licenciée pour motif avoir insulter une personne qui est faux. Et surtout ce qu il me semble bizzard c'est qui me propose d entrée une rupture conventionnel.

Comment je peux faire pour me défendre ???

Si je pouvais avoir une réponse aujourd'hui hui car j ai un entretien demain merci

4 Publié par Visiteur
28/03/2018 16:35

Bonjour, je suis salariée de particuliers employeurs en CESU, 2 de mes employeurs m'a raison financière, et quand je reçois ma lettre de licenciement, le motif change pour "suppression de poste" et "plus besoin de vos services", je ne trouve pas de quoi leur prouver qu'ils n'ont pas le droit de changer le motif de licenciement, merci si vous avez un texte écrit leur démontrant leur faute

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles