la cotitualarité du bail à usage d'habitation

Article juridique publié le 07/11/2013 à 19:29, vu 29003 fois, 13 commentaire(s), Auteur : Maître Joan DRAY
Dans le cadre d'une location, il arrive souvent que plusieurs locataires s'engagent sur un même bien, on parle de co-titularité.
Cette article traitera de la cotitularité légale et de labcotitularité conventionnelle dans le cadre d'un bail à usage d'habitation.

La Cotitularité du bail

Le Bail est l’acte par lequel un bailleur donne à une personne ou plusieurs personnes un droit de jouissance portant sur un local moyennant une contrepartie financière.

Le locataire est alors titulaire de certains droits sur ce local.

Il y a cotitularité du bail lorsque plusieurs personnes jouissent en même temps des mêmes droits sur un même local.

La cotitularité du bail joue un rôle important lorsqu’un conflit survient.

Nous verrons brièvement quelles sont les obligations mais aussi les droits de chacun des titulaires du bail.

Il convient de distinguer entre deux types de cotitularité .

Une co titularité légale pour les époux et une co titularié conventionnelle lorsque plusieurs personnes sans liens légal souhaitent habiter dans le même appartement.

I/ La cotitularité du bail entre époux

L’article 1751 du code civil pose la protection qui est accordé au logement des deux époux en ces termes : « Le droit au bail du local, sans caractère professionnel ou commercial, qui sert effectivement à l'habitation de deux époux est, quel que soit leur régime matrimonial et nonobstant toute convention contraire, et même si le bail a été conclu avant le mariage, réputé appartenir à l'un et à l'autre des époux.

En cas de divorce ou de séparation de corps, ce droit pourra être attribué, en considération des intérêts sociaux et familiaux en cause, par la juridiction saisie de la demande en divorce ou en séparation de corps, à l'un des époux, sous réserve des droits à récompense ou à indemnité au profit de l'autre époux.

En cas de décès d'un des époux, le conjoint survivant cotitulaire du bail dispose d'un droit exclusif sur celui-ci sauf s'il y renonce expressément. »

Cet article a un caractère impératif il en résulte que les époux ne peuvent pas prévoir par un contrat de déroger à l’application de l’article 1751 du Code civil.

Cet article s’applique quelques soit le régime matrimonial choisit par les époux.

Cet article pose une protection étendu sur le logement des époux, il est donc impératif que les époux aient vécus ensemble dans le logement ne serait-ce que pour une courte durée, pour que l’article 1751 s’applique.

Lorsqu’une personne signe un bail et se marie par la suite son conjoint et de façon automatique ajouté comme titulaire du bail, alors même qu’il n’était pas partie au contrat initial.

Le principe de la co-titularité du bail joue tant que les époux sont mariés il importe peu que l’un des époux ne vive plus dans l’appartement depuis une dizaine d’années. Cass. 1re civ., 31 mai 2006, n° 04-16.920 FS-P+B+R+I : Juris-Data n° 2006-033726

En vertu de ce principe il est impossible pour l’un des époux de donner seul congé de l’appartement.

Dans cette hypothèse le congé sera alors inopposable à celui des époux qui ne l’a pas signé.  Ce dernier reste titulaire du bail. Cass. 3e civ., 1er avr. 2009, n° 08-15.929, FS-P+B : JurisData n° 2009-047671

L’un des effets de la cotitularité est notamment que le bailleur se trouve dans l’obligation de signifier le congé au deux époux.

S’il ne le fait qu’à l’égard de l’un d’entre eux le congé ne sera pas opposable à celui des époux qui n’en a pas été informé. Cass. 3e civ., 27 janv. 1993, no 90-21.825, AJPI 1993, p. 514, Loyers et copr. 1993, comm. no 122).

En cas de non paiement des loyers les deux époux sans distinction pourront se voir réclamer le paiement même si l’un d’entre eux ne réside plus dans l’appartement.

Les époux sont solidairement tenus des loyers afférent au bail du logement occupé avant l'instance en divorce jusqu'à l'intervention d'un jugement de divorce régulièrement publié (Cass. 3e civ., 2 févr. 2000 : Juris-Data n° 2000-000233 ; Dr. famille 2000, comm. 41 ;)

Ce principe résulte de l’article 220 du Code Civil.

Les loyers entrant dans les dettes de ménages le époux sont solidairement tenus de les payer.

Comme préciser précédemment le bailleur doit notifier son congé ou tout acte relatif au bail aux deux époux pour que celui-ci produise son effet.

Néanmoins le législateur a introduit une dérogation à ce principe devant la difficulté pour le bailleur de connaitre l’état matrimonial de son locataire. Notamment lorsque le mariage est intervenu en cours de bail.

L'article 9-1 de la loi de 1989 , issu de la loi du 21 juillet 1994 sur l'habitat, prévoit très clairement que si l'existence du conjoint du locataire "n'a pas été préalablement portée à la connaissance du bailleur", celui-ci ne peut se voir reproché de n'avoir pas tenu compte de la cotitularité et de ne pas avoir effectué les doubles notifications ou significations qui sont la conséquence normale de l'existence de deux titres locatifs personnels et distincts.

La cotitularité  du  bail à l’égard du bailleur reste donc conditionnée à la connaissance qu'il a du mariage du preneur.

Si le bailleur, qui ignorait que son locataire c’était marier, notifie le congé à ce dernier uniquement il devint opposable à son époux.

La cotitularité du bail s’applique également en cas de décès de l’un des époux.

Outre un droit de jouissance temporaire qui permet de rester gratuitement dans les lieux pendant un an, les loyers étant payés par la succession (C. civ., art. 763), le conjoint survivant bénéficie d'un droit exclusif sur le bail d'habitation.

L'article 1751 du Code civil est complété par un alinéa 3 ainsi rédigé : “En cas de décès d'un des époux, le conjoint survivant cotitulaire du bail dispose d'un droit exclusif sur celui-ci sauf s'il y renonce expressément”(L. 3 déc. 2001, art. 14-I).

II/ Cotitularité du bail entre locataire

Pour les personnes non mariées,  la co-titularité du bail va résulter d’un contrat.

Chacun des titulaires du bail signe un contrat avec le bailleur.

Une clause de cotitularité du bail doit être insérée dans le ocntrat .

C’est cette clause qui confére à tous les co-titulaires du bail les même droits.

,Dans ce cas de figure , ils peuvent être tenus du paiement des loyers conjointement ou solidairement.

S’ils sont tenus conjointement, le locataire qui donne congé du bail au bailleur ne sera plus tenu de payer les loyers.

Si les colocataires sont tenus solidairement du paiement des loyers, dans ce cas le congé ne produira aucun effet et le colocataire sera toujours tenu de payer les loyers même s’il ne réside plus dans l’appartement. (Cass. 3e civ., 8 nov. 1995, no 93-17.110, Bull. civ. III, no 220).

,Toutefois, la solidarité ne peut se poursuivre au-delà de la période pour laquelle elle a été stipulée c'est-à-dire l'expiration du bail (Cass. 3e civ., 12 juill. 2000, no 98-15.868, Loyers et copr. 2001, comm. 5).

Le débiteur solidaire n'est donc pas redevable d'une quelconque indemnité d'occupation après l'expiration du bail .

 Le locataire qui quitte les lieux sans donner congé reste redevable pour sa part des arriérés des loyers qui ont commencé après son départ (Cass. 3e civ., 1er févr. 2005, no 04-10.417, Bull. civ. III, no 60, Loyers et copr. 2005, comm. no 83).

S'il donne congé, il n'est pas redevable des loyers afférents au délai de préavis, Cass. 3e civ., 28 oct. 2009, no 08-17.209, Bull. civ. III, no 236, Rev. loyers 2009/904, no 1131, p. 71, obs. J. Prigent).

Il convient de rappeler que le congé donné par un seul des co-titulaires du bail ne produit aucun effet à l’égard des autres co-titulaires, sauf en cas de stipulation contraire dans le contrat de bail du type « Le Congé délivré  par un seul des preneurs vaut à l’égard de tous. »

Le Bailleur quand, à lui doit adresser son congé à chacun des locataires.

La jurisprudence a posé le principe selon lequel en cas de location solidaire le congé donné à l’un des locataires produit effet à l’égard de tous les locataires. Cass. 3e civ., 12 janv. 1994, no 91-18.687, Loyers et copr. 1994, comm. no 134). Voir cependant, en sens contraire, CA Paris, 6e ch., sect. C, 19 févr. 2008, Ndebayi c/ SCI Laffer, Loyers et copr. 2008, comm. no 122.

Je me tiens à votre disposition pour tous renseignements et contentieux.

Vous pouvez me poser vos questions sur conseiller juridique.net : http://www.conseil-juridique.net/joan-dray/avocat-1647.htm


 

Joan DRAY
Avocat à la Cour
joanadray@gmail.com

76/78 rue Saint-Lazare

75009 PARIS

 tel:09.54.92.33.53

FAX: 01.76.50.19.67


Commentaire(s) de l'article

Consultez Me. Joan DRAY
Posez vos questions en ligne à Me. Joan DRAY (95€ TTC - 24h maximum)
Posez votre question sur le forum
Posez gratuitement vos questions sur le forum juridique Légavox
christi84 [Visiteur], le 20/11/2014 à 08:38
Bonjour

Deux personnes ont signé le bail donc co locataires, ils se séparent, est ce que le délai de résiliation est réduit à un mois au lieu des trois en vigueur?
Dans l'attente
Cordialement
famille [Visiteur], le 05/03/2015 à 15:43
bonjour un bailleur peut il annuler un bail avant remise de clé pour cause de dossier non complet et faire valloir que son epouse n a pas signé le bail ?
cordialement
Jenny [Visiteur], le 29/03/2015 à 20:29
bonjour,
Peut on demander la co-titularisation d'un bail de logement social si on y vit déjà depuis trois ans et que la situation a été déclarée comme co-locataires auprès de l'agence depuis l’emménagement et recensée?
merci
Cordialement
magali [Visiteur], le 20/08/2015 à 18:59
Bonjour
Etant en colocation sans être marié est il possible que l un des locataires puisse deposer un préavis s il souhaite partir sans l accord de l autre locataire ? Dans l affirmative est il solidaire du loyer au dela de la date de fin du préavis ?
Tib37 [Visiteur], le 20/01/2016 à 18:25
Le bailleur prend un couple non marié agissant conjointement et solidairement avec des revenu commun suffisant.un colocataire donne son préavis. Le locataire restant a un salaire de 800 euros alors que le loyer est de 600 euros.le bailleur peut il donner fin au bail après les 3 ans mentionnées sur le bail?
karlajoy [Visiteur], le 08/02/2016 à 13:39
bonjour je me sépare de mon conjoint et nous sommes colocataires .les 3 mois de préavis déposé dans notre agence.je continu à remplir ma part du contrat c est à dire à payer le logement mais est ce que le bailleur peut il rompre le contrat?
laurence [Visiteur], le 31/01/2017 à 12:57
Bonjour,
Le copain de ma fille a quitté le logement occupé par le couple. Ils étaient tous les 2 co bailleurs. Elle règle seule le loyer dans sa totalité pour le moment. Peut-elle lui demander de payer sa part avant de transformer le bail à nom seule ?
Merci
Ugo [Visiteur], le 26/04/2017 à 21:29
Bonjour je vie en concubinage avec ma compagne et son fils de 23ans. Ma concubine et 1ère sur le bail son fils 2ème sur bail et moi 3ème. Si demain il arrive quelques chose à ma concubine enque mon beau fils à le droit de me faire quitter les lieux. attends réponse merci cordialement.
Dan [Visiteur], le 26/04/2017 à 21:35
Quelle son mes droits entant entant 3ème inscrit sur le bail.
MILINE [Visiteur], le 03/05/2017 à 16:23
Bonjour,
Mes enfants souhaitent louer un appartement, mais l'agence n'accepte pas les garants, leurs revenus ne représentent pas 3 fois le montant du loyer.
L'agence propose de mettre le bail au nom des parents d'un des deux enfants.
Est-ce légal et que cela peut-il entrainer
Lol34 [Visiteur], le 22/05/2017 à 22:27
Bonjour
Je loue une maison à ma mere avec mon conjoint. On doit se séparer et il me dit que je peux pas le virer car il est sur ma caf. Lui perçoit son aah moi rien car c est une location familiale. Je suis seule sur le bail, quels sont mes droits si je veux le virer et faire appel de la police ?
Merci de votre réponse
Soso [Visiteur], le 19/11/2017 à 17:24
Bonjour,

Apres le décès de ma Mère le bailleur a cédétiste les droits à ma soeur seulement pour le transfert de bail et il refuse de me placer en tant que ci titulaire malgré la preuve que je réside dans le meme logement depuis plus d'un an .
Etant sans abri est il possible de rentrer chez moi malgre les avenant établit au nom de ma soeur uniquement car elle contact aujourd'hui la police pour me faire sortir dès lieu me laissant ainsi dans cette situation .
Face à l'urgence et l'hostilité de mon cas est il possible d'obtenir un délai plus court en dépit de mon reintegration ?
En vous remerciant par avance .
Marlon [Visiteur], le 07/12/2017 à 19:12
Je suis titulaire du bail ,nous nous sommes recements pacses .une question est ce quelle peut beneficier de ses droits contenu de sa situation familliale (2 enfants à charge).
En depit que le proprio n accepte pas l avenant au bail.
Ajouter un commentaire