Le dol en droit des contrats :

Publié le 23/04/2012 Vu 123 118 fois 25
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le contrat est un acte juridique bilatéral c'est-à-dire qu’il faut qu’au moins deux volontés se manifestent pour que des effets juridiques se produisent. C'est une sorte de convention car il sert à créer un droit. D'après l'article 1108 du Code Civil, pour que ce contrat soit valablement formé, quatre conditions sont nécessaires. Il faut tout d'abord que les parties donnent leur consentement. Il est nécessaire également que ces parties aient la capacité de contracter. Il faut aussi un objet certain. Et enfin une cause licite. Par ailleurs, l'article 1109 du Code Civil énonce « qu'il n'y a point de consentement valable si le consentement n'a été donné que par erreur ou s'il a été extorqué par violence ou surpris par dol. ». Aussi l’article 1116 du Code civil sanctionne-t-il le dol en tant que vice du consentement par la nullité du contrat. Cet article a pour objet de rappeler les éléments constitutifs du dol avant de voir les recours de la victime

Le contrat est un acte juridique bilatéral c'est-à-dire qu’il faut qu’au moins deux volontés se manifes

Le dol en droit des contrats :

Le dol en droit des contrats :

Le contrat est un acte juridique bilatéral c'est-à-dire qu’il faut qu’au moins deux volontés se manifestent pour que des effets juridiques se produisent. C'est une sorte de convention car il sert à créer un droit.

D'après l'article 1108 du Code Civil, pour que ce contrat soit valablement formé, quatre conditions sont nécessaires.

Il faut tout d'abord que les parties donnent leur consentement. Il est nécessaire également que ces parties aient la capacité de contracter. Il faut aussi un objet certain. Et enfin une cause licite.

Par ailleurs, l'article 1109 du Code Civil énonce « qu'il n'y a point de consentement valable si le consentement n'a été donné que par erreur ou s'il a été extorqué par violence ou surpris par dol. ».

Aussi l’article 1116 du Code civil sanctionne-t-il le dol en tant que vice du consentement par la nullité du contrat.

Cet article a pour objet de rappeler les éléments constitutifs du dol avant de voir les recours de la victime

1 / Les éléments constitutifs du dol :

Le dol est un acte de déloyauté provoquant une erreur du cocontractant l’ayant déterminé à conclure un contrat et il doit être à l’origine d’une erreur provoquée (article 1116 du Code civil).

  • La nécessité d’une erreur provoquée :

Contrairement à l’erreur, en matière de dol, toutes les erreurs sont admises.

Ainsi, l’erreur sur la valeur qui n’est pas sanctionnée sur le fondement de l’erreur (art 1110 C civ) peut être sanctionnée sur le terrain du dol dès lors cette erreur résulte d’une manœuvre émanant du cocontractant.

De même, en matière de dol, l’erreur est toujours excusable (Cass Civ 3ème  21 février 2011).

  • Une manœuvre émanant du cocontractant:

Il peut s’agir d’un stratagème c'est-à-dire que le cocontractant va organiser la situation pour faire croire quelque chose qui n’existe pas afin d’amener l’autre à contracter.

De même, il peut s’agir d’un mensonge.

Ainsi, récemment, la Cour de cassation dans des arrêts de 2010 a considéré que le fait de mentir dans le cadre d’une vente en affirmant que les normes de sécurité étaient respectées alors que le vendeur savait très bien que ce n’était pas le cas constitue un mensonge susceptible d’entrainer l’annulation sur le fondement du dol.

Par ailleurs, la Cour de cassation, depuis 1971, a étendu la notion de dol en admettant que  la réticence dolosive puisse constituée une  manœuvre permettant d’obtenir la nullité du contrat sur le fondement de l’art 1116 du Code civil.

En fait, la réticence dolosive n’est rien d’autre que la traduction d’un comportement de mauvaise foi  dans le cadre de la formation du contrat.

La Cour de Cassation a jugé dans un arrêt du 7 juin 2011 "qu 'une demande indemnitaire, exclusivement fondée sur la réticence dolosive reprochée au La cédant d'un fonds de commerce, ne peut être accueillie si le cessionnaire n'établit pas le caractère intentionnel du comportement du cédant et le caractère déterminant du dol allégué, lesquels sont souverainement appréciés par les juges du fond".

Ainsi, la Cour de Cassation ajugé dans una rrêt du 3 mars 2010 que "Le fait de ne pas avoir informé un acquéreur du fait que la maison acquise avait été inondée constitue une réticence dolosive justifiant l’annulation de la vente."

Dès lors qu’une personne connaît une information d’importance pour l’autre  et la cache, ne dit rien, suffit à caractériser la réticence dolosive et par la même le dol.

Néanmoins, aujourd’hui, il semble que la Cour de cassation fonde cette solution en s’appuyant sur le non respect d’une obligation pré contractuelle d’information.

Dès lors, le silence de la partie ne saura sanctionner que s’il pesait sur elle une obligation d’information.

Aussi, la Cour de cassation a-t-elle jugé dans un arrêt du 3 mai 2000 dite de l’affaire Baldus qu’aucune obligation d’information ne pesant sur l’acheteur le vendeur ne pouvait agir en nullité de la vente au motif que l’acheteur aurait gardé le silence sur la valeur réelle des photographies.

Enfin, il convient de préciser que la manœuvre doit émaner du cocontractant. Le dol émanant d’un tiers n’est pas, en principe, sanctionné.

  • Une manœuvre intentionnelle :

Le dol est une faute délictuelle qui repose sur un élément intentionnel mais pas nécessairement une intention de nuire à son cocontractant.

Il s’agit ici de vérifier que le cocontractant l’a fait en connaissance de cause, que l’auteur de la manœuvré savait qu’en ayant cette manœuvre l’autre allait conclure et que sans cette manœuvre il ne l’aurait pas fait.

Aussi, la Cour de cassation dans un arrêt du 19 mars 2008 rappelle cette exigence en énonçant que si l’élément intentionnel n’est pas rapporté, les juges ne peuvent admettre l’existence d’un dol (Cass civ 1ère 19 mars 2008).

2/ Les sanctions :

  • La nullité relative du contrat :

La nullité étant relative seule la victime du dol peut agir à défaut de toute autre personne.

En application de l’article 1304 du Code civil, l’action en nullité relative se prescrit, en principe par 5 ans  à compter de la découverte du vice pour agir.

  • La responsabilité civile :

Le dol constitue aussi un délit civil et en conséquence, il constitue une faute au sens de l’article 1 382 du Code civil.

Dès lors, la victime est en droit de demander l’allocation de dommages intérêts.

Il convient de préciser qu’en cas de dol principal c'est-à-dire un dol qui aurait déterminé la victime à contracter, cette dernière dispose d’une option entre demander la nullité du contrat et engager la responsabilité délictuelle.

En revanche,  le dol incident qui n’est pas suffisamment déterminant du consentement ne sera sanctionné que comme une faute délictuelle et en conséquence ne pourra engager que la responsabilité de son auteur sur le fondement de l’article 1 382 du code civil.

A cet égard, la Cour de cassation a précisé que si la victime d'un dol dans la formation du contrat peut demander l'annulation de celui-ci, elle peut aussi se contenter de réclamer des dommages et intérêts destinés à réparer le préjudice causé par le dol, qui est en lui-même constitutif d'une faute (Cass Civ 1ère 25 juin 2008).

L’action en responsabilité doit être intentée, selon la nature du préjudice dans un délai de 5 ans ou 10 ans.

Enfin, comme l’a rappelé la cour de cassation dans un arrêt du  7 juin 2011, le dol ne se présume pas.

Dès lors, la victime doit apportée la preuve de l’intention de son cocontractant de la tromper (Cass. com., 7 juin 2011, n° 10-13.622, FS-P+B, sté Pharmacie Y c/ X : JurisData n° 2011-010920).  

Ce principe doit être nuancé car la Cour de cassation a précisé dans un arrêt du 15 mai 2002 en matière de contrat de vente que la mauvaise foi du vendeur professionnel dès lors que l’acheteur est un profane (Cass Civ 1ère 15 mai 2002). .

Dès lors que le professionnel manque à son obligation d’information, le caractère intentionnel est présumé et donc son cocontractant n’aura pas à le prouver.

Joan DRAY
Avocat à la Cour
joanadray@gmail.com

76/78 rue Saint-Lazare

75009 PARIS

tel:09.54.92.33.53

Vous avez une question ?
Blog de Maître Joan DRAY

Joan DRAY

130 € TTC

308 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par papasisko
25/07/2012 19:43

Bonjour; Grâce à cet éclaircissement j'ai compris certaines notions concernant le dol. Pour cela je vous en remercie.

2 Publié par Visiteur
03/03/2013 17:01

Bonjour Maître,
Tout d'abord merci pour cet article fort intéressant et enrichissant,
Je me permets de venir vers vous pour vous posez quelques questions qui je l'espère auront leur réponse.
J'ai acheté une maison il y a bientôt deux ans, et je m'aperçois petit à petit qu'il y a des soucis au niveau de la toiture mais pas seulement, je détaille:
-une fuite provient du toit et les poutres se situant juste en dessous sont casi pourries,j'ai fait faire un devis juste pour la fissure qui laisse infiltrer l'eau de pluie (donc sans parler des poutres) qui s'élève à 1700 €,j'ai bien peur qu'un jour la toiture s'écroule,
-la consommation edf est à s'arracher les cheveux alors que nous avions demandé lors de la visite aux anciens propriétaires le coût qui ne semblait pas si important, de plus le DPE annonce une lettre "C" qui sauf erreur de ma part justifie une basse consommation d'énergie
-une poutre à céder à peine un an après être rentré dans les murs(rien à voir avec celles du toit) dans le salon, sous la chambre de notre enfant rendant cette pièce inutilisable.
-tout un mur de salle de bain est moisi et l'eau s'infiltre dans le sol.
Je souhaite savoir s'il y a des recours pour tous ces problèmes,
Peut-on parler de dol dans ces cas cités si dessus?
A savoir qu'une clause de non garanties des vices cachés est dans l'acte notarié, et en sachant que l'ancien propriétaire à tout rénové lui même, cette maison était un bar resto avant d'être l'habitation des anciens propriétaires,
Y a t-il possibilité d'avoir gain de cause? Comment faut-il procéder? Faut-il faire venir un expert en pathologie du bâtiment pour constater les dégâts et leur ancienneté?

Vous remerciant par avance pour votre réponse,
Bien cordialement.

3 Publié par Visiteur
03/03/2013 17:24

Bonjour Maître,
Tout d'abord merci pour cet article fort intéressant et enrichissant,
Je me permets de venir vers vous pour vous posez quelques questions qui je l'espère auront leur réponse.
J'ai acheté une maison il y a bientôt deux ans, et je m'aperçois petit à petit qu'il y a des soucis au niveau de la toiture mais pas seulement, je détaille:
-une fuite provient du toit et les poutres se situant juste en dessous sont casi pourries,j'ai fait faire un devis juste pour la fissure qui laisse infiltrer l'eau de pluie (donc sans parler des poutres) qui s'élève à 1700 €,j'ai bien peur qu'un jour la toiture s'écroule,
-la consommation edf est à s'arracher les cheveux alors que nous avions demandé lors de la visite aux anciens propriétaires le coût qui ne semblait pas si important, de plus le DPE annonce une lettre "C" qui sauf erreur de ma part justifie une basse consommation d'énergie
-une poutre à céder à peine un an après être rentré dans les murs(rien à voir avec celles du toit) dans le salon, sous la chambre de notre enfant rendant cette pièce inutilisable.
-tout un mur de salle de bain est moisi et l'eau s'infiltre dans le sol.
Je souhaite savoir s'il y a des recours pour tous ces problèmes,
Peut-on parler de dol dans ces cas cités si dessus?
A savoir qu'une clause de non garanties des vices cachés est dans l'acte notarié, et en sachant que l'ancien propriétaire à tout rénové lui même, cette maison était un bar resto avant d'être l'habitation des anciens propriétaires,
Y a t-il possibilité d'avoir gain de cause? Comment faut-il procéder? Faut-il faire venir un expert en pathologie du bâtiment pour constater les dégâts et leur ancienneté?

Vous remerciant par avance pour votre réponse,
Bien cordialement.

4 Publié par Visiteur
16/04/2014 02:04

Bonsoir maître, supris par dol ou erreur de dol ou lésion sur le plan franco tunisien, cette loi à t elle son équivalent en Tunisie
En effets j'ai vendu une maison par procuration signée par l'un de mes frère je me sens lésé, je sais que je me suis fait manipuler par l'acheteur, un de mes cousins. J'ai vendu cette maison en dessous de son prix d'achat , voilà je suis déçu et je tiens à tenter une action en justice qu'en dites vous

5 Publié par Visiteur
11/10/2014 02:46

Une dame âgée qui n'a pas d'enfant, qui souffre de délires et de paranoïa, se voit d'offrir par son notaire de vendre sa maison pour 1$ à lui même. La dame signe le contrat et elle est placée par la suite dans une résidence pour personne âgée quatre mois après la transaction. Le notaire vend la maison et empoche personnellement les argent. Le frère de cette dame, a-t-il un recours ? Pour ma part, je suis d'avis qu'il y a présence de Dol, compte tenu que le notaire a abusé de la dame en lui faisant vendre sa maison pour 1$. De plus, il y a vice de consentement car la dame n'était pas disposée à consentir de façon libre et éclairé. merci de me répondre.

6 Publié par Visiteur
27/04/2015 10:42

Est ce que le dol ou le vice du consentement peut être invoqué dans le cadre d'une convention de divorce (par consentement mutuel) ?

7 Publié par Visiteur
08/06/2015 17:44

Le dol peut il être évoqué pour un bail commercial lorsque le bailleur ne respecte pas les normes de l'électricité?

8 Publié par Jibi7
08/06/2015 18:40

Cet article ressortant 3 ans après sa rédaction (il m'aurait été bien utile si je l'avais connu à sa sortie) je me permets de vous demander si "En application de l’article 1304 du Code civil, l’action en nullité relative se prescrit, en principe par 5 ans à compter de la découverte du vice pour agir."
les délais de recours n'ont pas été modifiés par les nouvelles prescriptions en matière de droit ..Merci de votre confirmation ou mise à jour s'il y a lieu..

9 Publié par Jibi7
08/06/2015 19:01

1. Ensuite, dans le cadre d'un partage judiciaire les 2 parties décident d'une expertise proposée par le notaire. Dans les 2 rapports fournis (1 résid.princip),+ l'usufruit d'une rés.secondaire) des "erreurs" de "description et donc d'évaluation ont été générées par des falsifications de relevés de propriétés ou omissions (volontaires) de consultation des plu etc ont transformé du paturage en zone non aedific..et du jardin en zone inondable, aligné etc..en surfaces constructibles ajoutant env. 15% aux évaluations. Ces anomalies ont été relevées mais de façon "amiable" au notaire comme a l'expert (sans reco) pensant que le notaire rectifierait .
Comme le partage prévu aboutit a l'expulsion de la partie lésée qui n'a plus les moyens de repayer tous les frais qu'y a t il de prévu "le dol" ici étant bien plus important que le seul déboire financier.Mais peut on parler de "contrat "rompu dans cette démarche qui a déjà duré et couté 5 ans!
2. A noter que jamais le nu-propriétaire du bien secondaire n'a été appelé ni informé pendant le partage ni l'expertise! Qu'aurait il pu faire et que peut il faire encore en urgence!

10 Publié par Jibi7
08/06/2015 19:08

Les "clics " d'enregistrement sont partis trop vite pour que les remerciements anticipés pour votre article et vos réponses soient enregistrés..
Merci encore Maitre de vos lumières!

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles