Effet de la saisie-attribution en dépit de la liquidation ultérieure du débiteur saisi

Publié le 04/11/2011 Vu 5 323 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Il peut arriver qu’une saisie-attribution soit faite sur le compte d’un débiteur et qu’une liquidation ultérieure de celui-ci intervienne ensuite. La saisie-attribution perd-elle pour autant son effet ? L'alinéa 2 de l'article 43 de la loi du 9 juillet 1991 prévoit que « la signification ultérieure d'autres saisies ou de toute autre mesure de prélèvement, même émanant de créanciers privilégiés, ainsi que la survenance d'un jugement portant ouverture d'un redressement ou d'une liquidation judiciaires, ne remettent pas en cause cette saisie-attribution ».

Il peut arriver qu’une saisie-attribution soit faite sur le compte d’un débiteur et qu’une liquidation

Effet de la saisie-attribution en dépit de la liquidation ultérieure du débiteur saisi

Il peut arriver qu’une saisie-attribution soit faite sur le compte d’un débiteur et qu’une liquidation ultérieure de celui-ci intervienne ensuite.

La saisie-attribution perd-elle pour autant son effet ?

L'alinéa 2 de l'article 43 de la loi du 9 juillet 1991 prévoit que « la signification ultérieure d'autres saisies ou de toute autre mesure de prélèvement, même émanant de créanciers privilégiés, ainsi que la survenance d'un jugement portant ouverture d'un redressement ou d'une liquidation judiciaires, ne remettent pas en cause cette saisie-attribution ».

Dans un arrêt récent du 3 mai 2011, la Cour de Cassation vient confirmer cette règle.

En l’espèce, près de quatre ans avant l’ouverture d’une procédure de liquidation à l’encontre de son preneur, le bailleur d’un local commercial avait engagé une action en validation de congé et en fixation d’une indemnité d’occupation.

La même année, afin de garantir le paiement de l’indemnité, il avait pratiqué une saisie conservatoire sur le prix de vente du fonds de commerce de son preneur.

La mesure avait été convertie en saisie-attribution dès la condamnation du preneur à lui verser une provision.

Plus de cinq ans après l’ouverture de la procédure, la société bailleresse est condamnée à restituer au liquidateur les sommes perçues par suite de la saisie au motif que celle-ci était fondée sur une créance provisionnelle dont la déclaration était nécessaire à la persistance des effets de la saisie-attribution.

La Cour de cassation casse l’arrêt d’appel. Elle rappelle à cette fin que « la saisie-attribution emporte un effet attributif immédiat de la créance saisie au créancier saisissant, effet qui ne saurait être remis en cause par l’ouverture ultérieure d’une procédure collective à l’égard du débiteur saisi ».

La Cour reprend les termes de l’article 43 alinéas 1er et 2e de la loi du 9 juillet 1991, qu’elle vise, et confirme la force de cet effet attributif, déjà révélée, notamment, à l’occasion de la saisie de créances à exécution successive.

L’article 31 de la loi du 9 juillet 1991 précise expressément que « l’exécution forcée peut être poursuivie jusqu’à son terme en vertu d’un titre exécutoire à titre provisoire ».

La saisie-attribution avait été valablement opérée pour le paiement de la provision d’indemnité sur la créance de prix de vente du fonds de commerce.

La propriété de la créance était alors transmise immédiatement et par l’effet de la loi au bailleur qui pouvait, en conséquence, obtenir paiement de la provision par prélèvement sur les sommes déposées auprès d’un tiers par l’acquéreur du fonds.

La difficulté tenait à l’alinéa 2 du même texte selon lequel « l’exécution est poursuivie aux risques du créancier qui, si le titre est ultérieurement modifié, devra restituer le débiteur dans ses droits ».

La Cour de cassation énonce que, par le seul effet de la saisie-attribution, la créance d’indemnité n’avait pas à être déclarée.

C’est bien la créance de prix du fonds de commerce, créance saisie, qui est sortie du patrimoine du débiteur saisi au profit du saisissant et, à l’évidence, cette créance contre un débiteur in bonis n’a pas davantage à être déclarée.

Le créancier saisissant n’a pas à déclarer la créance de provision pour les sommes dont il a pu obtenir paiement grâce à la saisie.

L’effet de la saisie, même justifiée par une créance provisionnelle, est immédiat et définitif, aucune validation rétroactive de l’attribution n’est nécessaire et aucune remise en cause du paiement n’est possible du seul fait de l’ouverture d’une procédure collective contre le débiteur.

Pour autant, le créancier devra déclarer le solde de la créance de provision si la saisie n’en a permis que le recouvrement partiel et qu’il souhaite en obtenir le plein règlement. C’est le cas en l’espèce.

Il devra, de même, déclarer la créance d’indemnité s’il entend poursuivre l’instance au fond en vue d’obtenir une décision définitive.

Mon cabinet est à votre disposition pour tous conseils et contentieux.

Joan DRAY
Avocat à la Cour
joanadray@gmail.com

76-78 rue Saint-Lazare
75009 -PARIS
TEL:01.42.27.05.32
FAX: 01.76.50.19.67
Vous avez une question ?
Blog de Maître Joan DRAY

Joan DRAY

130 € TTC

306 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Christophe MORHAN
05/11/2011 10:46

Bonjour Maître,

la saisie attribution reste à mon sens la voie d'exécution la plus efficace mais cette "arme" a vu ses effets sensiblement réduit avec les réformes législatives notamment la mise en place du solde bancaire insaisissable automatique mais de la réforme des procédures collectives intervenue en 2005.

L'alinéa 2 de l'article L. 632-2 du Code de commerce énonce dans une formule péremptoire :

« Tout avis à tiers détenteur, toute saisie-attribution, toute opposition peut également être annulé lorsqu'il a été délivré ou pratiqué par un créancier après la date de cessation des paiements et en connaissance de celle-ci ».

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles