L'expulsion : les règles relatives au procès-verbal d’expulsion

Publié le 24/10/2012 Vu 7 665 fois 3
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

En principe, l'article 61 de la loi n° 91-650 du 9 juillet 1991 dispose que sauf dispositions spéciales aucune expulsion ne peut avoir lieu sans une décision de justice ou un procès-verbal de conciliation exécutoire. Si l’expulsion est effectuée alors qu’il n’y a pas de décision de justice, cela constitue une violation de domicile. L’expulsé pourra obtenir sa réintégration Les opérations d'expulsion sont effectuées par un huissier de justice choisi par le propriétaire du bien immobilier parmi ceux dans le ressort desquels est situé l'immeuble.

En principe, l'article 61 de la loi n° 91-650 du 9 juillet 1991 dispose que sauf dispositions spéciales aucu

L'expulsion : les règles relatives au procès-verbal d’expulsion

L'expulsion : les règles relatives au procès-verbal d’expulsion

 

En principe, l'article 61 de la loi n° 91-650 du 9 juillet 1991 dispose que sauf dispositions spéciales aucune expulsion ne peut avoir lieu sans une décision de justice ou un procès-verbal de conciliation exécutoire.

Si l’expulsion est effectuée alors qu’il n’y a pas de décision de justice, cela constitue une violation de domicile.

L’expulsé pourra obtenir sa réintégration

 

Les opérations d'expulsion sont effectuées par un huissier de justice choisi par le propriétaire du bien immobilier parmi ceux dans le ressort desquels est situé l'immeuble.

 

La présence de la personne expulsée

 

Si l'occupant est présent et donne son consentement à l'accès de l'huissier de justice, ce dernier peut procéder à l'expulsion d'un local à usage d'habitation sans le concours de la force publique.

 

Par contre, si la personne à expulser est absente, l'huissier de justice ne peut ni procéder à l'ouverture des portes, ni pénétrer dans les lieux en présence de l'un des témoins visé par l'article 21 de la loi n° 91-650 du 9 juillet 1991.

Il dresse un procès-verbal de tentative d'expulsion et de requérir le concours de la force publique.

Il a été jugé qu'en l'absence de la société occupant sans droit ni titre de l'immeuble, l'huissier ne pouvait procéder seul à l'expulsion, même en la présence de témoins. Il devait requérir auprès du Préfet le concours de la force publique. Cette expulsion étant irrégulière, elle doit être annulée (CA Paris, 8e ch., sect. B, 23 janv. 2003, n° 2002-15537).

 

 

Les mentions obligatoires devant figurer sur le procès-verbal

 

Selon l'article R.432-1 du Code des procédures civiles d'exécution, « l'huissier de justice dresse un procès-verbal des opérations d'expulsion qui contient, à peine de nullité :

–        1° la description des opérations auxquelles il a été procédé et l'identité des personnes dont le concours a été nécessaire

–        2° la désignation de la juridiction compétente pour statuer sur les contestations relatives aux opérations d'expulsion

 

Le procès-verbal est signé par toutes les personnes mentionnées au 1°. En cas de refus de signer, il en est fait mention. »

 

 

Les mentions supplémentaires obligatoires en cas de bien laissé sur place

 

L'article R.433-1 du Code des procédures civiles d'exécution prévoit que « Si des biens ont été laissés sur place ou déposés par l'huissier de justice en un lieu approprié, le procès-verbal d'expulsion contient, en outre, à peine de nullité :

–        1° L'inventaire de ces biens, avec l'indication qu'ils paraissent avoir ou non une valeur marchande

–        2° Mention du lieu et des conditions d'accès au local où ils ont été déposés

–        3° Sommation à la personne expulsée, en caractère très apparent, d'avoir à les retirer dans le délai d'un mois non renouvelable à compter de la signification de l'acte, faute de quoi les biens qui n'auront pas été retirés pourront être, sur décision du juge, vendus aux enchères publiques ou déclarés abandonnés selon le cas

–        4° Convocation de la personne expulsée d'avoir à comparaitre devant le juge de l'exécution du lieu de la situation de l'immeuble à une date déterminée qui ne peut être antérieure à l'expiration du délai imparti au 3° ; afin qu'il soit statué sur le sort des biens qui n'auraient pas été retirés avant le jour de l'audience. L'acte reproduit les dispositions des articles R.121-6 à 5121-10 du Code des procédures civiles d'exécution. »

 

 

Si l'une des mentions fait défaut dans le procès-verbal, cela ne suffit pas à entrainer la nullité de l'acte.

Il faut que la personne expulsée subisse un préjudice (Cour d'Appel Paris, 8e ch., sect. B, 6 sept. 2001, n°2000/22968). C'est une irrégularité de forme qui nécessite de prouver que cela a entrainé un grief pour le destinataire de l'acte.

 

Si la personne expulsée arrive à prouver un préjudice du fait de l'absence de cette mention, l'acte sera annulé et il pourra demander sa réintégration dans les lieux.

 

Le procès-verbal doit être signifié ou remis à la personne expulsée. Ce dernier dispose d'un délai d'un mois pour le contester (R.432-2 du Code des procédures civiles d'exécution).

 

La responsabilité de l'huissier de justice

L'huissier peut voir sa responsabilité professionnelle engagée s'il commet des fautes dans la conduite de la procédure d'expulsion.

 

Par exemple, si l'huissier a irrégulièrement signifié les actes et que ces derniers ont été annulés entrainant la réintégration des locataires et un allongement de la procédure, il doit réparer le préjudice subi par le bailleur (TGI Paris, 1re ch., 12 janv. 2000).

 

Lorsqu'un huissier emporte, à son initiative des meubles, même en très mauvais état, à la décharge commet une faute (CA Bordeaux, 8 févr. 2000).

Je me tiens à votre disposition pour tous renseignements et contentieux.

Vous pouvez me poser vos questions sur conseiller juridique.net : http://www.conseil-juridique.net/joan-dray/avocat-1647.htm

Joan DRAY
Avocat à la Cour
joanadray@gmail.com

76/78 rue Saint-Lazare

75009 PARIS

 tel:09.54.92.33.53

FAX: 01.76.50.19.67

Vous avez une question ?
Blog de Maître Joan DRAY

Joan DRAY

150 € TTC

403 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par colet
27/10/2012 09:52

bonjour maître Joan Dray
on a le sentiment que le juge d’exécution favorise les démarches de l huissier aux bénéfices de l'agence immobilière qui gère l appartement
ce jargon juridique est difficile et les démarches du locataire qui essaye de se défendre semées d’embûches :le dossier porté à la sous préfecture le vendredi matin n est lu que le mardi suivant
un propriétaire négligeant qui ne fournit pas de justificatifs de charges ,des réparations obligatoires non faites depuis 10 ans une mauvaise isolation phonique et thermique
que subit le locataire
des prélèvements bancaires de l'agence immobilière sans avoir rempli de demande.
*une procédure d'huissier vitesse grand V ,avec un moratoire abusif qui bloque le compte et une demande d'expulsion à la clé alors que loyer est payé
la demande d annulation du moratoire AR quej'ai envoyé me revient 5 jours après avec encore un autre justificatif à fournir que je renvoie AR qui sera pris pris en compte je ne sais quand!
*tout est fait pour que le locataire ne se défende pas
cordialement

2 Publié par colet
27/10/2012 09:54

bonjour maître Joan Dray
on a le sentiment que le juge d’exécution favorise les démarches de l huissier aux bénéfices de l'agence immobilière qui gère l appartement
ce jargon juridique est difficile et les démarches du locataire qui essaye de se défendre semées d’embûches :le dossier porté à la sous préfecture le vendredi matin n est lu que le mardi suivant
un propriétaire négligeant qui ne fournit pas de justificatifs de charges ,des réparations obligatoires non faites depuis 10 ans une mauvaise isolation phonique et thermique
que subit le locataire
des prélèvements bancaires de l'agence immobilière sans avoir rempli de demande.
*une procédure d'huissier vitesse grand V ,avec un moratoire abusif qui bloque le compte et une demande d'expulsion à la clé alors que loyer est payé
la demande d annulation du moratoire AR quej'ai envoyé me revient 5 jours après avec encore un autre justificatif à fournir que je renvoie AR qui sera pris pris en compte je ne sais quand!
*tout est fait pour que le locataire ne se défende pas
cordialement

3 Publié par colet
27/10/2012 09:56

j ai omis de dire que mon courrier ne parvient pas l'adresse du propriétaire sur le bail
que l'agence refuse de me la donner depuis 10 ans

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.