L’extension de procédure « dans les procédures collectives »:

Publié le 01/02/2012 Vu 73 952 fois 4
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La loi du 26 juillet 2005 consacre la possibilité reconnue par la jurisprudence d’étendre la procédure collective ouverte à l’encontre d’une personne à une autre personne qui ne remplit pas nécessairement les conditions de la loi de sauvegarde. L’intérêt de l’extension de procédure est d’attraire à la procédure collective déjà ouverte à l’encontre d’un débiteur un autre patrimoine et donc des actifs supplémentaires. En conséquence, l’extension de procédure est bien souvent en faveur des créanciers qui disposent dès lors d’une plus grande chance de recouvrer leur créance. L’ordonnance de 2008 a énuméré strictement les personnes pouvant demander cette extension. Désormais, les titulaires de l’action sont clairement énumérées par l’article L621-2 du code de commerce qui a vocation à s’appliquer par renvoie à la procédure de redressement et de liquidation judicaire. Il s’agit de l’administrateur, du mandataire judiciaire, du Ministère public ou du tribunal d’office. Par ailleurs il convient de souligner que le tribunal compétent pour statuer sur l’extension est celui ayant ouvert la procédure à étendre. Pour étudier cette question, il convient de voire dans un premier temps les causes d’extension (I) avant de voir le régime de l’extension (II).

La loi du 26 juillet 2005 consacre la possibilité reconnue par la jurisprudence d’étendre la procédure co

L’extension de procédure « dans les procédures collectives »:

L’extension de procédure « dans les procédures collectives »:

La loi du 26 juillet 2005 consacre la possibilité reconnue par la jurisprudence d’étendre la procédure collective ouverte à l’encontre d’une personne à une autre personne qui ne remplit pas nécessairement les conditions de la loi de sauvegarde.

L’intérêt de l’extension de procédure est d’attraire à la procédure collective déjà ouverte à l’encontre d’un débiteur un autre patrimoine et donc des actifs supplémentaires.

En conséquence, l’extension de procédure est bien souvent en faveur des créanciers qui disposent dès lors d’une plus grande chance de recouvrer leur créance.

L’ordonnance de 2008 a énuméré strictement les personnes pouvant demander cette extension. Désormais, les titulaires de l’action  sont clairement énumérées par l’article L621-2 du code de commerce qui a vocation à s’appliquer par renvoie à la procédure de redressement et de liquidation judicaire. Il s’agit de l’administrateur, du mandataire judiciaire, du Ministère public ou du tribunal d’office.

Par ailleurs il convient de souligner que le tribunal compétent pour statuer sur l’extension est celui ayant ouvert la procédure à étendre.

Pour étudier cette question, il convient de voire dans un premier temps les  causes d’extension (I) avant de voir le régime de l’extension (II).

I-                    Les causes d’extension de patrimoine :

Selon l’article L621-2 du code de commerce, il n’y a que deux causes d’extension de procédure : la fictivité d’une personne morale et la confusion des patrimoines.

Une société est fictive dès lors qu’il s’agit d’une société de façade crée de manière artificielle sans aucune autonomie juridique ni fonctionnement propre.

La fictivité suppose ainsi l’absence d’un élément constitutif de la personne morale, le plus souvent l’affectio societatis. Comme le précise un arrêt, « La fictivité d’une société, qui doit s’apprécier à la date de sa création, peut être révélée par des faits postérieur à sa constitution ; une société apparaît fictive lorsqu’elle est dépourvue de toute autonomie décisionnelle et notamment de la faculté de décider…de sa liquidation ou de sa survie, cette faculté appartenant en fait au véritable maître de l’affaire » (Affaire Metaleurop Com 19 avril 2005 JCPE 2005 n° 271)

En ce qui concerne la confusion des patrimoines, la jurisprudence utilise en réalité deux critères :

Tout d’abord, un critère classique, commun aux personnes physiques et morales  qui est l’imbrication inextricable des comptes.

Ainsi, il y a confusion de patrimoines lorsque des personnes se sont comportées de telle manière que l’actif et le passif de chacune sont imbriqués dans ceux de l’autre sans qu’on puisse les séparer créant un « désordre généralisé des comptes » (com 24 octobre 1995 Bull. Joly 1996 p 158 note P Scholer).

Ensuite, le second critère utilisé est propre aux personnes morales. Il s’agit du critère des relations financières anormales.

Ainsi,   la confusion est caractérisée par l’existence de flux financiers anormaux ou des relations financières anormales c'est-à-dire quand il existe entre deux personnes morales notamment au sein d’un groupe de sociétés des rapports financiers sans contrepartie ou à l’avantage systématique de la même personne et résultant du détournement des ressources d’une vers l’autre.

Depuis notamment l’affaire Metaleurop du 19 avril 2005, la Cour de cassation utilise plutôt l’expression de relations financières anormales (Com 19 avril 2005 JCPE 2005 n° 271). Dans ces espèces, elle avait du à se prononcer sur des opérations à sens uniques, qui ne constituaient pas véritablement des flux financiers. C’est pour cette raison qu’elle a utilisé la notion de relations financières anormales.

En effet, la notion de relations financières anormales étant plus large, elle permet de prendre en compte des situations plus complexes dans lesquelles il n’existe pas à propos parler de flux financiers.

Cette notion va ainsi permettre de sanctionner des avances sans remboursements ultérieures, des abandons de créances, une renonciation à percevoir des loyers, le fait qu’une société, titulaire contre une autre d’une créance importance, ait omis de la déclarer au passif de la seconde (Com 16 juin 2009 Gaz Proc coll 2009/4 p 4 note F Reille).

II-                  Le régime de l’extension de procédure à une autre personne :

En l’absence de précision dans les textes, c’est la jurisprudence qui est venu préciser les conséquences de l’extension de procédures.

Le régime de l’extension est dominé par un principe directeur : le principe d’unicité de la procédure.

Autrement dit, la procédure collective déjà ouverte est étendue, avec sa date de cessation des paiements, à toutes les personnes morales concernées, ce qui permet le paiement du passif commun sur un actif élargi.

La procédure collective reste dès lors régie par la loi en vigueur lors du jugement d’ouverture même si l’extension est postérieure à l’entrée en vigueur d’une loi nouvelle.

Dans un arrêt de la Chambre commerciale du 30 juin 2009, la Cour de Cassation a affirmé que l’extension de procédure n’avait pas pour effet de faire disparaitre la personnalité juridique de chacune des sociétés dont le patrimoine a été confondu.

En conséquence, elle a jugé que la déclaration de créance effectuée à l’égard du débiteur de la procédure initiale vaut à l’encontre des patrimoines inclus par la suite par l’extension (Com 1er oct 1997).

Par ailleurs, la Cour de cassation dans un arrêt en date du 17 février 1998 a posé la règle selon laquelle en cas d’extension de procédure il ne peut y avoir qu’unicité des solutions pour toutes les personnes concernées par la procédure c’est à dire qu’il ne peut y avoir qu’un seul plan.

Mais le principe d’unicité comporte d’importantes et nécessaires limites :

Tout d’abord le jugement d’extension ne rétroagit pas à la date d’ouverture de la première procédure.

En conséquence, les créanciers de la personne à laquelle la procédure est étendue ne sont pas soumis à la règle de l’interdiction des poursuites individuelles avant la date du jugement d’extension (com 28 sept 2004)

De même, puisque le jugement d’extension est assimilé à un jugement d’ouverture et qu’il ne rétroagit pas à la date du jugement ouvrant la procédure initiale, les créances nées du chef de la personne à laquelle la procédure a été étendue sont des créances antérieures dès lors qu’elles sont nées avant le jugement d’extension et postérieurement au jugement d’ouverture.  

Enfin, il a pu être jugé que la condamnation d’un dirigeant à supporter une partie du passif de la société qu’il dirigeait ne peut être étendue au passif des autres sociétés avec lesquelles il y a eu confusion.

 Mon  cabinet est à votre disposition pour tous contentieux et conseils.

Joan DRAY
Avocat à la Cour
joanadray@gmail.com

76-78 rue Saint-Lazare
75009 -PARIS
TEL:01.42.27.05.32
FAX: 01.76.50.19.67

 

 

 

Vous avez une question ?
Blog de Maître Joan DRAY

Joan DRAY

130 € TTC

310 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
25/04/2013 11:52

énumérés et non énumérées.

2 Publié par Visiteur
13/12/2014 20:40

Merci Joana pour le partage des informations je vous remercie infiniment !!! Je suis du Maroc mais je trouve pas des publications ou des bouquins qui peuvent m'aider dans ce sens y a vraiment un manque des Écrits!!

3 Publié par Visiteur
19/03/2015 15:06

Bonjour,

Depuis l'ordonnance du 12 mars 2014 et une décision du CCel, le Tribunal ne peut plus d'office procéder à l'extension de procédure collective.

Depuis la même ordonnance, le débiteur peut lui-même la demander.

4 Publié par Visiteur
21/12/2017 22:02

Bonjour,

Mon papa était seul commerçant en nom propre, Dans le cadre de l activité profess mes parents sont souscrit un prêt. Le commerce a était vendu il y a 9 ans et la banque à assigner mes parents en paiement ( dans le cadre du plan de répartition une somme a été versée à la banque en 2006 et le tribunal a considéré que c est une reconnaissance de dette et vient de condamner les parents au capital restant avec les intérêts ) aujourd’hui mon père exerce une activité payée au smic et la mère est en invalidité.

Est-ce possible que mon père fasse une déclaration de cessation des paiements? En cas de procédure de liquidation ouverte serait il possible de demander l extension à ma mère?

Merci d avance pour votre retour c est très compliqué,

Cordialement,

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.