Licenciement, Inaptitude et Harcèlement

Publié le 02/01/2014 Vu 7 211 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Il peut être aisé pour l’employeur dont le salarié a été déclaré Inapte de tenter de le licencier. Néanmoins même en cas d’inaptitude décelée par le médecin du travail, l’employeur à une obligation de reclassement. Ce n’est que dans le cas où le reclassement est impossible que le licenciement pour Inaptitude pourra intervenir. Un arrêt récent de la cour de Cassation rappelle le principe selon lequel un avis d’Inaptitude ne retire pas au salarié le droit de se faire indemniser, s’il estime que son employeur a commis des fautes.

Il peut être aisé pour l’employeur dont le salarié a été déclaré Inapte de tenter de le licencier. N

Licenciement, Inaptitude et Harcèlement


Il peut être aisé pour l’employeur dont le salarié a été déclaré Inapte de tenter de le licencier.


Néanmoins même en cas d’inaptitude décelée par le médecin du travail, l’employeur à une obligation de reclassement.


Ce n’est que dans le cas où le reclassement est impossible que le licenciement pour Inaptitude pourra intervenir.


Un arrêt récent de la Cour de Cassation rappelle le principe selon lequel un avis d’Inaptitude ne retire pas au salarié le droit de se faire indemniser, s’il estime que son employeur a commis des fautes.


En l’espèce, un chef d’entreprise tentait de faire échec à la demande d’une salariée protégée licenciée pour Inaptitude, qui demandait des indemnités pour la perte de son emploi, ainsi que pour harcèlement moral.


La demande de la salariée avait été accueillie par la Cour d’Appel, l’employeur s’était donc pourvu en Cassation.


La Cour de Cassation rejette le pourvoi de l’employeur. (Cass. soc., 27 nov. 2013, n° 12-20.301, FS P+B+R : JurisData n° 2013-027327)


Ce dernier estimait que l'autorisation de licencier, délivrée par l'inspecteur du travail, n'autorisait pas à contester la cause du licenciement, devant le juge du contrat de travail.


La chambre sociale de la Cour de cassation ne retient pas ce raisonnement et estime que s’il est vrai que  «  dans le cas où une demande d'autorisation de licenciement d'un salarié est motivée par son inaptitude physique, il appartient à l'administration du travail de vérifier que l'inaptitude est réelle et justifie son licenciement ».


Le fait que l’autorité administrative ait constaté l’inaptitude, décision sur laquelle le juge judicaire ne peut pas revenir, en raison de le séparation des pouvoirs, n’empêche pas le salarié de demander une indemnisation de son préjudice.


Il en ressort que l'autorité administrative n'a pas à rechercher la cause de l'inaptitude, même si elle découle de faits caractéristiques d'un harcèlement moral.


Ainsi,lorsque l’inaptitude physique est réelle l’employeur peut toujours l’utiliser comme moyen de rompre le contrat de travail.


Mais le fait pour le salarié d’être inapte à son poste ne le prive pas du droit de réclamer

des indemnité lorsqu’il estime que son inaptitude résulte d’un manquement de l’employeur.


La Cour de Cassation indique donc que  « le harcèlement moral à l'origine de l'inaptitude était établi, La Cour d’Appel «  en a exactement déduit que la salariée était fondée à solliciter la réparation du préjudice résultant de la perte de l'emploi ».


Dans cet arrêt l’Inaptitude avait été causé par le harcèlement moral et la salariée a pu en demander réparation.


Le Salariée peut donc toujours demander réparation de son préjudice consécutif au harcèlement mais il ne peut pas contester son licenciement sur ce fondement dès lors que ce dernier à été autorisé par l’autorité administrative.


La Cour avait par ailleurs déjà posé cette solution. Il s’agissait d’un employé de la RATP quia avit subi divers préjudices.


La Cour considére qu’il est possible pour le salarié d’obtenir deux indemnisations distincte sur le fondement


1- Des faits de harcèlement en eux même
2- Du manquement par l’employeur à son obligation de prévenir les faits de harcèlement


Mais il convient de préciser que cette double indemnité ne pourra être obtenue que si le demandeur prouve deux préjudices distincts.


Or, lorsque le harcèlement est le fait de l’employeur on voit mal comment on pourrait reprocher à celui qui a exercé le harcèlement de ne pas l’avoir prévenu !
(Cass. soc., 6 juin 2012, n° 10-27.694, FS-P+B, RATP c/ M. P. : JurisData n° 2012-012103)

Il semble donc que même si elle est admise dans les faits il sera difficile d’obtenir cette double indemnisation sauf dans le cas où le harcèlement est le fait d’un salarié.


Dans ce cas il sera possible de demander une indemnisation au salarié pour les faits de harcèlements et à l’employeur pour ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour y mettre un terme.


Vous pouvez me poser vos questions sur conseiller juridique.net : http://www.conseil-juridique.net/joan-dray/avocat-1647.htm
Joan DRAY
 Avocat à la Cour
 joanadray@gmail.com
76/78 rue Saint-Lazare
75009 PARIS
tel:09.54.92.33.53
FAX: 01.76.50.19.67

Vous avez une question ?
Blog de Maître Joan DRAY

Joan DRAY

150 € TTC

314 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
19/12/2014 16:04

Bonjour je vous explique mon cas!
Déclaré inapte le 6 novembre et licencier le 11 décembre à ce jour je n ai aucun papier et encore moins le solde de tout compte et mon employeur n a toujours pas envoyé le volet 3 à la sécurité sociale pour qu elle puisse m indemnisé le mois de mon reclassement que puis je faire car elle s acharne sur moi depuis mon accident de travail car elle a tout fait pour qu il ne passe pas (fausse déclaration d accident, mensonge et encore les papiers donné 2 mois âpres car la cpam à fait que l appeller) merci bcp pour votre réponse j espère que vous pouvez m aider.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles