Licenciement et Maternité

Publié le 22/01/2013 Vu 15 257 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Aucun employeur ne peut rompre le contrat de travail d'une salariée lorsqu'elle est en état de grossesse médicalement constaté et pendant l'intégralité des périodes de suspension du contrat de travail auxquelles elle a droit, qu'elle use ou non de ce droit ainsi que pendant les quatre semaines qui suivent l'expiration de ces périodes (art. L. 1225-4 du Code du travail). Ainsi, la salariée enceinte bénéficie d’un statut protecteur qui implique que durant sa grossesse, et pendant les quatre semaines qui suivent son retour de congé de maternité, celle-ci bénéfice d'une protection quasi totale contre un éventuel licenciement. Bien qu’il existe des exceptions (II), la salariée enceinte bénéficie d’une protection absolue contre le licenciement (I). La sanction du non respect de ce principe étant la nullité du licenciement (III).

Aucun employeur ne peut rompre le contrat de travail d'une salariée lorsqu'elle est en état de grossesse mé

Licenciement et Maternité

Licenciement et Maternité

 

Aucun employeur ne peut rompre le contrat de travail d'une salariée lorsqu'elle est en état de grossesse médicalement constaté et pendant l'intégralité des périodes de suspension du contrat de travail auxquelles elle a droit, qu'elle use ou non de ce droit ainsi que pendant les quatre semaines qui suivent l'expiration de ces périodes (art. L. 1225-4 du Code du travail).

 

Ainsi, la salariée enceinte bénéficie d’un statut protecteur qui implique que durant sa grossesse, et pendant les quatre semaines qui suivent son retour de congé de maternité, celle-ci bénéfice d'une protection quasi totale contre un éventuel licenciement.

 

Bien qu’il existe des exceptions (II), la salariée enceinte bénéficie d’une protection absolue contre le licenciement (I).

 

La sanction du non respect de ce principe étant la nullité du licenciement (III).

 

I/ Principe de la protection absolue de la salariée enceinte contre le licenciement

 

Durant son congé de maternité, la salariée bénéficie d'une protection absolue contre le licenciement (art. L. 1225-4 Code du Travail).

 

En réalité, la protection de la salariée enceinte s’étend durant la grossesse à partir du moment où elle est médicalement constatée et jusqu’au début de son congé maternité.

 

Elle perdure également durant les quatre semaines qui suivent le congé.

 

Cette protection s'étend au-delà de la période du congé maternité si des mesures préparatoires au licenciement ont été prises pendant ladite période.

 

Par exemple, une salariée licenciée deux jours après la reprise de ses fonctions et l'engagement d'un salarié durant le congé de maternité de l'intéressée qui a pour objet de pourvoir à son remplacement définitif, caractérise une mesure préparatoire au licenciement (Cass. soc., 15 sept. 2010).

 

Ainsi, la salariée de retour de son congé de maternité ne peut  être licenciée le jour même (Cass. soc., 28 mars 2001).

 

Il est à noter que la visite médicale de reprise prévue à l'article R. 4624-21 du Code du travail n'a pas pour effet de différer la fin de la protection contre le licenciement de la salariée rentrant de congé maternité.

 

Cette période expire à l'issue des quatre semaines qui suivent la fin du congé même si la visite de reprise n'a pas eu lieu (Cass. soc., 29 sept. 2004).

 

Si la salariée réduit une partie de son congé prénatal au profit de son congé postnatal (art. L. 1225-17 et L. 1225-19 du Code du travail), cette prolongation du congé postnatal entraîne un report du point de départ du délai de quatre semaines.

 

La protection contre le licenciement prend fin en cas d'interruption de la grossesse (Cass. soc., 28 févr. 1980).

 

De même, en ce qui concerne les traitements liés à la procréation médicalement assistée, bien que le droit européen interdise le licenciement des travailleuses enceintes, il ne protège pas une salariée qui se soumet à une fécondation in vitro lorsque, à la date à laquelle son licenciement est prononcé, les ovules fécondées in vitro, n’ont pas encore été transférés dans l'utérus de cette salariée (CJCE 26 févr. 2008, aff. 506/06).

 

II/ Exceptions au principe de la protection absolue de la salariée enceinte contre le licenciement

 

En effet, l’employeur ne peut la licencier sauf à lui imputer une faute grave non liée à son état de grossesse ou à démontrer qu’il est dans l'impossibilité de maintenir le contrat pour un motif étranger à la grossesse (art. L. 1225-4 du Code du travail ; Cass. soc., 17 févr. 2010).

 

a) Qu’est ce qu’une faute grave ?

 

La faute grave est celle qui empêche la poursuite du contrat de travail, même pendant la durée du préavis.

 

Concernant une salariée enceinte, cette faute grave ne doit pas être liée à son état de santé (Cass. soc., 18 avr. 2008).

 

Les juges doivent rechercher si les faits reprochés à la salariée, quand bien même ils seraient constitutifs d'une faute grave, sont ou non liées à l'état de grossesse de la salariée (Cass. soc., 18 avr. 2008).

 

Il a été jugé que l'irritabilité ou la fatigue de la salariée était une circonstance atténuante dans l’appréciation de la faute de la salariée (Cass. soc., 27 nov. 1990).

 

Le fait de prolonger une absence de quelques jours, sans justification médicale, ne constitue pas une faute grave dans la mesure où l'employeur est averti et n'ignore pas l'état de santé de sa salariée (Cass. soc., 19 déc. 1990).

 

De la même manière, les juges considèrent que l'absence de justification pendant un mois et demi d'une prolongation de l'arrêt de travail, dont l'employeur ne peut ignorer la raison, ne constitue pas une faute grave justifiant un licenciement (Cass. soc., 24 oct. 1996).

 

En revanche, le fait d'injurier et de bousculer son supérieur hiérarchique au point de le faire tomber constitue une faute grave que l'état de santé de la salariée ne saurait justifier (Cass. soc., 13 mars 1980).

 

De la même, la réalisation d’un acte, par omission ou par commission, qui met en péril la situation de l’entreprise justifie le licenciement pour faute grave même s’il est réalisé par une salarié enceinte.

 

Il a ainsi été jugé valide le licenciement pour faute grave d’une salariée chef comptable, qui a mis la comptabilité de l'entreprise dans un désordre tel que l'employeur a été obligé de demander un délai supplémentaire pour présenter son bilan au président du tribunal de commerce et s'est vu assigné un redressement par un contrôleur d'Etat, un inspecteur des impôts et un agent de l'Urssaf (Cass. soc., 16 oct. 1980).

 

De même, la commission d'une faute grave a été reconnue à l'encontre d'une salariée qui, « contrairement à la procédure comptable en vigueur dans l'entreprise », n'a pas «  signalé au chargé de mission les nombreux et importants retards de paiement et impayés de clients» (Cass. soc., 13 déc. 2006).

 

La deuxième exception constitutive d’une faute grave et qui justifie le licenciement de la salariée enceinte réside dans l’impossibilité de maintenir le contrat.

 

b) Cas qui rendent impossible le maintien du contrat de travail.

 

L'impossibilité de maintenir le contrat pour un motif étranger à la grossesse doit résulter de circonstances indépendantes du comportement de la salariée (Cass. soc., 27 avr. 1989).

 

Le motif économique du licenciement (réorganisation ou restructuration, fermeture d'établissement, etc.) peut constituer une impossibilité de maintenir le contrat (Cass. soc., 6 janv. 2010).

 

Encore faut-il que le motif économique soit réellement établi et que l'employeur précise dans la lettre de licenciement les raisons qui établissent l'impossibilité de maintenir le contrat (Cass. soc., 21 mai 2008).

 

L’employeur se doit d’expliquer en quoi sa situation économique l’empêche de poursuivre le contrat et ce, indépendamment du fait que la salariée soit enceinte (Cass. soc., 6 oct. 2010).

 

En tout état de cause, la désorganisation de l’entreprise qui résulte de l’absence de la salariée pour congé maternité ne justifie pas un licenciement fondé sur l’impossibilité de maintenir le contrat de travail (Cass. soc., 28 oct. 1998).

 

L'impossibilité du maintien du contrat de travail pour un motif étranger à la grossesse de la salariée a été retenue dans une affaire où

 

Toutefois, dans le cadre d’une restructuration visant la sauvegarde de l’entreprise et impliquant des suppressions de postes ainsi qu’une réorganisation complète de l’activité, la salariée, qui à la suite de son congé de maternité, ne retrouve pas l'emploi qu'elle occupait antérieurement et ne demande pas à occuper l'un des postes qui continue d'exister, peut se voir opposer un licenciement sur ce fondement (Cass. soc., 21 juin 1995).

 

De la même manière, l'employeur peut licencier la salariée qui refuse une nouvelle affectation dans son emploi, justifiée par une réorganisation de service, dès lors qu'elle n'entraîne pas une modification du contrat de travail (Cass. soc., 29 févr. 1984).

 

Toute disposition d’une convention collective permettant le licenciement d’un salarié dont l’absence pour maladie nécessite un remplacement serait inopérante à l’égard d’une salariée enceinte (Cass. soc., 28 oct. 1998).

 

Il est à noter enfin que l'impossibilité de maintenir le contrat de travail peut résulter de la déclaration par le médecin du travail de l'inaptitude définitive à tout emploi de la salariée dans l'entreprise (Cass. soc., 28 mars 2007).

 

Au demeurant, l'insuffisance professionnelle ou une faute légère de la salariée ne peuvent en aucun cas être pas un motif suffisant pour justifier le licenciement.

 

III/ Sanction du non-respect des dispositions protectrices de la salariée enceinte

 

Sauf s'il est prononcé pour un des motifs justifiant la rupture du contrat de travail, le licenciement d'une salariée enceinte encourt la nullité (art. L. 1225-5 et L. 1225-39 du Code du travail).

 

Cela signifie que le licenciement n’est jamais intervenu.

 

La nullité est de plein droit et peu importe que l'employeur ignorait l'état de grossesse au moment où il a pris la décision de licencier la salariée (Cass. soc., 7 avr. 2004).

 

Le licenciement est ainsi annulé lorsque dans un délai de quinze jours à compter de sa notification l'intéressée envoie à son employeur, par lettre recommandée avec avis de réception, un certificat médical justifiant de on état (art. R. 1225-2 et L. 1225-5 du Code du travail).

 

Je me tiens à votre disposition pour tous renseignements et contentieux.

Vous pouvez me poser vos questions sur conseiller juridique.net : http://www.conseil-juridique.net/joan-dray/avocat-1647.htm

Joan DRAY
Avocat à la Cour
joanadray@gmail.com

76/78 rue Saint-Lazare

75009 PARIS

 tel:09.54.92.33.53

FAX: 01.76.50.19.67

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez une question ?
Blog de Maître Joan DRAY

Joan DRAY

150 € TTC

400 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
21/04/2015 23:17

Bonjour,
Ma femme était employée en contrat cdi chez un particulier employeur durant l'année 2014.Pendant cette année là,elle tomba enceinte et devait accouché le 1er novembre 2014. Logiquement un congé maternité était mis en place du 6 septembre 2014 au 6 mars 2015. L'employeur connaissait l'état de grossesse de ma femme mais décida quand même de la "remplacer" suivit d'un licenciement pour un abandon de poste pendant son congé maternité . Soit disant, elle déclara qu'elle ne connaissait pas la date de reprise sur le poste et qu'elle essayait de joindre ma femme a plusieurs reprises,mais en vain.
ps:je tiens à préciser que sur attention assedic , elle laisse entendre que le licenciement à eu lieu le 31 juillet 2014.a ce jour ma femme ne perçoit aucune indemnités chômage du faite de l'erreur de cet employeur.
Question: a t elle le droit de la licencier avant ou pendant le congé maternité? Si non,quels sont les recours juridiques auxquels ma femme a droit pour faire valoir ses droits devant la justice en tant que salariée.
Cordialement.

2 Publié par Visiteur
04/10/2017 16:01

Bonjour, je suis salarié d'une entreprise qui à la suite d'un refus de rupture conventionnelle m'a notifié un entretien préalable à licenciement alors que je n'ai commis aucune faute. Il semblerait qu'ils veuillent utiliser l'insuffisance professionnelle. Je suis enceinte, que dois je faire ? Surtout que mn certificat médical n'a pas ete transmis de crainte d'être licencié pour autre chose qu'ils auraient inventé. Cette société est une grande société de la place

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.