Moyens d’actions des créanciers contre le contrat d’assurance vie souscrit par le débiteur

Publié le 06/01/2013 Vu 19 434 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L’assurance vie est un type de contrat d’assurance qui garantit le versement d’une certaine somme d’argent à un tiers lorsque survient un événement lié à la vie de l’assuré. Il permet de présenter un quasi-produit d’épargne présentant certains avantages fiscaux. À l’ouverture du contrat d’assurance vie, le souscripteur désigne un ou plusieurs bénéficiaires qui se verront verser le capital assuré lors de la survenance de l’événement objet de la police d’assurance (décès ou survie du souscripteur). Cette possibilité est également reconnue aux personnes morales, une entreprise par exemple. Les entreprises (unipersonnelles comme pluripersonnelles) sont bien souvent soumises au risque d’une liquidation judiciaire qui a pour conséquences de mobiliser l’ensemble des actifs de celles-ci pour régler le passif détenu par un ou plusieurs créanciers. À ce titre, il est intéressant de savoir si les sommes capitalisées peuvent servir à payer les créanciers du souscripteur. En d’autres termes, est ce que les créanciers peuvent opérer une saisie sur les sommes capitalisées au titre de l’assurance vie ? Du fait de sa nature particulière, le contrat d’assurance vie ne peut en principe servir de fondement à une saisie sauf à considérer un rachat par le souscripteur ou certaines situations particulières.

L’assurance vie est un type de contrat d’assurance qui garantit le versement d’une certaine somme d’ar

Moyens d’actions des créanciers contre le contrat d’assurance vie souscrit par le débiteur

 

 

Moyens d’actions des créanciers contre le contrat d’assurance vie souscrit par le débiteur

 

 

 

L’assurance vie est un type de contrat d’assurance qui garantit le versement d’une certaine somme d’argent à un tiers lorsque survient un événement lié à la vie de l’assuré.

 

Il permet de présenter un quasi-produit d’épargne présentant certains avantages fiscaux.

 

À l’ouverture du contrat d’assurance vie, le souscripteur désigne un ou plusieurs bénéficiaires qui se verront verser le capital assuré lors de la survenance de l’événement objet de la police d’assurance (décès ou survie du souscripteur).

 

Cette possibilité est également reconnue aux personnes morales, une entreprise par exemple.

 

Les entreprises (unipersonnelles comme pluripersonnelles) sont bien souvent soumises au risque d’une liquidation judiciaire qui a pour conséquences de mobiliser l’ensemble des actifs de celles-ci pour régler le passif détenu par un ou plusieurs créanciers.

 

À ce titre, il est intéressant de savoir si les sommes capitalisées peuvent servir à payer les créanciers du souscripteur.

 

En d’autres termes, est ce que les créanciers peuvent opérer une saisie sur les sommes capitalisées au titre de l’assurance vie ?

 

Du fait de sa nature particulière, le contrat d’assurance vie ne peut en principe servir de fondement à une saisie sauf à considérer un rachat par le souscripteur ou certaines situations particulières.

 

Si le bénéficiaire du contrat d'assurance vie est titulaire d'un droit personnel sur le capital assuré, il possède ce capital en provenance directe de l’assureur et non pas du souscripteur.

 

L’engagement pris par le souscripteur ne vaut qu’à l’égard de la compagnie et le droit du bénéficiaire existe à l’encontre de cette dernière.

 

La compagnie d’assurance est donc enserrée entre deux créances, celle du souscripteur qui se matérialise principalement par le droit à rachat et par le droit de désignation du bénéficiaire et celle du bénéficiaire qui a vocation à appréhender le bénéfice du contrat au jour de la réalisation du risque.

 

La faculté de désignation du bénéficiaire est un droit propre au souscripteur de l’assurance vie (Cass. civ., 22 févr. 1893).

 

Une exception est à noter. Dans le cadre d’assurances collectives souscrites par les employeurs au profit de leur collaborateur, le droit de désigner le bénéficiaire est exercé par le salarié soit tacitement, soit expressément en application d'une clause du contrat.

 

Ainsi les créanciers héritiers du souscripteur ne peuvent désigner aucun autre bénéficiaire que celui qui a été désigné par le souscripteur.

 

En effet, «les créanciers peuvent exercer tous les droits et actions de leur débiteur à l'exception de ceux qui sont attachés à la personne» (art. 1166 du Code civil).

 

Principe d’insaisissabilité du contrat d’assurance vie

 

Au regard des éléments présentés, il est de principe que le contrat d’assurance vie est insaisissable sans l’acceptation du stipulant (art 1166 du Code civil ; art. L 132-9 du Code des assurances).

 

Le droit de révoquer la stipulation en vertu de laquelle le bénéfice de l'assurance est attribué à un bénéficiaire déterminé n'appartient qu'au stipulant et ne peut en conséquence être exercé de son vivant par ses créanciers ni par ses représentants légaux.

 

Ce principe s’applique également lorsque le créancier est l’administration fiscale (Cass. Civ. 1re, 2 juillet 2002).

 

En effet, la demande de rachat, en exécution de laquelle le souscripteur d'une police d'assurance sur la vie obtient de l'assurance le versement immédiat de sa créance, par un remboursement qui met fin au contrat, constitue une révocation de la désignation des bénéficiaires (Cass. com., 25 oct. 1994).

 

Le droit de rachat est ainsi un droit exclusivement attaché à la personne du souscripteur et la personne en charge de la liquidation de ses biens ne peut l’exercer (Cass. 1re civ., 28 avr. 1998).

 

Si le souscripteur  est en liquidation judiciaire, lui seul peut exercer ce droit, malgré le dessaisissement dont il est frappé du fait de la liquidation (art. L 641-9, I Code de commerce).

 

Les droits acquis par le souscripteur entrent dans son patrimoine. Ils deviennent le gage de ses créanciers et un actif de sa liquidation.

 

Le liquidateur peut donc appréhender les fonds mais il ne peut pas le faire directement entre les mains de l'assureur (Cass. com. 11 décembre 2012).

 

 

Cas dans lesquels le contrat d’assurance vie peut être saisi par les créanciers

 

En dehors de l’hypothèse d’un rachat par le souscripteur (qui fait automatiquement passer les sommes capitaliser dans son patrimoine) il existe, à titre exceptionnel, certaines situations dans lesquelles la police d’assurance vie est saisissable par les créanciers.

 

Ainsi, les créanciers du souscripteur de l’assurance vie ont droit au remboursement des primes lorsque celles-ci ont été manifestement exagérées eu égard à ses facultés (art. L 132-13, al. 2 et L 132-14 du Code des assurances).

 

Les créanciers peuvent également, en leur nom personnel, attaquer les actes faits par leurs débiteurs en fraude de leurs droits (art. 1167 du Code civil).

 

L’administration fiscale peut également opérer une saisie sur l’épargne constituée dans le cas d’un rachat par le souscripteur.

 

Le contrat d’assurance vie réunie en réalité trois parties. Le souscripteur-assuré, la compagnie d’assurance et le bénéficiaire.

 

Ce type de contrat pourrait donc a priori s’apparenter à une stipulation pour autrui (art. 1121 du Code civil).

 

Si le bénéficiaire du contrat d'assurance vie est titulaire d'un droit personnel sur le capital assuré, il possède ce capital en provenance directe de l’assureur et non pas du souscripteur.

 

L’engagement pris par le souscripteur ne vaut qu’à l’égard de la compagnie et le droit du bénéficiaire existe à l’encontre de cette dernière.

 

La compagnie d’assurance est donc enserrée entre deux créances, celle du souscripteur qui se matérialise principalement par le droit à rachat et par le droit de désignation du bénéficiaire et celle du bénéficiaire qui a vocation à appréhender le bénéfice du contrat au jour de la réalisation du risque.

 

La faculté de désignation du bénéficiaire est un droit propre au souscripteur de l’assurance vie (Cass. civ., 22 févr. 1893).

 

Une exception est à noter. Dans le cadre d’assurances collectives souscrites par les employeurs au profit de leur collaborateur, le droit de désigner le bénéficiaire est exercé par le salarié soit tacitement, soit expressément en application d'une clause du contrat.

 

Ainsi les créanciers héritiers du souscripteur ne peuvent désigner aucun autre bénéficiaire que celui qui a été désigné par le souscripteur.

 

En effet, «les créanciers peuvent exercer tous les droits et actions de leur débiteur à l'exception de ceux qui sont attachés à la personne» (art. 1166 du Code civil).

 

Principe d’insaisissabilité du contrat d’assurance vie

 

Au regard des éléments présentés, il est de principe que le contrat d’assurance vie est insaisissable sans l’acceptation du stipulant (art 1166 du Code civil ; art. L 132-9 du Code des assurances).

 

Le droit de révoquer la stipulation en vertu de laquelle le bénéfice de l'assurance est attribué à un bénéficiaire déterminé n'appartient qu'au stipulant et ne peut en conséquence être exercé de son vivant par ses créanciers ni par ses représentants légaux.

 

Ce principe s’applique également lorsque le créancier est l’administration fiscale (Cass. Civ. 1re, 2 juillet 2002).

 

En effet, la demande de rachat, en exécution de laquelle le souscripteur d'une police d'assurance sur la vie obtient de l'assurance le versement immédiat de sa créance, par un remboursement qui met fin au contrat, constitue une révocation de la désignation des bénéficiaires (Cass. com., 25 oct. 1994).

 

Le droit de rachat est ainsi un droit exclusivement attaché à la personne du souscripteur et la personne en charge de la liquidation de ses biens ne peut l’exercer (Cass. 1re civ., 28 avr. 1998).

 

Si le souscripteur  est en liquidation judiciaire, lui seul peut exercer ce droit, malgré le dessaisissement dont il est frappé du fait de la liquidation (art. L 641-9, I Code de commerce).

 

Les droits acquis par le souscripteur entrent dans son patrimoine. Ils deviennent le gage de ses créanciers et un actif de sa liquidation.

 

Le liquidateur peut donc appréhender les fonds mais il ne peut pas le faire directement entre les mains de l'assureur (Cass. com. 11 décembre 2012).

 

 

Cas dans lesquels le contrat d’assurance vie peut être saisi par les créanciers

 

En dehors de l’hypothèse d’un rachat par le souscripteur (qui fait automatiquement passer les sommes capitaliser dans son patrimoine) il existe, à titre exceptionnel, certaines situations dans lesquelles la police d’assurance vie est saisissable par les créanciers.

 

Ainsi, les créanciers du souscripteur de l’assurance vie ont droit au remboursement des primes lorsque celles-ci ont été manifestement exagérées eu égard à ses facultés (art. L 132-13, al. 2 et L 132-14 du Code des assurances).

 

Les créanciers peuvent également, en leur nom personnel, attaquer les actes faits par leurs débiteurs en fraude de leurs droits (art. 1167 du Code civil).

 

L’administration fiscale peut également opérer une saisie sur l’épargne constituée dans le cas d’un rachat par le souscripteur.

 

 

 

 

Je me tiens à votre disposition pour tous renseignements et contentieux.

Vous pouvez me poser vos questions sur conseiller juridique.net : http://www.conseil-juridique.net/joan-dray/avocat-1647.htm

Joan DRAY
Avocat à la Cour
joanadray@gmail.com

76/78 rue Saint-Lazare

75009 PARIS

 tel:09.54.92.33.53

FAX: 01.76.50.19.67

 

 

 

 

 

Vous avez une question ?
Blog de Maître Joan DRAY

Joan DRAY

150 € TTC

315 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
24/10/2013 00:30

bonjour Maître.
Une personne en liquidation juridique professionnelle et jugée e
n mars 2013 non solvable bénéficie en septembre d une somme héritée de l assurance vie de sa mère suite à son décès. Peut elle conserver son héritage? Danc ce cas là aussi l assurance vie est elle insaisissable?
Merci Maître pour votre retour. Cordialement.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.