La communauté universelle, un cauchemar pour les enfants ?

Publié le 18/12/2023 Vu 1 442 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le régime matrimonial de la communauté universelle est l'un des régimes les plus courants dans certains pays.

Le régime matrimonial de la communauté universelle est l'un des régimes les plus courants dans certains pay

La communauté universelle, un cauchemar pour les enfants ?

Il présente des particularités intéressantes en termes de gestion des biens pendant le mariage et d'implications pour les héritiers en cas de décès d'un conjoint. Dans cet article, nous explorerons les caractéristiques de la communauté universelle et examinerons comment ce régime affecte les droits des héritiers.

La communauté universelle est un régime matrimonial dans lequel tous les biens acquis avant ou pendant le mariage sont considérés comme appartenant aux deux conjoints de manière indépendante. Cela signifie que chaque conjoint possède une part égale de tous les biens, qu'ils soient personnels ou communs. Contrairement à d'autres régimes matrimoniaux, la communauté universelle ne fait pas de distinction entre les biens acquis avant ou après le mariage, et tous les biens sont considérés comme faisant partie de la communauté.

La communauté universelle reste un régime matrimonial généralement conseillé aux couples retraités, en fin de vie et sans enfants.

La communauté universelle présente des avantages et des inconvénients pour les héritiers. D'un côté, les héritiers ont droit à une part de tous les biens de la communauté, ce qui peut augmenter leur part d'héritage. Cela peut être particulièrement avantageux si le conjoint décédé possédait des biens importants.

D'un autre côté, la communauté universelle peut également limiter la part d'héritage des enfants issus d'une précédente union du conjoint décédé. Étant donné que tous les biens sont considérés comme communs, la part des héritiers peut être réduite si le conjoint décédé avait des enfants d'une relation précédente.

Dans cet article, nous examinerons les aspects problématiques de la communauté universelle du point de vue des héritiers et les raisons pour lesquelles il est important de bien réfléchir avant d'adopter ce régime.

 

I.                   Absence de protection pour les héritiers

L'un des principaux problèmes de la communauté universelle réside dans l'absence de protection pour les enfants en cas de décès d'un parent. En effet, dans ce régime, tous les biens acquis pendant le mariage sont considérés comme étant la propriété commune du couple. Par conséquent, lorsqu'un des conjoints décède, l'intégralité du patrimoine revient au conjoint survivant, sans distinction entre les biens propres et les biens communs. Les enfants peuvent ainsi être privés de leur part d'héritage légitime, ce qui peut créer des tensions et des conflits familiaux.

Lorsqu’un époux décède, la communauté universelle prend fin et si le contrat de mariage prévoit une clause d’attribution intégrale du patrimoine, l’époux survivant recueille le patrimoine commun. Les héritiers réservataires ne récupèrent pas leur part dans l’immédiat. La succession se fera lorsque le second époux décédera.

Si le contrat ne prévoit pas de clause d’attribution, les règles sont différentes :

  • En premier lieu, le conjoint survivant récupère immédiatement la moitié des biens du patrimoine commun.

·         En second lieu, l’époux survivant récupère également une part sur l’autre moitié dans la mesure où il fait aussi partie des héritiers du défunt. La succession dépendra des règles de dévolution successorale.

 

II.                 Difficultés financières pour les héritiers

Lorsque les enfants sont exclus de l'héritage en raison de la communauté universelle, cela peut entraîner de graves difficultés financières pour eux. Ils peuvent se retrouver sans ressources et dans l'incapacité de subvenir à leurs besoins. Cette situation peut être particulièrement préoccupante si les enfants sont mineurs ou dépendants financièrement du parent décédé. Les frais liés à l'éducation, à la santé et aux autres dépenses essentielles peuvent devenir un fardeau insupportable pour les héritiers.

Tout d'abord, si un conjoint décède avec des dettes importantes, l'héritier survivant peut être tenu responsable de ces dettes, même si elles ont été contractées par le conjoint décédé seul. Cela peut entraîner une lourde charge financière pour l'héritier. De plus, si la succession comprend des biens communs, l'héritier survivant peut se retrouver avec des biens indivis, ce qui peut rendre difficile la gestion et la vente de ces biens. La nécessité de partager les biens avec d'autres héritiers potentiels peut également entraîner des conflits familiaux et retarder le règlement de la succession.

Pour faire face aux difficultés financières liées à la communauté universelle, il est essentiel de prendre certaines mesures. Tout d'abord, il est recommandé de consulter un avocat spécialisé en droit des successions pour obtenir des conseils juridiques adaptés à la situation spécifique de l'héritier. Ensuite, l'héritier peut envisager de demander le bénéfice de l'insaisissabilité de sa résidence principale, qui lui permettrait de la protéger de certaines créances.

Il est également possible de négocier avec les créanciers pour établir un plan de remboursement ou de demander un étalement des dettes afin de soulager la pression financière. Enfin, dans les cas les plus extrêmes, l'héritier peut envisager de renoncer à la succession pour éviter d'assumer les dettes du défunt. Cependant, cette décision doit être prise avec prudence, car elle entraîne également la renonciation à tous les droits et biens de la succession.

Les difficultés financières pour les héritiers dans le cadre de la communauté universelle peuvent être un défi important. Il est essentiel de prendre des mesures appropriées pour faire face à ces difficultés, en cherchant des conseils juridiques spécialisés et en explorant les solutions disponibles, telles que la négociation avec les créanciers ou la renonciation à la succession. Chaque situation est unique, et il est important de considérer tous les aspects avant de prendre une décision.

 

III.             Risque de remariage du conjoint survivant

Un autre aspect à prendre en compte est le risque de remariage du conjoint survivant. Si le conjoint survivant se remarie après le décès de son partenaire, les biens de la communauté universelle peuvent être dilués ou redistribués au profit du nouveau conjoint. Cela signifie que les enfants peuvent être encore plus lésés, car ils devront partager leur héritage avec des demi-frères et demi-sœurs issus du nouveau mariage. Cette situation peut engendrer des conflits familiaux complexes et des sentiments d'injustice.

La communauté universelle avec clause d’attribution intégrale est déconseillée lorsqu’on est en présence d’enfants nés d’unions différentes. En effet, cette situation peut être conflictuelle. Lorsqu’un conjoint a des enfants issus d’une première union, ces derniers peuvent s’opposer à la transmission de la totalité des biens au conjoint survivant. Ils peuvent ainsi engager une action en retranchement si la communauté empiète sur leur part de réserve.

Bien que la communauté universelle puisse sembler attrayante pour les couples mariés, il est essentiel de comprendre les conséquences potentiellement néfastes de ce régime sur les enfants. Les droits de succession peuvent être un sujet délicat, et il est important de consulter des professionnels du droit et de la planification successorale pour prendre des décisions éclairées. Protéger l'héritage des enfants et éviter les conflits familiaux devrait être une préoccupation majeure lors de la planification de la succession.

 

Sources :

1.      Cour de cassation — Première chambre civile — 3 mars 2021 — n° 19-16.065 

2.      Cour de cassation — Première chambre civile — 5 décembre 2018 — n° 16-13.323 

3.      https://www.avocats-picovschi.com/le-regime-de-la-communaute-universelle_article-hs_362.html

 

Vous avez une question ?
Blog de Murielle Cahen

Murielle CAHEN

150 € TTC

7 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.