ÉVALUATION DE LA PRESTATION COMPENSATOIRE : LES FUTURS HERITAGES NE SONT PAS PRIS EN COMPTE

Publié le 18/11/2022 Vu 283 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La prestation compensatoire est fixée par le juge en fonction des besoins de l’époux à qui elle est versée et des ressources de l’époux débiteur.

La prestation compensatoire est fixée par le juge en fonction des besoins de l’époux à qui elle est vers

ÉVALUATION DE LA PRESTATION COMPENSATOIRE : LES FUTURS HERITAGES NE SONT PAS PRIS EN COMPTE

Le montant de la prestation compensatoire est déterminé au moment du divorce. 

 

Si l’un des ex-époux reçoit un héritage après fixation de la prestation compensatoire, il n’est plus possible de tenir compte de cet élément. Si l’un des ex-époux a vocation à hériter d’un parent mais que cet héritage n’est pas encore réalisé, il ne peut être tenu compte de cet élément non réalisé pour évaluer le montant d’une prestation compensatoire.

 

Le montant de la prestation compensatoire est fixé en fonction des besoins de l'époux à qui elle est versée et des ressources de l'autre, en tenant compte de la situation au moment du divorce et de l'évolution de la situation dans un avenir prévisible (c. civ. art 271)

   

La situation des parties doit être appréciée au moment du divorce ; il s'agit non pas de la date de séparation des époux, mais de celle du prononcé du divorce (Cass. civ. 2, 20 avril 2000, n° 98-14.169). Ce n'est pas non plus à la date de l'ordonnance de non-conciliation, ou celle de l'assignation ; il s'agit tout simplement de la date à laquelle le divorce est devenu définitif.

   

Le texte précise ensuite un certain nombre de critères qui doivent être pris en compte pour parvenir à cette évaluation, critères dont la liste n’est pas exhaustive et au sein desquels rien n’est précisé concernant les droits successoraux.

 

Néanmoins, aux termes d’une jurisprudence désormais constante, la Cour de cassation affirme que la vocation successorale ne relève pas des droits prévisibles visés par l’article 271 du code civil. 

 

La Cour de cassation indique que la prestation compensatoire est fixée selon les besoins de l'époux à qui elle est versée et les ressources de l'autre en tenant compte de la situation au moment du divorce et de l'évolution de celle-ci dans un avenir prévisible ; que la vocation successorale ne constitue pas un droit prévisible au sens des articles 270, 271 et 272 du Code civil.  (Cour de cassation, civile, Chambre civile 1, 21 septembre 2005, 04-13.977)

 

Toutefois, si l'un des époux est déjà titulaire de biens propres reçus par succession au jour de l'appréciation de la prestation compensatoire, le Juge peut en tenir compte. (Civ. 1re, 28 févr. 2006, n° 04-17.695)

 

La succession ne renvoie effectivement pas à un avenir prévisible selon la jurisprudence. Dans cette affaire, la Cour d'appel avait débouté l'épouse de sa demande de prestation compensatoire parce qu'elle avait vocation à hériter de ses parents d'immeubles dont elle était déjà nu-propriétaire. La haute juridiction a censuré cette décision en estimant que des éléments non encore réalisés au moment du divorce et qui ne présentent pas de caractère prévisible à cette date ne doivent pas être pris en compte. La Cour de cassation confirme ainsi une position qu'elle avait déjà prise au sujet d'une succession dévolue après le prononcé du divorce. (Cour de cassation, civile, Chambre civile 1, 6 octobre 2010, 09-10.989)

 

De même, les perspectives de versement d'une pension de réversion en cas de prédécès du mari ne peuvent pas être prises en compte (Cass. civ. 1, 6 octobre 2010, n° 09-15.346)

 

Par un arrêt du 16 février 2022 la Cour de Cassation confirmant son interprétation constante de l’article 271 du code civil excluant la seule vocation successorale des droits devant être pris en compte pour l’évaluation de la prestation compensatoire, la première chambre civile de la Cour de cassation refuse de transmettre la question prioritaire de constitutionnalité qui lui était soumise, considérant que cette interprétation n’emporte aucune atteinte au principe d’égalité entre les époux devant la loi. (Civ. 1re, 16 févr. 2022, n° 21-20.362)

 

SOURCES : 

 

https://www.legifrance.gouv.fr/juri/id/JURITEXT000007051205

https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000023035844/

https://www.legifrance.gouv.fr/juri/id/JURITEXT000022903568/

https://www.courdecassation.fr/decision/620ca2d4c61f23729bcf61da?search_api_fulltext=21-20.362+&sort=&items_per_page=&judilibre_chambre=&judilibre_type=&judilibre_matiere=&judilibre_publication=&judilibre_solution=&op=&date_du=&date_au=&previousdecisionpage=&previousdecisionindex=&nextdecisionpage=&nextdecisionindex=

https://www.legifrance.gouv.fr/juri/id/JURITEXT000007497048

https://www.legifrance.gouv.fr/juri/id/JURITEXT000007413567

https://www.legifrance.gouv.fr/juri/id/JURITEXT000027020536

https://www.legifrance.gouv.fr/juri/id/JURITEXT000022903544/

 

 

Vous avez une question ?
Blog de Murielle Cahen

Murielle CAHEN

99 € TTC

7 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.