Streaming : Deezer et le droit

Publié le 01/05/2009 Vu 4 981 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

A l’origine de la controverse causée par le site Deezer.com, l’on trouvait le site Blogmusik qui avait ouvert en 2006 et permettait une écoute en streaming depuis le site ou en intégrant un lecteur flash sur son blog.

A l’origine de la controverse causée par le site Deezer.com, l’on trouvait le site Blogmusik qui avait ou

Streaming : Deezer et le droit

A l’origine de la controverse causée par le site Deezer.com, l’on trouvait le site Blogmusik qui avait ouvert en 2006 et permettait une écoute en streaming depuis le site ou en intégrant un lecteur flash sur son blog.

Ce type d’utilisation en ligne sans téléchargement (streaming) a alimenté les controverses liées à la légalité du téléchargement de morceaux en peer-to-peer (échange de fichiers par l’intermédiaire d’un logiciel de partage en réseau).

Ce site s’est rapidement imposé comme alternative aux sites de peer-to-peer purs, en ce qu’il ne proposait pas de téléchargement, ce qui anéantissement toute question concernant la reproduction d’œuvres protégées par le droit d’auteur. En effet, ce qui a notamment posé problème dans le cas des sites de téléchargement en peer-to-peer était la question des droits de propriété des auteurs et producteurs ; en ce sens que ces sites permettaient à des internautes de mettre en ligne, à la disposition de tous, des morceaux de musiques (des œuvres donc) sans avoir préalablement demandé l’autorisation des auteurs et producteurs, ce qu’implique le droit d’auteur. Or, avec un site tel que Blogmusik, seule l’écoute était proposée aux internautes, sans possibilité de téléchargement. Ainsi, le droit de reproduction n’était pas enfreint. Toutefois, le droit d’auteur ne se résume pas à la garantie pour l’auteur d’empêcher quiconque de reproduire son œuvre sans son autorisation, mais s’entend également de la possibilité pour l’auteur d’empêcher toute diffusion de son œuvre, que celle-ci soit ainsi reproduite ou non entre les mains des destinataires de la diffusion. C’est justement ici que se situe le problème de sites tels que Blogmusik.

C’est donc sur cet argument que la SACEM (société d’auteurs) et également la SDRM, SESAM et SPPF (représentants respectivement des artistes interprètes, producteurs et éditeurs) se sont fondées afin de mettre le site Blogmusik en demeure d’obtenir toutes autorisations nécessaires à la diffusion des morceaux.

La question de la rémunération était également sensible puisque le droit d’auteur implique que l’auteur de l’œuvre soit rémunéré pour la diffusion, reproduction ou distribution de son œuvre.  Le site a donc du fermer en février 2007.

La société Blogmusik, en Août 2007, a annoncé l’ouverture d’un site Internet proposant gratuitement à l’écoute tout un répertoire de morceaux, et ce en toute légalité. Cette société a annoncé en même temps la signature d’un accord avec la SACEM. Cette dernière était à l’origine de la fermeture du précédent site, en raison de l’absence de rémunération des auteurs liée à la non-autorisation de diffusion nécessaire. Toutefois, bien qu’ayant signé un accord avec la SACEM, et donc avec les auteurs, deezer n’avait obtenu aucune autorisation de la part des producteurs et maisons de disques. La maison de disques UNIVERSAL s’est donc, dès août 2007, plainte de cette absence d’autorisation, jugeant ainsi le site illégal. En effet, le site proposait à l’écoute des titres du catalogue d’UNIVERSAL, sans l’autorisation de celle-ci. Alors que la SACEM avait accepté la diffusion des morceaux de son catalogue pendant les négociations, UNIVERSAL a refusé cela, ce qui a paru sur le moment être un sérieux obstacle.

Mais cet obstacle a été assez rapidement levé puisque en mai 2008, un accord a été conclu avec UNIVERSAL, permettant à Deezer de diffuser le catalogue de la maison de disques contre rémunération. Deezer a donc signé un accord avec la SACEM, SONY BMG (octobre 2007), UNIVERSAL (mai 2008) et WARNER (septembre 2008), en plus de labels indépendants. Le seul qui manque à l’appel est EMI, qui n’a donc pas encore signé avec Deezer de contrat de diffusion.

Malgré cet absent, le site peut se vanter de proposer un catalogue de près de 4 millions de titres, et ce dans la légalité la plus totale.

En effet, ce qui distingue Deezer des autres sites de peer-to-peer et de streaming est qu’il a obtenu l’autorisation des auteurs et ayants droit pour la diffusion de la musique.

Il faut enfin souligner l’attrait qu’un site comme Deezer présente pour tous les protagonistes.

En premier lieu, les internautes ont accès à la musique de manière totalement gratuite et ce en toute légalité, ce qui rassurera beaucoup d’amateurs de musique et d’Internet.

En second lieu, les auteurs et producteurs sont rémunérés par Deezer, à proportion des recettes publicitaires. Alors certes, la diffusion de musique sur Deezer rapporte moins qu’une vente de disque, mais toujours plus qu’un téléchargement illégal, qui lui ne rapporte absolument rien à son auteur ou producteur. Argument que Pascal Nègre, président d’UNIVERSAL France a reconnu : "Nous sommes très attentifs aux nouveaux modes de consommation de la musique", a souligne Pascal Nègre, dans un communiqué diffusé par Deezer. "Les services d''écoute de musique financés par la publicité font partie de ces nouvelles offres qui permettent au plus grand nombre de découvrir les artistes tout en respectant le droit des artistes et des producteurs", ajoute-t-il. Ainsi, les auteurs autant que les producteurs intériorisent le fait que la musique aujourd’hui se consomme principalement sur Internet, et beaucoup moins dans les bacs. La publicité permet de financer la rémunération des auteurs et producteurs, sans que les internautes soient mis à contribution.

En troisième lieu, Deezer constitue également une vitrine de ces mêmes auteurs et producteurs, qui peuvent ainsi se faire mieux connaître. De plus, si les morceaux ne sont pas téléchargeables, sauf piratage, ils sont proposés à la vente via Itunes, totalement légal. Donc les internautes séduits par leur écoute sur Deezer peuvent se procurer, en payant, le morceau de leur choix, après avoir réfléchi et sélectionné avec exactitude les morceaux voulus.

En conclusion, le chemin a été chaotique pour Blogmusik mais finalement son site Deezer est entré dans la légalité dans le domaine de la musique à la demande. Cela prouve donc à quel point le droit s’accommode parfois maladroitement à l’évolution technologique et économique.

Vous avez une question ?
Blog de Murielle Cahen

Murielle CAHEN

99 € TTC

5 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Corentin
01/05/2009 17:09

Très intéressant, merci !

2 Publié par Visiteur
02/05/2009 11:16

"n second lieu, les auteurs et producteurs sont rémunérés par Deezer, à proportion des recettes publicitaires."

NON, les auteurs et producteurs beneficient aussi d'un montant touché par stream... ce qui leur garantie une rémunération même si la publicité sur le site ne genere pas d'argent... Est-ce que aujoud'hui, la publicité sur Deezer génère autant que ce qu'ils doivent pour la musique qu'ils diffusent... peut-etre devriez vous leur poser la question avant de " souligner l’attrait qu’un site comme Deezer présente pour tous les protagonistes."

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles