Derniers articles

Publié le 18/05/11 Vu 1 877 fois 0 Par Maître Julie BELMA
Pas de mesure de l'audience avant la fin d'un premier cycle électoral complet dans une UES

La période transitoire prévue par la loi du 20-8-2008 ne prend fin, au niveau d'une UES, que lorsque des élections postérieures à la loi se sont déroulées dans chacune de ses entités. (Cass. soc. 5 avril 2011 n° 10-18.523 (n° 874 F-PB), Sté Ancien Restaurant Chartier c/ Sow)

Lire la suite
Publié le 18/05/11 Vu 1 574 fois 0 Par Maître Julie BELMA
L'unanimité des syndicats n'est pas exigée pour prévoir un vote électronique 24 heures sur 24

La disposition du protocole préélectoral permettant le vote électronique à partir de tout ordinateur 24 heures sur 24 est soumise à la condition de double majorité, et non à la celle de l'unanimité des syndicats représentatifs de l'entreprise. (Cass. soc. 5 avril 2011 n° 10-19.951 (n° 876 F-PB), Sauvage c/ Sté Bureau Véritas)

Lire la suite
Publié le 18/05/11 Vu 2 617 fois 0 Par Maître Julie BELMA
Sauf accord, l'activité syndicale d'un salarié ne peut pas être évoquée lors de son évaluation

L'exercice d'activités syndicales ne doit pas être pris en compte dans l'évaluation professionnelle d'un salarié, sauf application d'un accord collectif visant à en assurer la neutralité ou à le valoriser (Cass. soc. 23 mars 2011 n° 09-72.733 (n° 739 F-D), Martinez c/ Sté Gan assurances vie)

Lire la suite
Publié le 18/05/11 Vu 4 316 fois 0 Par Maître Julie BELMA
Le licenciement d'un salarié malade remplacé par un prestataire de services n'est pas justifié

Un salarié dont l'absence prolongée pour maladie perturbe le fonctionnement de l'entreprise ne peut être licencié que s'il est définitivement remplacé au moyen d'une nouvelle embauche sous CDI, ce qui exclut le recours à un prestataire de services (Cass. ass. plén. 22 avril 2011 n° 09-43.334 (n° 593 PBRI), X c/ Syndicat des copropriétaires Y).

Lire la suite
Publié le 18/05/11 Vu 2 134 fois 0 Par Maître Julie BELMA
Publié le 18/05/11 Vu 8 912 fois 0 Par Maître Julie BELMA
La notification d'une rétrogradation disciplinaire doit préciser que le salarié peut la refuser

L'employeur notifiant au salarié une rétrogradation disciplinaire doit l'informer qu'il peut l'accepter ou la refuser et ne peut le licencier, en cas de refus, que s'il l'a convoqué à un nouvel entretien préalable dans les deux mois dudit refus. (Cass. soc. 28 avril 2011 n° 09-70.619 (n° 965 FS-PB), Sté Chabé limousines c/ Rideau - Cass. soc. 28 avril 2011 n° 10-13.979 (n° 968 FS-PB), Sté d'exploitation des thermes de Divonne c/ Allex)

Lire la suite
Publié le 18/05/11 Vu 3 955 fois 1 Par Maître Julie BELMA
Le médecin du travail ne doit pas prendre l'initiative de la visite de reprise

Un examen médical de reprise organisé par le seul médecin du travail n'est pas une visite de reprise mettant fin à la suspension du contrat de travail et le salarié n'est donc pas tenu de s'y rendre. (Cass. soc. 28 avril 2011 n° 09-40.487 (n° 964 FS-PB), Sté Boutmy c/ Gerome)

Lire la suite
Publié le 18/05/11 Vu 3 958 fois 0 Par Maître Julie BELMA
Certains avertissements disciplinaires sont soumis à la formalité de l'entretien préalable

Le salarié doit bénéficier d'un entretien préalable avant le prononcé d'un avertissement dès lors que le règlement intérieur ou la convention collective subordonnent le licenciement à l'existence de deux sanctions moindres. (Cass. soc. 3 mai 2011 n° 10-14.104 (n° 1028 FS-PB), Meriadec c/ Comité d'entraide aux français rapatriés)

Lire la suite
Publié le 18/05/11 Vu 1 904 fois 0 Par Maître Julie BELMA
Le délai pour renoncer à la clause de non-concurrence débute lors de l'envoi de la lettre de rupture

Le délai dont dispose l'employeur pour renoncer à l'exécution de la clause de non-concurrence a pour point de départ la date d'envoi de la lettre de rupture du contrat de travail et non celle de la réception de cette lettre par le salarié (Cass. soc. 30 mars 2001 n° 09-41.583 (n° 836 FS-PB), Sté Kohler France c/ Stoops)

Lire la suite
Publié le 18/05/11 Vu 8 276 fois 3 Par Maître Julie BELMA
Prise en compte d'une prime annuelle pour le calcul du maintien du salaire en cas de maladie

Les primes de fin d'année ou de 13e mois doivent être intégrées dans le calcul du maintien du salaire en cas de maladie dès lors que la convention collective fixe la période de référence à la moyenne mensuelle des 12 derniers mois de salaire. (Cass. soc. 28 avril 2011 n° 09-40.708 (n° 963 FS-PB), Sté Areste informatique c/ Paturet)

Lire la suite
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles