➡️ Le contrat d’engagement républicain nuit aux associations

Publié le 08/06/2023 Vu 2 491 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

A l’occasion de ses vœux et d’une conférence de Presse du 26 janvier dernier, le Mouvement associatif a alerté sur les dérives de la mise en œuvre du Contrat d’engagement républicain désormais imposé aux associations.

A l’occasion de ses vœux et d’une conférence de Presse du 26 janvier dernier, le Mouvement associatif a

➡️ Le contrat d’engagement républicain nuit aux associations

Téléchargez le Guide pratique de l'association 2022 - 2023 ➔

 

Le contrat d’engagement républicain (CER) a été institué par la loi n°2021-1109 du 24 août 2021 confortant les principes de la République qui a inséré un article 10-1 à la loi du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations.

Ainsi, depuis le 2 janvier 2022, les associations ou fondations qui souhaitent recevoir une subvention publique ou sollicitent un agrément de l’Etat doivent signer ce contrat dont le contenu est fixé par l’annexe au décret n°2021-1947 du 31 décembre 2021.

Aux termes de ce contrat, les organisations s’engagent à :

  • respecter les principes de liberté, d’égalité, de fraternité et de dignité de la personne humaine ainsi que les symboles de la République (langue, drapeau, hymne national, devise, principe) ;
  • ne pas remettre en cause le caractère laïque de la République ;
  • s’abstenir de toute action portant atteinte à l’ordre public.

A l’occasion des débats ayant précédé l’adoption de ce texte et au moment de la saisine du Conseil constitutionnel, France générosités s’était mobilisé contre ces dispositions en vain.

Et pourtant, les risques sont bien réels et les dérives sont là comme nous l’avions déjà rappelé en septembre : retrait d’une subvention à une association organisant des ateliers de désobéissance civile, retrait des autorisations pour organisation d’un événement public par le Planning Familial en raison d’affiches valorisant la diversité, mise à l’écart de certaines associations souhaitant accéder aux financements du FDVA…

S’agit-il d’un simple excès de zèle des représentants de l’Etat comme le laisse entendre Madame Marlène SCHIAPPA, secrétaire d’Etat chargé de la vie associative et de l’ESS  ou d’une véritable menace sur la vie de nos organisations ?

 

Source : francegenerosites.org

Pour plus d'infos : Quelles sont les obligations d'une association subventionnée ?

Voir aussi le guide :  Obtenir une subvention publique

 

 

Articles sur le même sujet :

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles