Une déclaration de créance effectuée par un salarié sans pouvoir valable peut être régularisée

Publié le 22/10/2021 Vu 329 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Un salarié peut déclarer la créance de son employeur à un liquidateur judiciaire sans détenir une délégation de pouvoir en bonne et due forme. En effet, l'employeur pourra ratifier par la suite cette déclaration.

Un salarié peut déclarer la créance de son employeur à un liquidateur judiciaire sans détenir une délég

Une déclaration de créance effectuée par un salarié sans pouvoir valable peut être régularisée

Une société est mise en liquidation judiciaire en laissant son compte bancaire débiteur de 4 700 €. La banque effectue alors sa déclaration de créance par l’intermédiaire d’un de ses salariés.

Cette créance est contestée par le liquidateur pour le motif suivant : lorsque le salarié a effectué la déclaration, la banque avait été absorbée par une entité plus importante. Or, le salarié ne détenait pas de délégation de pouvoir du dirigeant de cette entité. Sa délégation avait été signée par le dirigeant de la banque absorbée. Pour le liquidateur, la délégation de pouvoirs et, par voie de conséquence, la déclaration de créance n'ont aucune valeur.

Il fut un temps où bon nombre de liquidateurs cherchaient de façon assez systématique à contester les déclarations de créances effectuées par les salariés. Selon les cas et entre autres exemples, ils se plaignaient de ce que :

- la délégation de pouvoir n’avait pas été jointe à la déclaration ;

- le salarié bénéficiaire de la délégation n’était pas celui qui avait fait la déclaration ;

- la délégation n’était pas précise ;

- elle était postérieure à la déclaration ;

- …

Ces contestations incessantes avaient pour but d’écarter définitivement certains créanciers.

L'important est de déclarer la créance dans le délai légal. - L’ordonnance 2014-326 du 12 mars 2014 a entendu mettre fin aux contentieux menés par les liquidateurs et a ajouté, dans l’article L. 622-24 du code de commerce, la précision selon laquelle le créancier pouvait toujours ratifier la déclaration faite en son nom dès lors que la justice n’avait pas encore rejeté définitivement sa créance.

Cette règle est parfaitement illustrée dans l’affaire relatée ci-dessus.

Cass. com. 29 septembre 2021, n° n° 20-12292

 

Source : revue-fiduciaire.com

A lire : https://www.assistant-juridique.fr/declaration_creance.jsp

A télécharger : Éviter les impayés

 

Articles sur le même sujet :

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.