Chemin rural et obligation d’entretien de la Commune

Publié le 15/02/2015 Vu 77 627 fois 36
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Lorsque bon nombre de constructions voient le jour aux abords d’un chemin rural, la Commune a t’elle la charge de l’entretien dudit chemin rural ?

Lorsque bon nombre de constructions voient le jour aux abords d’un chemin rural, la Commune a t’elle la ch

Chemin rural et obligation d’entretien de la Commune

Il convient de s’intéresser à la question spécifique de l’entretien des chemins ruraux par les communes.

En effet, il n’est pas rare de remarquer que dans bons nombres de communes, se construisent aux abords des chemins ruraux des résidences, maisons individuelles, pavillons, dont le seul accès demeure le chemin rural jusqu’à la route communale, départementale ou nationale attenante.

Toutefois, se pose la question de savoir à qui revient la charge de l’entretien dudit chemin rural,

Il convient dès lors de savoir si la commune peut se voir imposer une obligation d’entretien desdits chemins ruraux. Il convient en même temps de revenir sur le cadre juridique de ces derniers.

En premier lieu, il convient de rappeler que la cession gratuite a été rendue  inconstitutionnelle depuis le 23 septembre 2010 date de la publication  de la décision au Journal officiel. Ainsi, aucune cession gratuite ne peut plus être prescrite à partir de cette date.

En outre, les cessions gratuites déjà prescrites et qui n’ont pas encore fait l’objet d’un transfert de propriété ne peuvent plus être mises en œuvre.

Les terrains doivent donc être achetés par la collectivité aux propriétaires fonciers après avis du service des domaines, soit par voie amiable, soit  par voie d’expropriation.

Les chemins ruraux sont les chemins appartenant aux communes, affectés à l'usage du public, qui n'ont pas été classés comme voies communales (code rural et de la pêche maritime, art. L.161-1).

Ils appartiennent au domaine privé de la commune et leur entretien ne figure pas au nombre des travaux constituant une dépense obligatoire pour les communes. Le Maire est pour sa part, chargé de la police et de la conservation de ces chemins (art. L.161-5). 

Selon l’article L 161-2 du code rural, l'affectation à l'usage du public est présumée, notamment par l'utilisation du chemin rural comme voie de passage ou par des actes réitérés de surveillance ou de voirie de l'autorité municipale. 

Ainsi donc, il suffirait qu’un chemin puisse être qualifié de « rural » pour que soit exclue l’obligation d’entretien.

Pour ce faire, il doit répondre aux trois conditions suivantes :

*appartenir à la commune,

*être affecté à l’usage du public

*ne pas être classé en tant que voie communale (art. L. 161-1 C. rur.).

Le juge a également refusé la qualification de « chemin rural » à un chemin situé en agglomération et présentant un caractère urbain (CE, 14 juin 1972, Chabrol, n°80486).

Le Conseil d’Etat a néanmoins récemment réaffirmé qu’en dépit de sa nature, un chemin rural comporte une obligation d’entretien pour la commune dès lors que celle-ci a procédé à des travaux de viabilisation sur ce chemin, postérieurement à son incorporation dans la voirie rurale : elle en devient responsable à compter du moment où elle a accepté d’en assumer l’entretien (CE, 26 sept. 2012, Garin, n°347068).

Dès lors, dans l’hypothèse ou un goudronnage aurait été entrepris même sur une dizaine de mètre, ou bien encore dans l’hypothèse ou aurait été mis en place une desserte en eau, cela serait éventuellement suffisant contraindre  la Commune à l’entretien du chemin?

Il convient également vérifier que le chemin n’a pas fait l’objet d’une requalification récente ou s’il n’a pas été prévu la mise en place d’une PVR, En effet dans l’hypothèse ou des permis de construire ont été délivrés dans la zone en question, il apparait difficile d’imaginer que ces permis qu’ils soient accordés sans un accès correct. Il convient alors de vérifier si la commune a envisagé ou mis à l’étude une participation pour voie et réseau

Il convient en outre de vérifier si a été envisagé un emplacement réservé  grevant les parcelles contigües à ce chemin rural.

Si un emplacement réservé est bien présent au PLU, les propriétaires concernés peuvent mettre en demeure la Commune d’acquérir les morceaux de terrain concernés. Si la Commune ne peut (ou ne veut) pas le mettre en œuvre, l’emplacement réservé est supprimé, ce qui ne rendra pas le chemin carrossable il est vrai.

Cependant, s’il n’y a pas d’ER, une déclaration d'utilité publique est nécessaire pour que la commune « récupère » du terrain pour élargissement.

 C’est  une procédure administrative qui permet de réaliser une opération d'aménagement sur des terrains privés en les expropriant, précisément pour cause d'utilité publique ; elle est obtenue à l'issue d'une enquête d'utilité publique.

Cette procédure est nécessaire en vertu du Code civil qui prévoit (article 545) que « nul ne peut être contraint de céder sa propriété, si ce n'est pour cause d'utilité publique et moyennant

Dès lors, si le chemin est bien qualifié de « rural », l’entretien peut rester au bon vouloir du maire, sauf dans le cas où des aménagements ont été réalisés par la Commune, alors elle sera dans l’obligation de l’entretenir.

Enfin, il reste la possibilité pour les riverains de ce chemin de l’entrenir eux même comme le prévoit l’article L161-11 du Code rural :

« Lorsque des travaux sont nécessaires ou lorsqu'un chemin rural n'est pas entretenu par la commune et que soit la moitié plus un des intéressés représentant au moins les deux tiers de la superficie des propriétés desservies par le chemin, soit les deux tiers des intéressés représentant plus de la moitié de la superficie proposent de se charger des travaux nécessaires pour mettre ou maintenir la voie en état de viabilité ou demandent l'institution ou l'augmentation de la taxe prévue à l'article L. 161-7, le conseil municipal doit délibérer dans le délai d'un mois sur cette proposition.

Si le conseil municipal n'accepte pas la proposition ou s'il ne délibère pas dans le délai prescrit, il peut être constitué une association syndicale autorisée dans les conditions prévues par le c de l'article 1er et le titre III de l'ordonnance du 1er juillet 2004 précitée.

Le chemin remis à l'association syndicale reste toutefois ouvert au public sauf délibération contraire du conseil municipal et de l'assemblée générale de l'association syndicale. »

Dès lors, et alors même que bon nombre de communes se développent et élargissent considérablement les zones constructibles et octroient des permis de construire sur des anciennes zones agricoles ou forestières, il importe, tant au promoteur qu’au particulier de s’interroger sur la nature juridique du chemin utilisé pour rallier les constructions en question aux voies d’accès. Car il est bien évident que ce qui peut demeurer, à la construction ou à l’achat, une question secondaire, deviendrait vite une question cruciale si les classiques intempéries hivernales viennent rendre le chemin rural d’accès aux différentes habitations parfaitement impraticables.

Il n’en demeure pas moins que la Commune qui a octroyé bon nombre de permis de construire aux abords du chemin rural ne peut s’exonérer de toute obligation d’entretien.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
24/06/2015 22:50

Quelle différence y a-t-il entre chemin rural et chemin communal ?
Mon habitation est située, au fond d'une impasse qui fait partie d'un chemin communal qui permet de desservir la route nationale et une rue du village. La porte d'accès de ma maison ainsi que celle de mon locataire sont donc situées au bord de ce chemin "communal". Il n'existe aucune servitude de passage car au fond de l'impasse se trouve un mur de 4.50 mètres de haut qui ne permet pas "d'aller plus loin".
La Commune ayant toujours refusé, depuis 1995, date à laquelle j'ai acquis ce tènement d'immeuble, d'en assurer l'entretien, j'ai souhaité acquérir la partie se trouvant devant les accès de mes bâtiments. J'ai même, à mes frais, fait creuser une tranchée, changé les tuyaux d'égouts qui étaient communs à la maison située derrière le mur du fond de l'impasse et à moi.
En effet le propriétaire de cette maison n'a rien trouvé de mieux, par deux fois, afin de déboucher ses W.C, de retirer la cuvette et d'envoyer dans le tuyau d'égout le contenu d'une tonne à lisier ce qui a eu pour conséquence : 1.50 mètre d'immondices dans ma cave....
La Mairie refuse de me vendre ce petit bout de terrain (environ 90 m²)car elle trouve cette "procédure" trop lourde....
Que puis-je faire, sachant que je suis prêt à faire mentionner dans l'acte de vente qu'il y a une servitude en cas de problème dans le futur avec ces égouts.

Merci pour l'aide que vous pourrez m'apporter

2 Publié par laurentstz
24/06/2015 23:10

cher monsieur,
je ne peux que vous inviter à m'envoyer un mail à mon cabinet avec plus d'éléments, mon adresse mail: latapie.avocat@hotmail.fr
bien cordialement,
laurent latapie avocat

3 Publié par Visiteur
14/08/2015 21:41

Pour accéder à mon habitation je dois utiliser une partie d'un chemin rural (environ 50 mètres) qui longe ma propriété sur une longueur d'environ 200m (ce chemin s'arrête au bout de ma propriété).
Quand le permis de construire m'a été accordé la municipalité m'a obligé d'utiliser ce chemin comme voie d'accès.
Ce chemin n'étant pas utilisé à cette époque j'ai du le remettre en état à mes frais, il présente une pente importante.
Ce chemin rural rejoint une voie communale qui désert le quartier. Avec les années il a été érodé par les passages et surtout par les pluies qui sont de temps en temps importantes.
Etant presque impraticable j'ai demandé à la mairie une remise en état, après constatation de son état par le maire rien n'a été fait.
Je l'ai une fois encore remis en état à mes frais, avec le temps les même problèmes se représentent.
Le revêtement est entrainé par les eaux de ruissellements et se retrouve sur la voie communale, ce qui peut être dangereux car la jonction du chemin rural et de la voie communale se fait dans un virage.
Qui doit faire l'entretien de ce chemin rural?
Merci de votre aide

4 Publié par Visiteur
06/01/2016 14:26

Nous sommes 7 maisons en bordure d'un chemin en limite de notre commune, lequel se partage sur 2 communes avoisinantes. La mairie considère ne pas être tenue d'entretenir ce chemin alors qu'elle a accordé des droits de construire sur ce chemin répertorié dans les voies d'accès de notre commune. or, ce chemin est en très mauvais état posant quelques problèmes de circulation.
Question : que sommes-nous endroit d'attendre de notre Mairie?

5 Publié par laurentstz
06/01/2016 21:20

cher monsieur,
je ne peux que vous inviter à m'envoyer un mail à mon cabinet avec plus d'éléments, mon adresse mail: latapie.avocat@hotmail.fr
bien cordialement,
laurent latapie avocat

6 Publié par Visiteur
23/03/2016 16:32

un chemin communal devant mon habitation sert aussi d'entrée pour un agriculteur, tracteur semi-remorque tout les jours je doit subir bruit, poussiere car se chemin n'a jamais ete entretenu par la commune; meme le dimanche nous n'avons jamais la paix, le maire ne peux rien faire pour nous aider sois disant pouvez-vous me renseigne merci d'avance

7 Publié par laurentstz
23/03/2016 22:16

cher monsieur,
je ne peux que vous inviter à m'envoyer un mail à mon cabinet avec plus d'éléments, mon adresse mail: latapie.avocat@hotmail.fr
bien cordialement,
laurent latapie avocat

8 Publié par Visiteur
22/04/2016 13:46

Bonjour, je suis locataire à l'année d'une maison en montagne desservie par un chemin rural (la maison est au bout du chemin). Le maire essaye de faire pression pour que j'aille vivre ailleurs et me dit qu'il ne déneigera pas le chemin régulièrement (c'est à 1200m d'altitude). Est-ce légal alors qu'ils déneige même des résidences secondaires ? Que puis-je faire ?

9 Publié par Visiteur
22/04/2016 14:01

cher monsieur,
je ne peux que vous inviter à m'envoyer un mail à mon cabinet avec plus d'éléments, mon adresse mail: latapie.avocat@hotmail.fr
bien cordialement,
laurent latapie avocat

10 Publié par Visiteur
30/04/2016 00:49

Comment savoir si un chemin est qualifié de rural?

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles