Responsabilité du mandataire judiciaire

Publié le Modifié le 03/04/2014 Vu 9 002 fois 9
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le dirigeant peut il engager la responsabilité du mandataire judiciaire ou du mandataire liquidateur lorsque ce dernier manque à ses obligations dans le cadre des opérations dans la liquidation judiciaire?

Le dirigeant peut il engager la responsabilité du mandataire judiciaire ou du mandataire liquidateur lorsque

Responsabilité du mandataire judiciaire

Le dirigeant peut il engager la responsabilité du mandataire judiciaire ou du mandataire liquidateur lorsque ce dernier manque à ses obligations dans le cadre des opérations dans la liquidation judiciaire?

Il convient de s’intéresser à un arrêt qui a été rendu par la Chambre Commerciale de la Cour de Cassation le 10 mai 2012, sous le numéro 10-28.217, qui est promis à publication et dans lequel il est question du sacro-saint sujet de la responsabilité du mandataire judiciaire.

Dans cette affaire, une société, qui avait pour unique client un Ministère, avait signé un contrat de marché de travaux publics pour la réalisation d’un logiciel. Cette société avait été par la suite mise en redressement judiciaire puis en liquidation judiciaire.

Le juge commissaire en charge de cette procédure avait autorisé la cession de ce logiciel, qui avait vocation à désintéresser, en tout ou en partie, le passif de la liquidation judiciaire.

Ainsi, en vendant ce logiciel, l’ensemble des créanciers auraient pu être payés en tout ou en partie.

Or, il ressort des circonstances de la cause que le mandataire judiciaire a tardé à procéder à cette vente et que celle-ci n’a pas eu lieu rapidement, de telle sorte qu’en définitive la vente n’a pas eu lieu.

Suite à cela, la liquidation judiciaire a été clôturée pour insuffisance d’actifs.

C’est dans ces circonstances que le dirigeant de la société, qui a considéré, à juste titre, que le mandataire judiciaire engageait sa responsabilité, s’est fait désigné mandataire ad hoc de la société pourtant déjà clôturée, avec pour mission d’engager, pour le compte de la société, une action en responsabilité civile contre le mandataire liquidateur, sur le fondement de l’article 1382 du Code Civil.

Dès lors, tout laisse à penser que l’ancien dirigeant de la société, qui a engagé la responsabilité du mandataire judiciaire qui n’a pas engagé des diligences qui auraient du être normalement effectuées rapidement, ce qui, par là-même, n’a pas permis la vente de l’actif, a vocation à engager cette responsabilité.

Il convient de rappeler que les mandataires de justice sont susceptibles d’engager leur responsabilité civile délictuelle dans des conditions de droit commun. Il faut donc lier une faute, un préjudice et un lien de causalité entre la faute et le préjudice sur le fondement classiquement entendu des articles 1382 et 1383 du Code Civil.

Tel est le cas en l’espèce, puisque le mandataire judiciaire a commis une faute, il n’a donc pas vendu rapidement ce logiciel.

Dès lors, il n’y a pas eu de vente et faute de vente, il n’y a pas eu de prix de cession versé sur le compte de la liquidation judiciaire et par là même cela n’a pas permis de désintéresser les créanciers.

La faute, le préjudice et le lien de causalité sont donc démontrés.

Alors même que le mandataire judiciaire est désigné par le Tribunal de Commerce, le tribunal compétent est le Tribunal de Grande Instance.

Le mandataire judiciaire ne peut en effet être condamné à titre personnel que par cette juridiction et ne peut être condamné par une autre juridiction, où il peut être appelé en cause, mais es qualité, au nom et pour le compte de la société en liquidation judiciaire.

Cela a son importance dans le cadre de l’assignation, car il convient de rappeler qu’il ne faut pas assigner le mandataire judiciaire es qualité mais bel et bien à titre personnel.

De telle sorte qu’il n’est pas rare que certaines discussions aient lieu sur le plan de la recevabilité de l’action en responsabilité car des confusions existent entre des assignations qui auraient été faites es qualité et des assignations qui auraient été faites à titre exclusivement personnel. C’est ce qu’il faut bien distinguer et c’est ce qu’il faut faire.

Malheureusement, cette action de l’ancien dirigeant de la société a été rejetée.

En effet, il a été relevé que les opérations de liquidation judiciaire avaient été clôturées pour insuffisance d’actifs. L’arrêt attaqué retient que les sommes qui auraient pu être allouées, dans le cadre de ladite action en responsabilité, n’avaient pas vocation à servir les intérêts du dirigeant mais bel et bien ceux du créancier. De telle sorte que le dirigeant serait irrecevable à agir.

En outre, dans la mesure où seuls les créanciers ont vocation à percevoir les fonds du procès en responsabilité, la première conclusion que l’on pourrait tirer de cet arrêt, c’est qu’il appartiendrait au dirigeant de solliciter la réouverture de la liquidation judiciaire pour pouvoir régler cette difficulté.

La première difficulté étant effectivement, comme le dit très justement la Cour de Cassation, de rouvrir la procédure collective, avec notamment la désignation d’un autre mandataire judiciaire pour pouvoir paisiblement engager la responsabilité du premier mandataire judiciaire.

La liquidation étant ouverte, les fonds issus du procès en responsabilité ?, la condamnation découlant du procès en responsabilité aurait vocation à faire l’objet d’un paiement au profit de la liquidation judiciaire, et, avant toute chose, au profit de l’ensemble des créanciers.

Toutefois, et c’est là que l’arrêt et la législation en la matière sont extrêmement curieux en ce qu’il ressort de l’article L 643-13 que le dirigeant de l’entreprise n’a pas qualité pour solliciter la réouverture de la liquidation judiciaire.

Ainsi la Cour de Cassation précise, qu’en l’état de ces constatations, la liquidation judiciaire de la société clôturée pour insuffisance d’actifs n’a pas fait l’objet d’un jugement de reprise préalable à la recevabilité de l’action introduite par le mandataire ad hoc de celle-ci et de telle sorte que la Cour d’Appel en a exactement déduit qu’il convenait de déclarer cette action irrecevable.

Ceci est extrêmement dommageable dans la mesure où il est bien évident que, par voie de conséquence, le dirigeant n’a aucune possibilité après la clôture de la liquidation judiciaire d’engager quelque responsabilité que ce soit.

C’est d’ailleurs bien souvent à ce moment-là que l’on tire les conséquences de l’ensemble des tenants et aboutissants des différentes étapes de la procédure collective et que l’on peut éventuellement constater que le mandataire judiciaire a commis une faute et éventuellement envisager sa responsabilité.

Il est bien évident que le mandataire judiciaire entretient un double rôle au sein de la procédure collective, puisqu’il est à la fois le représentant du débiteur et le représentant des créanciers, étant précisé qu’il n’est d’ailleurs pas le représentant de l’un ou l’autre des créanciers mais des créanciers pris dans leur intégralité.

C’est ce que l’ancien législateur appelait la masse des créanciers.

Ainsi, il n’est pas toujours aisé pour le dirigeant de comprendre de quel bord est le mandataire judiciaire et ce n’est bien souvent que trop tard que celui-ci comprend que le mandataire judiciaire n’est pas « son ami ».

Dès lors, il est bien évident que la liquidation judiciaire peut faire l’objet d’une clôture, soit pour l’extinction du passif, lorsque tous les créanciers ont été désintéressés et dans les autres cas la clôture est prononcée pour insuffisance d’actifs.

Il s’agit d’ailleurs de la situation la plus fréquente en pratique.

C’est bel et bien ce qui s’est passé dans cette affaire, puisque la liquidation judiciaire a été clôturée pour insuffisance d’actifs suite à l’impossibilité de céder le logiciel qu’elle avait pourtant créé et qui constituait le seul actif ayant une quelconque valeur économique qui avait vocation à désintéresser en tout ou en partie les créanciers.

Dans la mesure où la clôture de la liquidation judiciaire entraîne la mort définitive de la société, laquelle n’est qu’en survie le temps des opérations liquidatives, il est bien évident que pour engager une action en responsabilité, il convient de la rouvrir.

La reprise de la liquidation judiciaire produit ses effets rétroactivement pour tous les actifs faisant partie du patrimoine du débiteur soumis à la procédure collective et qui n’ont pas été réalisés au cours de celle-ci, comme le rappelle très justement un arrêt de la Cour de Cassation, Chambre Commerciale, 10 mai 2012, N° 11-13.284 ou encore Cour d’Appel d’Aix-en-Provence, 22 juin 2006.

La reprise des opérations de liquidation judiciaire peut également être envisagée lorsqu’un contentieux aurait été omis et que ce contentieux avait vocation à être engagé dans l’intérêt des créanciers. C’est ce que rappelle d’ailleurs la jurisprudence, Cas. Crim. 27 janvier 2010, N° 07-87361.

Dès lors, le dirigeant, qui s’était fait désigné mandataire ad hoc était effectivement irrecevable à engager cette action, puisqu’il aurait du préalablement à cela, solliciter la réouverture de la liquidation judiciaire.

Toutefois, il se heurte aux principes de la compétence exclusive pour demander la réouverture de la liquidation judiciaire, qui n’appartiennent qu’à trois personnes bien précises, au sens de l’article L 643-13, alinéa 2, du Code du Commerce.

Il s’agit du liquidateur judiciaire précédemment désigné, mais il est bien évident que dans pareil cas celui-ci ne va pas solliciter la réouverture de la liquidation judiciaire pour voir sa responsabilité engagée, du Ministère Public, lequel n’est pas nécessairement tenu de rouvrir la liquidation judiciaire, et enfin, de tout créancier intéressé.

Or, le dirigeant n’est pas un créancier et, par voie de conséquence, il est donc irrecevable à intervenir.

Toutefois, il serait envisageable de considérer qu’il est également créancier, car il n’est pas rare qu’en pratique ce dernier soit caution.

Cette décision, qui paraît juste et fondée en Droit, est extrêmement critiquable sur le terrain des principes.

En effet, il est bien évident que le dirigeant de l’entreprise, qui a consacré du temps et de l’argent, parfois d’ailleurs toute une vie, et qui se retrouve en raison des difficultés économiques nationales et internationales en procédure collective, en redressement ou en liquidation judiciaire, est particulièrement malmené par une procédure à laquelle il ne s’attend pas.

Cela revient à demander à un jeune marié s’il a conscience de toutes les difficultés juridiques et psychologiques attachées à une procédure de divorce difficile.

Dès lors, lorsque le dirigeant est dans « l’il du cyclone » de la procédure collective, il est bien évident que celui-ci n’est pas à même d’appréhender l’ensemble des tenants et aboutissants.

Il n’est pas non plus à même d’être utilement conseillé par un homme de Loi dans la mesure où « déconfiture » faisant, il n’est par rare que la faillite de l’entreprise s’accompagne de la faillite du dirigeant, qui est bien souvent caution personnelle d’un certain nombre d’engagements bancaires.

Dès lors, il lui est encore difficile à ce stade là de se faire utilement accompagner par un homme de Loi.

Ainsi, c’est bien après la tempête, lorsque l’affaire est clôturée qu’il est alors effectivement loisible de tirer les conséquences et de comprendre les tenants et les aboutissants de l’ensemble de cette liquidation judiciaire, étant malheureusement compris que cette décision de justice empêche le dirigeant, après-coup, d’engager la responsabilité de quiconque.

Ces irrecevabilités sont juridiquement fondées, sont malheureusement bien pratiques en ce qu’elles permettent au mandataire judiciaire, qui est le seigneur et maître de la procédure collective, d’échapper à sa responsabilité. Ce qui, sur le terrain des principes, apparaît comme parfaitement contestable.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
19/01/2018 10:33

Excellente réflexion sur le sujet. Le dirigeant est aussi souvent associé il pourrait à mon sens en cette qualité rechercher directement la responsabilité du mandataire sans avoir à rouvrir la procédure de liquidation judiciaire.

2 Publié par Visiteur
12/03/2018 22:14

En 2001 un LJ vends le fonds de commerce et ne verse aucune somme aux créanciers avec le produit de la vente
L'exploitant du bar n'était que Mr
Certe, le produit ne couvrait pas la totalité des dettes.En 2018,le liquidateur active enfin la procédure, le juge ordonne la vente aux enchères d'un bien immobilier financé par des assurances dans le cadre d'une invalidité de Mme suite AVP.
divorce en 2001 AVEC EFFET rétroactif 1er oct 99
Le LJ ne produit aucun justificatif des dettes et son état est même erroné puisque des créances ont été payés
et des créanciers n'existent plus.(les anciens org.
sociaux). Les différents org. n'ont même plus les dossiers.

3 Publié par laurentstz
14/03/2018 11:37

cher monsieur,
il em faut de plus amples éléments,
merci de m'envoyer des éléments complémentaires par courriel:
latapie.avocat@hotmail.fr
merci
bien cordialement
Laurent LATAPIE Avocat

4 Publié par Visiteur
09/06/2018 08:35

Bpnjour,
Je suis propriétaire des murs d'un café restaurant la société gestionnaire a déposé son bilan le jugement de liquidation est prononcé le bail est cédé à un acheteur nommé par le tribunal sur proposition du mandataire après plus de 4 mois et que le notaire ai rédigé les actes le futur locataire se désiste .
Aucun fond n'avait été demandé par le mandataire
Le mandataire me renvoie les clefs sans excuse.
Peut on mettre en cause le mandataire et sa responsabilité pour le manque à gagner des loyers non perçu.
Cordialement.

5 Publié par laurentstz
14/06/2018 21:10

cher monsieur,
il y a une faisabilité mais il me faut plus d'éléments,
merci de m'envoyer des éléments complémentaires par courriel:
latapie.avocat@hotmail.fr
merci
bien cordialement
Laurent LATAPIE Avocat

6 Publié par Visiteur
21/08/2018 13:18

question:
6 copropriétaires ont acheté en VEFA un appartement dans une résidence devant en contenir 12, construit par le promoteur gérant de la SCI. En 2009 , il a abandonné le chantier non terminé et s'est trouvé en RJ en janvier 2011 et en LJ en avril 2011. Nous habitons ces appartements sur cet ancien chantier qui ressemble a un terrain vague!
Le mandataire judiciaire n'a jamais été pressé de commencer des actions. Nous avons trouvé un repreneur et lui avons présenté.Il s'agit d'une SCI familiale dont l'offre est de janvier 2015. Après requête, la juge commissaire a signé une ordonnance pour vente de gré à gré en novembre 2016 et le gérant de cette SCI a fait savoir en juillet 2018 dernier, qu'il se retirait, la SCI étant terminée pour cause d'ennuis familiaux. Nous ne trouvons pas trace de résiliation. En a-t-il le droit ?
Maintenant nous n'avons plus personne pour la reprise, pour terminer la résidence,
que pouvons-nous faire? Nous ne savons plus vers qui nous tournés! la juge, le liquidateur qui traîne, le notaire, un conciliateur, le maire de notre commune ?
Pouvez-vous nous conseiller SVP ?
Merci
Cordialement

7 Publié par laurentstz
22/08/2018 09:30

cher monsieur,
il y a une faisabilité mais il me faut plus d'éléments,
a mon sens il faut presser le mandataire liquidateur,
merci de m'envoyer des éléments complémentaires par courriel:
latapie.avocat@hotmail.fr
merci
bien cordialement
Laurent LATAPIE Avocat

8 Publié par LOUIS Philippe
01/12/2021 21:18

Maître, Excellent, avez vous un cabinet à Paris et Ile de France ?
J'en profite pour poser une question de droit !

Un CME qui n'a pas légalement signifié son Rapport de clôture au demandeur, n'a pas répondu à ses premières demandes peut il oralement le confirmer à la Cour le jour de l'audience en son absence ?

Dans la mesure ou l'arrèt rendu a entendu dans ces conditions justifier le jugement rendu en première
instance la Cour n'a t elle pas violé les dispositions du CPC et méconnu le principe de la contradiction ?

Merci pour une réponse attendue. Cordialement

9 Publié par laetlambert
11/01/2022 08:34

Bonjour,

L'URSSAF me réclame des cotisations jusqu'à ce jour pour une société dont j'ai été co-gérante du 21 décembre 2004 à 2009, gérante de 2009 et mise en liquidation en 2013. mon ex mari a été nommé mandataire liquidateur amiable le 26 février 2014.
Ma faillite personnelle a été prononcée le 23/04/2019.
Puis-je me retourner contre mon ex-mari car l'URSSAF me réclame un document attestatnt que je ne fais plus parti de la société par le mandataire liquidateur?

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.