Accueil familial : le retrait d’agrément, cet échec collectif

Publié le 17/06/2022 Vu 3 148 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le retrait d’agrément d’un accueillant familial recevant des personnes âgées ou handicapées signe aussi l’échec du Département, à la charge duquel figurent de nombreuses obligations afin d’éviter d'en arriver à cette extrémité.

Le retrait d’agrément d’un accueillant familial recevant des personnes âgées ou handicapées signe auss

Accueil familial : le retrait d’agrément, cet échec collectif

Le Département serait-il lui-même le plus grand responsable en cas de retrait d’agrément d’un accueillant familial ? Sans aller jusqu’à une affirmation aussi péremptoire, l’échec d’un accueil familial, qui peut conduire au retrait d’agrément, pointe aussi incontestablement les défauts du suivi des services du Département.

Aussi est-il un peu facile d’acculer un accueillant familial à 8 contre 1 lors d’une commission consultative de retrait lorsque celle-ci risque de se retrouver au RSA du jour au lendemain avec ses seuls yeux pour pleurer.

Si l’on en arrive là, c’est que le Département s’est fourvoyé lui-aussi, et il conviendrait de ne pas l’oublier.

 

Le Département doit sélectionner

Le Département, chef de file de la politique locale en faveur des personnes âgées, n’accorde pas son agrément automatiquement : il trie sur le volet les postulants, et se prononce au vu d’une instruction détaillée faisant intervenir plusieurs professionnels afin d’obtenir une vision globale des conditions d’accueil et de la personnalité du candidat. En particulier, les services instructeurs du Département doivent s’assurer que les conditions d’accueil garantissent la continuité de celui-ci, la protection de la santé, la sécurité et le bien-être physique et moral des personnes accueillies. Une erreur est toujours possible,  certes : il n’en reste pas moins que cette procédure est largement garante de la sélection de professionnels amenés à accueilli chez eux des personnes âgées et handicapées. Par cette sélection -qui n’a rien d’automatique - le but est précisément d’éviter les mauvaises surprises et les retraits d’agrément.

 

Le Département doit former

Une fois l’agrément accordé, c’est au Département d’assurer la formation des accueillants familiaux. Ses obligations sont très détaillées.

L’objectif de ces formations est écrit noir sur blanc dans le Code de l’Action sociale et des familles : il consiste à acquérir et approfondir les connaissances et les compétences requises pour accueillir une personne âgée ou une personne handicapée. Les formations portent sur des thèmes précis : positionnement professionnel de l’accueillant familial, accueil et intégration de la personne accueillie, accompagnement dans les actes de la vie quotidienne et les activités ordinaires et sociales. Bref, la formation porte sur l’essentiel de l’exercice de l’accueil.

Le timing des formations est également prévu précisément.

Tout d’abord, une formation initiale de 54 h est prévue en deux temps : tout d’abord une formation préalable au premier accueil d’au moins 12 heures doit être assurée dans un délai de six mois maximum après l’agrément. Elle porte sur le cadre juridique et institutionnel de l’accueillant familial, le rôle de l’accueillant, le contrat d’accueil et le projet d’accueil personnalisé. Puis le reste des heures de la formation initiale complétant ces mêmes thématiques doivent être organisées dans un délai maximum de 24 mois à compter de l’agrément.

Enfin, une formation continue d’une durée minimale de 12 heures doit être organisée pour chaque accueillant pendant la durée de l’agrément, soit cinq ans.

 

En cas de difficulté, le Département doit informer et enjoindre l’accueillant familial

Lorsqu’il lui apparaît que les conditions d’accueil ne sont plus remplies, le Département ne peut pas, à l’exception de la procédure d’urgence, retirer l’agrément sans autre forme de procès. Cela arrive pourtant fréquemment : les départements ne prennent pas la peine d’informer et/ou d’enjoindre à l’accueillant familial de remédier à la situation en corrigeant les mauvaises pratiques révélées par une visite à domicile ou un signalement.

Ne pas respecter cette procédure est une grave erreur et démontre bien l’absence de compréhension du Département du mécanisme légal institué dans le code de l’action sociale et des familles : puisque le Département a agréé et formé l’accueillant, les défaillances de ce dernier – nul n’est parfait- doivent pouvoir s’arranger. D’où la procédure d’injonction prévue à l’article L.441-2 : le Département doit d’abord informer l’accueillant familial des points litigieux et lui laisser trois mois pour s’améliorer, ce qui donnera lieu à un contrôle. La logique est celle du partenariat, non celle de l’adversité. Le Département doit informer et laisser du temps : dans la réalité, c’est souvent une toute autre ambiance, en général une nouvelle recrue dans les équipes qui impose son autorité et veut créer un exemple et asseoir son pouvoir sur une accueillante qui se retrouvera au RSA sur simple volonté du Prince. Il revient alors aux cadres du Département de calmer les ardeurs et de rester dans les clous, sous peine de retour de bâton à l’envoyeur.

Si un Département souhaite retirer immédiatement l’agrément, il doit opter pour la procédure d’urgence, mais encore, naturellement, faut-il que l’urgence soit caractérisée, ce que ne manquera pas de regarder de près le Juge administratif qui dans la négative, annulera la décision et risque d’enjoindre le Département à réexaminer la situation de l’accueillant, peut-être des années plus tard.

Hormis le cas du retrait en urgence (le plus souvent pour des cas avérés de maltraitance), l’accueillant a une sorte de droit à l’imperfection et à une séance de rattrapage. Il ne s’agit donc pas pour l’administration de faire des exemples ou de se comporter en cow-boy ayant le droit de vie et de mort sur les accueillants, ce qui arrive pourtant fréquemment.

 

Le Département doit organiser une commission consultative de retrait des agréments

Si après l’injonction le Département estime qu’il n’a pas été remédié aux mauvaises pratiques rendant impossible le maintien de l’agrément eu égard aux critères légaux, le Département doit encore organiser une Commission consultative de retrait des agréments des accueillants familiaux. Cette commission n’a qu’un rôle consultatif, sur le papier. Néanmoins, l’expérience de l’auteur de ces lignes montre que de nombreuses situations s’y dénouent. L’ambiance est généralement fraîche et tendue : mais cette tension a pour vertu de faire s’expliquer en face à face les services du Département et l’accueillant et cette confrontation en huis-clos permet d’aplanir un certain nombre de malentendus. L’accueillant peut se faire accompagner : il faut user et abuser de ce droit, car face à l’accueillant, le Département est juge et partie. Un accompagnement permet aussi d’avoir un discours soutenant et empreint de recul, qui permet de prendre de la hauteur et de se préparer pour l’événement. Le Département est prêt, autant l’être aussi.

 

Ainsi, le quadryptique Sélection/Formation/information-injonction/commission est-il créé pour permettre d’éviter les retraits d’agrément. Tout le monde à tout à y gagner : Le Département, qui corrige donc les mauvaises pratiques, l’accueillant, qui garde son agrément, et in fine, bien sûr, les personnes accueillies.

Mon cabinet se tient à votre disposition pour toute question ou action. Il intervient dans toute la France devant les commissions consultatives et les Tribunaux administratifs.

 

Me Sylvain Bouchon

Avocat au Barreau de Bordeaux

bouchonavocat@gmail.com

https://www.bouchon-avocat.fr/

 

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Gisou76
16/11/2023 17:05

DÉPARTEMENT Seine Maritime/UDAF.

Employées administratives, qui appliquent purement, simplement et bêtement les consignes de leurs fascicules d'études, sans humanité, discernement ou intelligence. Elles n'ont aucune pratique ni véritable expérience, elles n'appliquent que ce qu'on leur conseille d'appliquer sans chercher autre chose, et nuisent considérablement à l'activité des familles d'accueil.
Venir au domicile des familles d'accueil inopinément, sans rendez-vous au préalable pour les piéger, recueillir, interpréter et déformer les propos en notant certaines informations sur leurs blocs-notes, sans chercher à comprendre les choses, accuser injustement les familles d'accueil de n'importe quoi, soi-disant de mails impolis et incorrects, etc.. suspectant tous les moindres détails ou infos pour mieux les piéger. Exemple d'une employée administrative, dite représentante légale du Département de la Seine-Maritime ou de l'udaf, au domicile d'une famille d'accueil face à un rendez-vous de routine. "Bon j'ai 24 ans, on est lundi, j'ai passé un excellent week-end, alors je n'ai pas envie de me prendre la tête avec toi J... !" Fait et rapport véridique et non unique ni rare, vécu parmi tant d'autres, par les familles d'accueil ! Ce que la famille d'accueil essaie de mettre en place avec la personne accueillie qu'elle a 24h sur 24, et qui est une lourde tâche, est carrément contredit par l'employée du Département ou de l'udaf, lors de leurs visites.
Voilà ce qu'il se passe dans ce domaine d'accueils familiaux de personnes en situation de handicap comportemental, entre les familles d'accueil, le Département et l'udaf. Aucun respect de cette activité et il est urgent d'en dénoncer les faits, les dysfonctionnements, les conséquences et les erreurs administratives. Tout ceci auréolé par de fausses informations, interprétations erronées, inexactes de l'administration, les familles d'accueil se voient démunies de leur agrément ! C'est une honte à notre époque d'être "harcelé" par le Département (de la Seine Maritime) ou udaf, et d'avoir recours à la justice, 3.600e la procédure en 2 référés, 1ère requête rejetée et jugement de fond 18 à 24 mois plus tard ! Il faut dénoncer ces mesures intolérables, injustes et trop souvent passées sous silence. Également ne pas avoir connaissance suffisante des dossiers médicaux avant d'accueillir des personnes handicapées comportementalement. Bien souvent on les place en familles d'accueil sans mesure de protection de tutelle qui peut être longue, et l'accueillante familiale peut attendre parfois plusieurs mois avant d'être rémunérée, tant et si bien qu'il est normal et obligé de rencontrer des problèmes dans la vie courante et les personnes handicapées se retrouvent même parfois en psychiâtrie ou en neurologie.
Les contrats sont établis n'importe comment par la ou les dites "représentantes légales du Département " qui ajoutent au stylo ou barrent des mentions, mais l'accueillante familiale n'a pas l'original modifié par leurs soins. Il faudra en demander une copie. Elle ne possède que celui où il n'y a eu aucune modification. Est-ce normal ?
Le Département et l'udaf, au lieu de chercher le ou les problèmes, cautionnent purement et simplement les dires ou propos mensongers de ces personnes malheureusement vulnérables, influençables et en situation de handicap comportemental pour acculer et condamner injustement les familles d'accueil, en pratiquant des enquêtes de voisinage, recherches de témoignages ou d'informations, auprès de connaissances, amis, familles des accueillis, etc... (qui, parfois ne sont pas toujours fiables), derrière le dos de l'accueillante familiale, pour mieux nuire celle-ci, la sanctionner, la réduire à sa plus simple expression, la condamner, la salir, la souiller, la vulgariser et finir par lui faire retirer son agrément. Manière, attitude malhonnête, abusive mais véridique et vécue. Dénonciation calomnieuse, propos diffamants, acharnement, harcèlement moral, délation, atteinte à la vie publique et privée, préjudice moral, santé, et financier. Et tout cela il faut le dénoncer au public, aux médias, dans la presse, sur les réseaux et ....au Gouvernement.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.