Maître Michèle BARALE, Avocate - Barreau de NICE

LE DRoIT DANS SES BOTTES

COMMENT EXPULSER DES SQUATTERS DE SON LOGEMENT ?

Publié le Modifié le 22/06/2022 Vu 833 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Si votre logement est squatté, vous ne pouvez pas vous faire justice vous-même. Il faut que vous engagiez des démarches soit en sollicitant l'expulsion accélérée par voie administrative, soit passer par une décision de justice.

Si votre logement est squatté, vous ne pouvez pas vous faire justice vous-même. Il faut que vous engagiez de

COMMENT EXPULSER DES SQUATTERS DE SON LOGEMENT ?

DÉFINITION DU SQUATTER 

Squatter est le fait d'entrer dans un lieu par la force, tromperie, menace ou violence, pour l'occuper sans l'autorisation de son propriétaire

ATTENTION : le locataire qui se maintient abusivement dans le logement après la fin du bail n’est pas un squatter car il y est entré initialement avec l’accord du propriétaire. Il en est de même de la personne qui refuse de quitter les lieux après y avoir été hébergée par la personne qui y vit. Dans ces cas, il existe des procédures spécifiques à mettre en œuvre.  

LA PROCÉDURE D’EXPULSION ADMINISTRATIVE ACCÉLÉRÉE (ARTICLE 38 DE LA LOI DALO)

Cette procédure administrative d’expulsion accélérée permet au propriétaire ou au locataire du logement squatté de demander directement au préfet de mettre en demeure l’occupant de quitter les lieux. 

LE CHAMP D’APPLICATION 

Cette possibilité concerne tous les logements au sens admis par la jurisprudence de la chambre criminelle de la Cour de cassation, c'est-à-dire « le lieu où une personne, qu'elle y habite ou non, a le droit de se dire chez elle, quels que soient le titre juridique de son occupation et l'affectation donnée aux locaux », dès lors que ce lieu n'est pas vide de meubles et d'occupation. 

Sont exclus de ce dispositif les autres biens immobiliers comme un garage, un terrain… ainsi que les locaux commerciaux qu’ils soient occupés ou vides. 

LES CONDITIONS À REMPLIR

Pour demander au préfet de mettre en demeure les squatteurs qu’ils quittent votre logement, vous devez au préalable :

1. Porter plainte au commissariat ou à la gendarmerie la plus proche pour violation de domicile. 

2. Faire la preuve qu’il s’agit bien de votre propriété (par exemple à l’aide de factures, documents fiscaux, titre de propriété). 

3. Faire constater l’occupation du logement par des squatteurs en appelant la police ou la gendarmerie. Un officier se déplacera sur les lieux pour constater l’occupation illicite. 

LA PROCÉDURE D’EXPULSION ADMINISTRATIVE 

La mise en demeure est notifiée aux squatteurs, qui ont un délai minimum de 24 heures pour quitter les lieux, et fait l’objet d’un affichage en mairie et sur le logement concerné.

Si les squatteurs n’ont pas quitté les lieux à l’issue de ce délai, le préfet doit faire évacuer logement avec l’appui des forces de l’ordre.

A SAVOIR :  même si les 3 conditions ci-dessus exposées sont remplies, le préfet n’est pas tenu ni de faire droit à la demande de mise en demeure, ni de mettre en mouvement la force publique. Il peut toujours refuser pour des motifs impérieux d'intérêt général, par exemple s’il y a des personnes âgées, des enfants, des femmes enceintes, le temps de trouver une solution adaptée. 

Dans ces cas-là, il conviendra de recourir à la procédure d’expulsion judiciaire, plus longue et plus coûteuse (voir article sur mon site).

Le Cabinet BARALE est à votre disposition pour toute action ou information. 

Me Michèle BARALE

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Maître Michèle BARALE, Avocate - Barreau de  NICE

Avocate au barreau de NICE depuis 1995, j’ai fondé mon cabinet en 2011. 

J'agis en droit civil, droit de la famille, droit de la responsabilité, droit immobilier et droit de l’urbanisme.

J'interviens, en contentieux ou en conseil, sur tout le territoire français, et plus particulièrement dans le ressort de la Cour d’appel d’AIX-EN-PROVENCE et de la région Sud.

Rechercher
Thèmes de publications
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles