COMMENT SAVOIR SI UNE CLAUSE EST ABUSIVE ?

Publié le Modifié le 07/07/2022 Vu 214 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les professionnels imposent parfois des clauses qui accroissent leurs droits et restreignent ceux de leurs clients. La loi protège alors les consommateurs contre ces clauses dites « abusives ».

Les professionnels imposent parfois des clauses qui accroissent leurs droits et restreignent ceux de leurs cli

COMMENT SAVOIR SI UNE CLAUSE EST ABUSIVE ?

Qu'est-ce qu'une clause abusive ?

Une clause est abusive lorsqu'elle crée, au détriment du consommateur (personne physique) ou du non-professionnel (personne morale), un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat.

Quel est le champ d'application de la protection ?

La réglementation sur les clauses abusives s'applique quels que soient la nature du contrat (vente, location, assurance, crédit, …), les produits concernés (meubles, immeubles ou prestations de services), la forme et le support du contrat (bon de commande ou de livraison, facture, bon de garantie, conditions générales de vente, brochure, catalogue, billet, …).

Comment reconnaître une clause abusive ?

Il existe deux listes de clauses abusives énoncées dans le code de la consommation : 

  • 12 clauses « noires » qui sont interdites sans contestation possible du professionnel (article R. 212-1)
  • 10 clauses « grises » qui sont présumées abusives jusqu’à preuve du contraire (article R. 212-2)

Vous pouvez également consulter les recommandations de la Commission des clauses abusives qui donne un avis sur la suppression de certaines clauses des contrats qu’elle estime abusives dans chaque secteur d'activité. 

IMPORTANT : Ces listes ne sont pas limitatives.

Il existe des dispositions d’ordre public qui interdisent des clauses comme par exemple :

- dans les contrats de bail, les clauses énumérées à l’article 4 de la loi du 6 juillet 1989 

- les clauses qui prévoient qu’en cas de litige, seul le tribunal de tel endroit sera compétent (article 48 du code de procédure civile

- toute clause ou convention obligeant le consommateur, en cas de litige, à recourir obligatoirement à une médiation préalablement à la saisine du juge (article L. 612-4 du code de la consommation).

Que faire si vous pensez qu’une clause est abusive ?

Dans un premier temps, vous pouvez vous contenter d’ignorer la clause qui vous impose une obligation ou à l’inverse, exercer le droit que la clause vous enlève. 

Si cela ne suffit pas, vous pouvez saisir le juge pour faire reconnaître le caractère abusif de la clause.  

  • Si la clause figure sur la liste noire : le juge la déclare nulle (un exemple ici). 
  • Si la clause figure sur la liste grise :  le juge apprécie le caractère abusif de la clause et si le professionnel ne prouve pas que la clause n’est pas abusive dans son contrat, il la déclare nulle. 
  • Si la clause est visée par une recommandation de la Commission des clauses abusives, c’est au consommateur de démontrer que la clause est abusive. 

Le reste des dispositions du contrat demeure valable et continuera de s’appliquer.

Le Cabinet BARALE est à votre disposition pour toute action ou information. 

Me Michèle BARALE

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Maître Michèle BARALE, Avocate - Barreau de  NICE

Avocate au barreau de NICE depuis 1995, j’ai fondé mon cabinet en 2011. 

J'agis en droit civil, droit de la famille, droit de la responsabilité, droit immobilier et droit de l’urbanisme.

J'interviens, en contentieux ou en conseil, sur tout le territoire français, et plus particulièrement dans le ressort de la Cour d’appel d’AIX-EN-PROVENCE et de la région Sud.

Rechercher
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles