COVID-19 : FAUT-IL L’ACCORD DES DEUX PARENTS POUR VACCINER UN ENFANT ?

Publié le Modifié le 26/07/2021 Vu 367 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Derrière cette question se pose la question de savoir si la vaccination peut être considérée comme un acte usuel de l’autorité parentale.

Derrière cette question se pose la question de savoir si la vaccination peut être considérée comme un acte

COVID-19 : FAUT-IL L’ACCORD DES DEUX PARENTS POUR VACCINER UN ENFANT ?

Qu’est-ce que l’autorité parentale ?

Les parents, même séparés, même si l’enfant ne vit pas en permanence avec eux, ont chacun des droits et des devoirs. La loi prévoit pour simplifier la vie quotidienne que les actes usuels peuvent être effectués ans avoir la signature de l’autre parent. La loi dit que chacun des parents est réputé agir avec l’accord de l’autre quand il fait seul un acte usuel de l’autorité parentale

Qu’est-ce qu’un acte usuel ?

La loi ne donne pas de définition ni de liste exhaustive des actes usuels mais la jurisprudence permet de dégager des critères : 

  • L’acte usuel est un acte du quotidien, qui n’a pas de conséquences lourdes (par exemple l’autorisation de sortie scolaire, la demande de carte d’identité, l’acte médical ordinaire) ou encore même s’il revêt un caractère important, un acte s’inscrivant dans une pratique antérieure non contestée. 
  • L’acte non usuel est celui qui a des conséquences importantes, qui présente des risques graves apparents, qui engage l’avenir ou qui touche aux droits fondamentaux de l’enfant. 

La vaccination est-elle un acte usuel ?

Juridiquement, cela ne dépend pas seulement du caractère obligatoire ou pas de la vaccination en question. Une décision récente du Conseil d’Etat en date du 4 octobre 2019 tend à inviter les médecins à prendre en compte aussi le contexte, les antécédents pour déterminer si l’acte relève d’un acte usuel ou pas. 

Ainsi, pour le vaccin non obligatoire contre la Covid-19, il faudrait analyser notamment les antécédents de l’enfant mineur, le caractère « indispensable » de l’acte, la vulnérabilité de l’enfant, les risques encourus, les effets indésirables, les recommandations des autorités sanitaires sur le vaccin…

Compte tenu des débats actuels, la Direction Générale de la Santé a édité une note qui précise que l’autorisation des 2 parents doit être recueillie sur un formulaire signé. Si un seul des parents est présent, il doit s’engager sur l’honneur à ce que le co-titulaire de l’autorité parentale ait donné son accord. 

Une exception cependant pour les adolescents à hauts risques pour lesquels la vaccination est fortement recommandée : le médecin doit s’assurer que l’autorisation est donnée par au moins un des parents

L’adolescent doit lui aussi donner son accord après avoir reçu toutes les informations nécessaires. (article L 1111-4 alinéa 7 du Code de la santé publique) 

En cas de désaccord familial, le Juge aux Affaires Familiales peut être saisi pour trancher. 

MISE A JOUR : le Parlement vient de voter le 25 juillet 2021 un amendement qui permet aux mineurs de 12 ans à 16 ans de se faire vacciner avec l'accord d'un seul de leurs parents et aux mineurs de 16 à 18 ans, sans accord parental.

Le Cabinet Barale est à votre disposition pour toute action ou information.

Me Michèle BARALE

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Michèle BARALE, Avocate - Barreau de  NICE

Avocate au barreau de NICE depuis 1995, j’ai fondé mon cabinet en 2011. 

J'agis en droit civil, droit de la famille, droit de la responsabilité, droit immobilier et droit de l’urbanisme.

J'interviens, en contentieux ou en conseil, sur tout le territoire français, et plus particulièrement dans le ressort de la Cour d’appel d’AIX-EN-PROVENCE et de la région Sud.

Rechercher
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles