DONATION - TESTAMENT EN FAVEUR D’UNE AUXILIAIRE DE VIE : C’EST DÉSORMAIS POSSIBLE

Publié le Modifié le 25/06/2021 Vu 698 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Abrogation de l’interdiction de recevoir : les aides à domicile peuvent désormais hériter de leur employeur défunt.

Abrogation de l’interdiction de recevoir : les aides à domicile peuvent désormais hériter de leur employe

DONATION - TESTAMENT EN FAVEUR D’UNE AUXILIAIRE DE VIE : C’EST DÉSORMAIS POSSIBLE

Le principe général pose que toute personne est libre de faire une libéralité à la personne de son choix, que ce soit par une donation de son vivant ou par voie de testament. 

La loi n’impose pas de restriction quant à l’identité du bénéficiaire de la libéralité. 

Des limites existent cependant : elles concernent certains professionnels qui peuvent être amenés à s’occuper de personnes vulnérables, malades, handicapés ou en fin de vie. 

Il s’agit notamment des médecins et autres professions médicales, telles que les auxiliaires médicaux, infirmiers ou pharmaciens. Sont également visés les personnes exerçant leur profession au sein d’EHPAD, ainsi que les accueillant familiaux et leurs concubins, partenaires, descendants ou ascendants.

Ou bien encore, en matière de tutelle et de curatelle, les tuteurs et curateurs professionnels et leur organisme de rattachement. Une telle interdiction vise également les ministres du Culte tels les prêtres, rabbins ou pasteurs.

L’interdiction frappait également jusqu'à présent le personnel de maison apportant une aide à domicile, afin d’éviter qu’il ne profite de la faiblesse d’une personne âgée ou handicapée dont il s’occupe pour obtenir un don ou un leg. 

CETTE INTERDICTION A ÉTÉ LEVÉE PAR LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL

Le Conseil constitutionnel a été chargé d’examiner un litige opposant une aide à domicile et les héritiers qui contestaient en justice le leg dont elle avait été gratifiée. 

Le Conseil a déclaré que l’interdiction générale qui limite la capacité de toutes les personnes âgées ou handicapées bénéficiant d’aide à domicile à disposer librement de leur patrimoine porte atteinte à leur droit de propriété. Compte tenu de cet état de fait, l’interdiction de recevoir des libéralités par donation ou disposition testamentaire des prestataires de services à la personne prévue par l’article L 116-4 du Code de l’action sociale est donc supprimée.

Désormais, les auxiliaires de vie pourront hériter de leur employeur défunt.  

LA PREUVE DU VICE DU CONSENTEMENT

Le postulat que la personne âgée n’est pas incapable pourra cependant toujours être contesté en rapportant la preuve d’altération de la capacité à consentir ou de vulnérabilité de la personne assistée à l’égard de celle qui l’assiste. 

Dans de tels cas, la nullité la libéralité pourra être invoquée en raison du consentement « vicié par l’erreur, le dol ou la violence ».

ABROGATION IMMÉDIATE 

Le Conseil constitutionnel ayant précisé que sa décision est applicable à toutes les affaires en cours non jugées, toutes les successions ouvertes depuis le 13 mars 2021 sont concernées par l’abrogation.

Décision du Conseil Constitutionnel n° 2020-888 QPC du 12 mars 2021

Je suis à votre disposition pour toute action ou information.

Me Michèle BARALE

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par olivia13
17/06/2021 15:48

Bonjour,

merci pour cet article. Serait-il possible de préciser la formule "applicable à toutes les affaires en cours non jugées" ?

Une succession ouverte en Février 2021 est-elle concernée par cette abrogation ?

Je vous remercie par avance.

2 Publié par MICHELEB
25/06/2021 10:18

Bonjour,

L'abrogation de l'interdiction s'applique à toutes les successions en cours, y compris à une succession ouverte en février 2021.

Me Michèle BARALE

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Michèle BARALE, Avocate - Barreau de  NICE

Avocate au barreau de NICE depuis 1995, j’ai fondé mon cabinet en 2011. 

J'agis en droit civil, droit de la famille, droit de la responsabilité, droit immobilier et droit de l’urbanisme.

J'interviens, en contentieux ou en conseil, sur tout le territoire français, et plus particulièrement dans le ressort de la Cour d’appel d’AIX-EN-PROVENCE et de la région Sud.

Rechercher
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles