LE DROIT TEMPORAIRE AU LOGEMENT ET LE DROIT VIAGER AU LOGEMENT DU CONJOINT SURVIVANT

Publié le Modifié le 24/06/2022 Vu 151 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Après le décès de son conjoint, le survivant peut bénéficier du droit d’habiter le logement principal du couple, ainsi que d’utiliser le mobilier le garnissant.

Après le décès de son conjoint, le survivant peut bénéficier du droit d’habiter le logement principal d

LE DROIT TEMPORAIRE AU LOGEMENT ET LE DROIT VIAGER AU LOGEMENT DU CONJOINT SURVIVANT

Il s’agit du droit temporaire au logement et du droit viager au logement.

LE DROIT TEMPORAIRE AU LOGEMENT offre au conjoint survivant la jouissance gratuite de son logement et du mobilier de ce logement pour une durée limitée d’un an suivant son veuvage.

Ce droit temporaire au logement s’exerce sous la condition d’occupation effective du logement d’habitation principale au moment du décès et porte sur :

  • soit un bien appartenant aux deux époux (bien commun ou bien indivis entre les époux)
  • soit un bien dépendant de la succession (bien personnel ou bien propre) 
  • soit un bien loué par bail d’habitation
  • soit un bien détenu en indivision avec un tiers

Dans les deux premières hypothèses, le conjoint occupe le bien pendant une année et la succession assume les frais relatifs à ce bien. Dans les deux dernières hypothèses, le conjoint paie un loyer au bailleur ou une indemnité d’occupation au tiers, puis la succession lui rembourse ce qu’il a versé pendant un an, y compris les charges de copropriété qu’il a assumées.

Le droit temporaire au logement est un droit d’ordre public auquel on ne peut déroger. 

LE DROIT VIAGER AU LOGEMENT s’exerce à la suite du droit temporaire et permet au conjoint survivant de jouir du logement sa vie durant, sous la même condition d’occupation effective à titre de résidence principale. 

Le conjoint bénéficie :

- d’un droit d’habitation sur le logement constituant sa résidence principale et appartenant aux époux ou dépendant totalement de la succession ainsi que d’un droit d’usage sur le mobilier le garnissant. 

- uniquement d’un droit d’usage viager sur le mobilier du logement si le logement était loué.  

Contrairement au droit temporaire, le droit viager au logement ne peut porter sur un bien détenu en indivision avec un tiers. 

Le droit viager n’est pas d’ordre public. Le conjoint peut en avoir été privé par le défunt mais uniquement par testament authentique. Pour que cette privation soit efficace, le défunt devra également le priver de ses droits légaux en usufruit, car à défaut, le conjoint survivant recueille l’usufruit de tous les biens existants (en l’absence de descendants issus d’un premier lit) ce qui absorbe le droit d’usage et d’habitation.

En outre, le droit viager n’est pas automatique (voir l'article sur mon site). Pour en bénéficier, le conjoint survivant doit manifester sa volonté dans un délai d’un an à partir du décès. 

Le choix de bénéficier du droit viager au logement n’est soumis à aucun formalisme ; il peut être exprimé de façon tacite mais ATTENTION, LE SEUL MAINTIEN DANS LE LOGEMENT NE VAUT PAS OPTION DU DROIT VIAGER.   

Il est fortement conseillé de formaliser par écrit sa volonté d’exercer ce droit faute de quoi, le conjoint risque d’être éventuellement expulsé par des héritiers, par exemple des enfants du défunt issus d’une première union.

Me Michèle BARALE

Le Cabinet BARALE est à votre disposition pour toute action ou information

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Maître Michèle BARALE, Avocate - Barreau de  NICE

Avocate au barreau de NICE depuis 1995, j’ai fondé mon cabinet en 2011. 

J'agis en droit civil, droit de la famille, droit de la responsabilité, droit immobilier et droit de l’urbanisme.

J'interviens, en contentieux ou en conseil, sur tout le territoire français, et plus particulièrement dans le ressort de la Cour d’appel d’AIX-EN-PROVENCE et de la région Sud.

Rechercher
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles