PENDANT COMBIEN DE TEMPS PEUT-ON ME RÉCLAMER UN IMPAYÉ DE CREDIT À LA CONSOMMATION ?

Publié le Modifié le 23/04/2021 Vu 556 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le Code de la consommation fixe un délai de 2 ans pour les professionnels pour agir à l’encontre des consommateurs.

Le Code de la consommation fixe un délai de 2 ans pour les professionnels pour agir à l’encontre des conso

PENDANT COMBIEN DE TEMPS PEUT-ON ME RÉCLAMER UN IMPAYÉ DE CREDIT À LA CONSOMMATION ?

Dans le cas où un consommateur ne paye plus les échéances d’un crédit à la consommation qu’il soit affecté (crédit mariage, voiture, moto, travaux…) ou non (prêt personnel) ou bien encore en cas de crédit tacitement consenti sous forme de découvert en compte courant, l’organisme bancaire qui laisse passer un délai de 2 ans sans saisir le juge, ne peut plus réclamer le paiement de l’impayé au consommateur.

Il s’agit d’un délai de forclusion (et non de prescription), c’est-à-dire un délai préfix qui ne peut pas être interrompu ou suspendu et qui ne peut pas non plus être prolongé ou aménagé (contrairement au crédit immobilier). Il s’agit d’une protection complémentaire du consommateur. 

Seule la demande en justice formée avant l’expiration du délai de 2 ans devant la juridiction compétente est recevable. 

 

LE POINT DE DÉPART DU DÉLAI DE 2 ANS

Le point de départ du délai de forclusion est :

  • la date du premier incident de paiement non régularisé des crédits revolving et reconstituables.
  • la résiliation du contrat en cas de crédit tacitement consenti sous forme de découvert

ATTENTION : en cas de paiements partiels effectuées avec retard, il faut analyser le décompte détaillé de l’historique des règlements afin de fixer le point de départ du délai de forclusion. 

La connaissance des règles techniques en la matière est primordiale pour ne pas laisser l’organisme prêteur fixer le point de départ de la forclusion comme il l’entend. 

 

LE CAS OÙ LA BANQUE A OBTENU JUGEMENT

Lorsqu’un jugement a été rendu condamnant l’emprunteur au paiement de sa dette, un nouveau délai de 10 ans s’ouvre pendant lequel l’établissement prêteur peut poursuivre l’exécution de la dette constatée dans le jugement.

Les sociétés de recouvrement et les huissiers sont en droit de s’appuyer sur ce jugement pour réclamer le paiement de la dette dans ce délai de 10 ans.  

 RECOMMANDATIONS : Lorsque vous recevez une demande de remboursement de la part aussi bien du service contentieux de l’organisme bancaire que d’une société de recouvrement ou d’un huissier, vous devez d’abord demander s’il dispose d’un jugement et en réclamer une copie

S’il n’y a pas de jugement et s’il y a plus de 2 ans depuis le premier incident de paiement, vous pouvez invoquer l'article L 137-2 devenu l'article L218-2 du Code de la consommation  pour vous opposer à la demande de remboursement. 

A l’inverse, s’il existe bien un jugement, il faut faire attention à la date à laquelle il a été rendu et vérifier la date de signification.  

Je suis à votre disposition pour toute action ou information. 

Me Michèle BARALE

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Michèle BARALE, Avocate - Barreau de  NICE

Avocate au barreau de NICE depuis 1995, j’ai fondé mon cabinet en 2011. 

J'agis en droit civil, droit de la famille, droit de la responsabilité, droit immobilier et droit de l’urbanisme.

J'interviens, en contentieux ou en conseil, sur tout le territoire français, et plus particulièrement dans le ressort de la Cour d’appel d’AIX-EN-PROVENCE et de la région Sud.

Rechercher
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles