PEUT-ON OBTENIR LE REMBOURSEMENT DE DÉPENSES PAYÉES POUR UN BIEN EN INDIVISION ?

Publié le 15/03/2021 Vu 352 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La question se pose aussi bien après une séparation qu'après un héritage.

La question se pose aussi bien après une séparation qu'après un héritage.

PEUT-ON OBTENIR LE REMBOURSEMENT DE DÉPENSES PAYÉES POUR UN BIEN EN INDIVISION ?

Après une séparation, un époux/se, un partenaire de PACS, un(e) concubin(e) peut habiter seul(e) dans un logement acheté en couple, ou bien un héritier peut continuer d’habiter et/ou simplement gérer un bien tant que celui-ci n’a pas été partagé. 

L’indivisaire qui paye avec ses deniers personnels des dépenses nécessaires à la conservation du bien ou à son amélioration peut en demander le « remboursement » à l’indivision au moment des comptes entre les parties.

Sont considérées comme des dépenses pour la conservation de l’immeuble donnant droit à remboursement :

  • le paiement de l’assurance habitation qui tend à la conservation de l’immeuble et incombe à l’indivision en dépit de l’occupation privative d’un des indivisaires
  • la prise en charge des impôts fonciers, les impôts locaux et la partie des charges de copropriété qui ne sont pas récupérables sur un occupant
  • le paiement des échéances du crédit immobilier
  • le paiement de la taxe d’habitation comme en a jugé la Cour de Cassation dans un arrêt récent
  • de façon générale, les travaux de conservation rendus nécessaires au maintien de sa valeur ou de son intégrité (réfection, réparation)

BON A SAVOIR : L’indivisaire peut demander à se faire indemniser sans attendre le partage alors que ce n’est pas possible avec des dépenses d’amélioration.

Il est également tenu compte des dépenses d’amélioration du bien indivis en fonction de l’équité et selon l’augmentation de la valeur du bien au jour du partage.

En revanche, les dépenses d’entretien n’entrainent pas droit à remboursement.

Si un des indivisaires occupe le bien à titre exclusif, il peut être redevable d’une indemnité d’occupation, sauf dispositions contraires de l’ordonnance de non conciliation ou d’une convention d’indivision par exemple.

En ce domaine, chaque cas est particulier et il fortement recommandé de consulter un Avocat qui pourra apprécier les circonstances particulières de votre situation afin de vous conseiller. 

Cour de Cassation, 1ère civile, 10 février 2021, n° 19-19.271

Me Michèle BARALE

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Michèle BARALE, Avocate - Barreau de  NICE

Avocate au barreau de NICE depuis 1995, j’ai fondé mon cabinet en 2011. 

J'agis en droit civil, droit de la famille, droit de la responsabilité, droit immobilier et droit de l’urbanisme.

J'interviens, en contentieux ou en conseil, sur tout le territoire français, et plus particulièrement dans le ressort de la Cour d’appel d’AIX-EN-PROVENCE et de la région Sud.

Rechercher
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles