LE PROPRIÉTAIRE PEUT-IL OBTENIR UNE INDEMNISATION EN CAS D’IMPOSSIBILITÉ D’EXPULSER UN LOCATAIRE ?

Publié le Modifié le 17/06/2021 Vu 339 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le propriétaire qui se voit refuser le concours de la force publique peut demander à l’Etat une indemnisation qui compense les loyers non versés.

Le propriétaire qui se voit refuser le concours de la force publique peut demander à l’Etat une indemnisat

LE PROPRIÉTAIRE PEUT-IL OBTENIR UNE INDEMNISATION EN CAS D’IMPOSSIBILITÉ D’EXPULSER UN LOCATAIRE ?

Une fois que le propriétaire a obtenu une décision définitive qui prononce la résiliation d’un contrat de location pour défaut de paiement des loyers ou manquements du locataire à ses obligations, il convient de mettre en œuvre la procédure d’expulsion. 

Toutefois, l’expulsion est suspendue pendant la période de trêve hivernale, c’est-à-dire entre le 1er novembre et le 31 mars de chaque année. A titre exceptionnel, la date de la fin de la trêve a été repoussée cette année au 31 mai en raison de la crise sanitaire. 

Pour autant, le propriétaire ne peut pas toujours obtenir l’expulsion de ses locataires, même s’il a obtenu une décision de justice dans ce sens et que la trêve est terminée. En effet, la procédure d’expulsion doit être mise en œuvre par un huissier, mais ce dernier ne peut pas contraindre le locataire à quitter le logement si celui-ci refuse.

Pour procéder à l’expulsion d’un locataire, il faut que les forces de police soient présentes. Or, ce « concours de la force publique » selon l’expression consacrée, relève du pouvoir discrétionnaire du Préfet et peut être refusé. 

En contrepartie, le propriétaire qui se voit refuser le concours de la force publique peut demander à l’Etat une indemnisation qui compense les loyers non versés et d’une façon générale tous les préjudices qui sont la conséquence directe du refus d’accorder le concours de la force publique qui a rendu possible la poursuite de l’occupation irrégulière. 

Pour obtenir cette indemnisation et réussir à faire intervenir les forces de police, le concours d’un Avocat est précieux, voire indispensable. 

Dès le début du processus d’expulsion, celui-ci est en effet à même d’écrire au Préfet afin d’insister sur la nécessité d’accorder le concours de la force publique. Si malgré tout, le refus persiste, il pourra saisir le Tribunal Administratif pour mettre en cause la responsabilité de l’Etat et demander l’indemnisation du propriétaire. 

La recevabilité de la demande d’indemnisation suppose qu’en amont, certaines démarches aient été effectuées : envoi du commandement de quitter les lieux signifié à l’occupant au Préfet qui dispose d’un délai de 2 mois pour répondre ; envoi d’une demande préalable d’indemnisation en cas de rejet express ou implicite d’accorder le concours de la force publique. 

La demande d’indemnisation présentée au Tribunal doit être détaillée et justifiée : il faut établir l'existence d'un lien de causalité entre le retard dans l'exécution matérielle du concours de la force publique par l'autorité administrative et apporter des éléments de preuve pour chaque préjudice invoqué (préjudice de perte de loyers, préjudice moral, préjudice de privation de jouissance…)

A défaut, la demande d’indemnisation pourra être rejetée ou la réparation allouée par le Tribunal risque d’être considérablement limitée. 

Le Cabinet BARALE est à votre disposition pour vous conseiller et répondre à vos questions en matière de responsabilité. 

Me Michèle BARALE

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Michèle BARALE, Avocate - Barreau de  NICE

Avocate au barreau de NICE depuis 1995, j’ai fondé mon cabinet en 2011. 

J'agis en droit civil, droit de la famille, droit de la responsabilité, droit immobilier et droit de l’urbanisme.

J'interviens, en contentieux ou en conseil, sur tout le territoire français, et plus particulièrement dans le ressort de la Cour d’appel d’AIX-EN-PROVENCE et de la région Sud.

Rechercher
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles