QUEL EST LE DÉLAI DE PRESCRIPTION POUR EXÉCUTER UNE DÉCISION DE JUSTICE ?

Publié le 28/04/2022 Vu 842 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Vous bénéficiez d’une décision de justice ou à l’inverse, un jugement de condamnation a été rendu à votre encontre, savez-vous que cette décision de justice se prescrit après un délai de 10 ans ?

Vous bénéficiez d’une décision de justice ou à l’inverse, un jugement de condamnation a été rendu à

QUEL EST LE DÉLAI DE PRESCRIPTION POUR EXÉCUTER UNE DÉCISION DE JUSTICE ?

LE DÉLAI DE PRESCRIPTION DE DIX ANS

La loi dispose qu’une décision de justice peut être exécutée pendant dix ans. Au-delà de ce délai de dix ans, les effets juridiques de la décision de justice disparaissent et vous perdez le droit d’en demander l’exécution forcée. 

Cette prescription décennale s’applique à tous les titres exécutoires :

  • les décisions de justice (qu’il s’agissent d’un jugement, d’un arrêt, d’une ordonnance) ayant acquis force de chose jugée émanant des juridictions de l'ordre judiciaire ou de l’ordre administratif 
  • les transactions auxquelles une juridiction a conféré la formule exécutoire 
  • les jugements étrangers 
  • les sentences arbitrales exécutoires

ATTENTION : Les accords issus conclus dans le cadre d'une conciliation de justice ou d'une médiation doivent être homologués par le juge pour devenir des titres exécutoires.

LE CALCUL DU DÉLAI DE PRESCRIPTION DE DIX ANS

Le point de départ du délai est le lendemain de la date de signification par huissier pour les décisions judiciaires. 

Le dernier jour de la prescription est le jour qui porte le même quantième que le 1er jour du délai de prescription. 

Par exemple, pour un jugement en date du 22 avril 2014 qui a été signifié par huissier le 14 mai 2014, le premier jour de prescription est le 15 mai 2012 et le dernier jour du délai sera le 15 mai 2024 (à minuit). 

Cependant, ce délai peut être interrompu :

- Soit par une mesure conservatoire prise en application du code des procédures civiles d'exécution : une saisie conservatoire ou une sûreté judiciaire (notamment l’hypothèque judiciaire) 

- Soit par un acte d'exécution forcée : saisie-vente, saisie-attribution sur un compte bancaire etc.  

IMPORTANT : Une lettre recommandée de mise en demeure n’est pas une cause d’interruption même si elle émane d’un huissier de justice.  

- Soit par une reconnaissance de la dette par le débiteur,  par exemple :

  • la lettre par laquelle vous demandez une remise de votre dette au créancier 
  • le paiement spontané d’une partie de la dette 
  • une déclaration à la Banque de France donnant lieu à un plan de surendettement 

La reconnaissance, même partielle, peut avoir un effet interruptif pour l'ensemble de la créance. 

En cas d’interruption, un nouveau délai de dix ans recommence à courir à compter de l’acte interruptif.

Le Cabinet BARALE est à votre disposition pour toute action ou information. 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par voltigeur
05/07/2022 09:32

Ceci n'est pas un commentaire, mais plutôt une question, si c'est possible bien sûrs.
Je suis redevable d'une dette à URSSAF cela va faire maintenant plus de dix ans, y a t-il préscription ou pas même avec les mise en demeure.
Merci pour votre réponse, Cordialement.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Maître Michèle BARALE, Avocate - Barreau de  NICE

Avocate au barreau de NICE depuis 1995, j’ai fondé mon cabinet en 2011. 

J'agis en droit civil, droit de la famille, droit de la responsabilité, droit immobilier et droit de l’urbanisme.

J'interviens, en contentieux ou en conseil, sur tout le territoire français, et plus particulièrement dans le ressort de la Cour d’appel d’AIX-EN-PROVENCE et de la région Sud.

Rechercher
Thèmes de publications
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles