La mise en place du CSE dans les TPE

Publié le 05/05/2021 Vu 821 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Depuis l’ordonnance n° 2017-1386 du 22 septembre 2017, les anciennes institutions représentatives du personnel (CE, DP, CHSCT) ont été fusionnées en une seule, le Comité social et économique.

Depuis l’ordonnance n° 2017-1386 du 22 septembre 2017, les anciennes institutions représentatives du perso

La mise en place du CSE dans les TPE
Depuis l’ordonnance n° 2017-1386 du 22 septembre 2017, les anciennes institutions représentatives du personnel (comité d’entreprise, délégué du personnel, comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) ont été fusionnées en une seule, le Comité social et économique.

Cette obligation de mise en place pèse dans toute entreprise disposant de manière constante d’un effectif d’au moins 11 salariés (A). Par ailleurs, la mise en place du CSE est allégée dans toute entreprise comportant entre 11 et 20 salariés (B).



A/ L’obligation de mettre en place un CSE
Conformément à l’article L. 2311-2 du code du travail, la mise en place d’un CSE n'est obligatoire que dans les entreprises comptabilisant au moins 11 salariés pendant douze mois consécutifs.

Le calcul des effectifs se fait selon les règles de droit commun fixées aux articles L. 1111-2 et L. 1251-54 du code du travail. Plus particulièrement, les règles de décompte peuvent être résumées dans le tableau suivant :

Type de contrats Prise en compte dans l’effectif
CDI Oui, même les salariés dont le contrat est suspendu
Travailleur à domicile Oui
CDD et salarié temporaires Oui : au prorata de leur temps de présence sur les 12 derniers mois
Non : si remplacement d’un autre salarié absent temporairement
Travail intermittent Oui
Travail à temps partiel Oui au prorata de leur temps de travail
Apprentissage / contrat de professionnalisation Non
Contrat initiative emploi Non
Contrat d’accompagnement dans l’emploi Non
Stagiaires Non


Il conviendra de vérifier si le seuil de 11 salariés a été atteint durant 12 mois consécutifs. Si, au cours d’un mois donné, l’effectif est inférieur à 11 salariés, le décompte repart de zéro

A titre d’illustration, si au cours de l’année 2020, une entreprise a eu plus de 11 salariés de janvier à novembre mais que celui-ci est passé en-dessous de ce seuil au mois de décembre, le décompte des 12 mois consécutifs repart de zéro à compter de janvier 2021. Dès lors, dans cet exemple, l’entreprise n’a aucune obligation, à l’heure actuelle, de mettre en place un CSE.

Une fois ce seuil atteint, il appartient à l’employeur de procéder aux élections professionnelles. L’omission ou le refus de les organiser peut sinon caractériser un délit d’entrave (Cass. crim., 15 mai 2007, n° 06-86.896).

Outre cette infraction pénale, tout salarié sera susceptible de réclamer des dommages et intérêts en raison de cette carence de son employeur (Cass. soc., 17 octobre 2018, n° 17-14.392).

Enfin, l’article L. 2314-8 du code du travail permet à un salarié ou un syndicat de réclamer l’engagement de la procédure des élections. Cette même disposition impose alors à l’employeur d’y procéder suivant un délai d’un mois à compter de la réception de la demande.

On notera, à ce titre, que le salarié demandeur bénéficie d’une protection en cas de licenciement nécessitant l’autorisation de l’inspecteur du travail dans les six mois suivant cette demande (Article L. 2411-6 du code du travail).



B/ La mise en place du CSE pour les entreprises de 11 à 20 salariés


Dans un premier temps, pour les entreprises de 11 à 20 salariés, le processus électoral est simplifié. En effet, l’article L. 2314-4 du code du travail impose à l’employeur d’informer l’ensemble de ses salariés de la future mise en place du CSE. En pratique, cette information se fait de manière collective par voie d’affichage sur le lieu de travail.

A compter de cette information, si aucun salarié ne s’est manifesté dans un délai de 30 joursle processus électoral se termine. L’employeur peut alors directement établir un procès-verbal de carence qui devra être porté, d’une part, à la connaissance des salariés et, d’autre part, transmis à l’inspecteur du travail dans un délai de 15 jours à compter de son établissement par courrier recommandé (Article L. 2314-9 du code du travail).

Dans l’hypothèse où un salarié s’est manifesté dans le délai de 30 jours, il conviendra alors de se reporter au processus électoral applicable pour les entreprises de plus de 20 salariés.

Ces règles spécifiques ont pour avantage d’aller au plus simple et permettent ainsi d’être facilement mise en œuvre par les TPE qui, généralement, ne possède pas de service de ressources humaines.

En revanche, elle écarte totalement les organisations syndicales du processus électoral dès lors que l’employeur n’a aucune obligation de les informer de l’organisation des élections. Cette omission est d’ailleurs contradictoire au monopole détenu par les OSR lors du premier tour des élections professionnelles. Il est ainsi paradoxal d’attendre une manifestation des salariés pour déclencher l’engagement des élections, alors même qu’ils ne pourront se présenter qu’au second tour.

Il n’est pas impossible que dans le futur, la Cour de cassation soit amenée à interpréter ses dispositions pour imposer à l’employeur d’informer, au préalable, les OSR de la branche pour que celles-ci puissent utilement renseigner les salariés de l’entreprise.

Maître Florent LABRUGERE

Avocat au Barreau de LYON

https://www.labrugere-avocat-lyon.fr/


N.B : Cet article est mis en ligne uniquement à des fins d'information. En raison de l'évolution permanente de la législation et la jurisprudence, le Cabinet ne peut toutefois pas garantir son application actuelle et vous invite à l’interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.