La rupture d'une période d'essai en cas d'accident du travail

Publié le 09/05/2022 Vu 2 886 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Par cet arrêt, la Cour d'appel d’AGEN est amenée à combiner les règles applicables en matière de rupture de période d’essai et celles relatives à la protection des salariés en arrêt consécutif à un accident du travail.

Par cet arrêt, la Cour d'appel d’AGEN est amenée à combiner les règles applicables en matière de ruptu

La rupture d'une période d'essai en cas d'accident du travail
INFOGRAPHIE_CA_AGEN_.pdf

CA AGEN, 3 mai 2022, RG n° 21/00370  *

Par cet arrêt, dont l'infographie synthétique est téléchargeable, la Cour d'appel d’AGEN est amenée à combiner les règles applicables en matière de rupture de période d’essai et celles relatives à la protection des salariés en arrêt consécutif à un accident du travail.


Plus précisément, l’article L. 1221-20 du code du travail dispose que la période d'essai permet à l'employeur d'évaluer les compétences du salarié dans son travail, notamment au regard de son expérience, et au salarié d'apprécier si les fonctions occupées lui conviennent.

La rupture de la période d’essai n’obéit à aucun formalisme particulier, de telle sorte qu’elle peut valablement être exprimée de manière verbale (Cass. soc., 9 décembre 1998, n° 97-42.858).

Elle ne peut, cependant, être faite à l’oral devant le personnel de l’entreprise (Cass. soc., 7 février 2001, n° 99-42.041).

En tout état de cause, elle doit être explicite, de telle sorte que la rupture ne peut résulter d’un seul abandon de poste (Cass. soc., 24 juin 2020, n° 17-28.067).

Par ailleurs, en vertu de l’article L. 1226-9 du code du travail, au cours des périodes de suspension du contrat de travail, l'employeur ne peut rompre ce dernier que s'il justifie soit d'une faute grave de l'intéressé, soit de son impossibilité de maintenir ce contrat pour un motif étranger à l'accident ou à la maladie.

Il ressort d’une jurisprudence constante que cette protection s’applique durant la période d’essai (Cass. soc., 12 mai 2004, n° 02-44.325).

Au cas d’espèce, la Cour d’appel d’AGEN a dû combiner ces règles.

Plus précisément, une salariée a vu sa période d'essai être rompue. Le jour même de cette  rupture, elle a été victime d'un malaise pris en charge en tant qu'accident du travail par la CPAM.

Ainsi, pour voir si la protection des accidentés du travail s’appliquait, se posait la question de savoir si l’accident du travail est survenu avant la notification de la rupture de la période d’essai.

Or, au cas présent, la Cour note que les parties s'accordent sur le fait que lorsque la salariée est arrivée sur son lieu de travail, son responsable lui a immédiatement notifié la rupture de sa période d'essai, sans invoquer de motif. Elle relève ensuite que ce n'est qu'après cette annonce que la salariée aurait été victime d'un malaise et transportée aux urgences.

La Cour en déduit que lors de la notification de la rupture de la période d'essai réalisée par l'annonce qui en a été faite verbalement par son responsable et la remise de la lettre de rupture, nonobstant l'absence de signature de la salariée, le contrat de travail n'était pas suspendu, l'accident de travail ne s'étant pas encore produit. L'employeur ne se trouvait pas dans une période consécutive à l'accident du travail mais dans une période antérieure, fût elle de quelques instants.

La salariée ne bénéficiait donc pas de la protection accordée lors de la suspension d'un contrat de travail consécutif à un accident du travail. Dès lors, la Cour déboute la demanderesse de sa demande de nullité de la rupture de son contrat de travail.

Maître Florent LABRUGERE

Avocat au Barreau de LYON

https://www.labrugere-avocat-lyon.fr/


N.B : On ne sait pas, au jour de la rédaction de ce billet, si l’arrêt est définitif et n’a pas fait l’objet d’un pourvoi en cassation.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Blog de Maître Florent LABRUGERE

Bienvenue sur le blog de Blog de Maître Florent LABRUGERE

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles