Le préjudice d'agrément en matière de faute inexcusable

Publié le 22/11/2021 Vu 286 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Par cet arrêt, la Cour d'appel de CAEN est amenée à statuer sur la liquidation des préjudices en matière de faute inexcusable et, plus particulièrement, sur le préjudice d’agrément.

Par cet arrêt, la Cour d'appel de CAEN est amenée à statuer sur la liquidation des préjudices en matiè

Le préjudice d'agrément en matière de faute inexcusable
INFOGRAPHIE_CA_CAEN_.pdf

CA CAEN, 18 novembre 2021, RG n° 18/03040 *

Par cet arrêt, dont l'infographie synthétique est téléchargeable, la Cour d'appel de CAEN est amenée à statuer sur la liquidation des préjudices en matière de faute inexcusable et, plus particulièrement, sur le préjudice d’agrément.


Au cas présent, il était question d’un salarié intérimaire victime d’un accident du travail au sein de l’entreprise utilisatrice où il avait été mis à disposition. Ultérieurement, la faute inexcusable de l’entreprise de travail temporaire et de l’entreprise utilisatrice a été reconnue dans la survenance dudit accident.

Une expertise médicale a donc été ordonnée en vue d’apprécier les préjudices du salarié, dont un potentiel préjudice d’agrément.

En la matière, il convient de se reporter aux articles L. 452-1 et suivants du code de la sécurité sociale.

Plus particulièrement, en cas de reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur, le salarié bénéficie d’une majoration de son éventuelle rente qui lui a été accordée par la CPAM suite à son accident du travail ou sa maladie professionnelle. En pratique, cette majoration a pour effet de doubler le montant de la rente.

Par ailleurs, outre cette majoration, l’article L. 453-2 du code précité prévoit que le salarié est en droit de réclamer la réparation du préjudice causé par les souffrances physiques et morales endurées, de ses préjudices esthétiques et d'agrément ainsi que celle du préjudice résultant de la perte ou de la diminution de ses possibilités de promotion professionnelle.

S’agissant plus particulièrement du préjudice d’agrément, celui-ci est défini par la jurisprudence comme « l'impossibilité pour la victime de continuer à pratiquer régulièrement une activité spécifique sportive ou de loisirs » (Cass. civ. 2ème, 2 mars 2017, n° 15-27.523 : tel est le cas par exemple d’une activité de l’horticulture).


De même, peut justifier l’octroi de dommages et intérêts au titre d’un préjudice d’agrément une limitation substantielle de la pratique des activités de bricolage et de cyclisme antérieure à la maladie professionnelle dont la victime est atteinte (Cass. civ. 2ème, 22 octobre 2020, n° 19-15.951).

En revanche, il appartient à la victime de rapporter la preuve de la pratique d'une activité spécifique sportive ou de loisir antérieure à l’accident du travail ou la maladie professionnelle à l’origine de la reconnaissance de la faute inexcusable. Ainsi, une atteinte générale à toute activité physique, sans preuve d’une pratique régulière antérieure, ne suffit pas à caractériser un préjudice d’agrément (Cass. civ. 2ème, 3 juin 2021, n° 20-13.574).

Au cas d’espèce, après avoir rappelé les textes applicables en la matière, la Cour d'appel de CAEN est amenée à s'intéresser à la liquidation des préjudices du salarié, dont un préjudice d'agrément invoqué par ce dernier.

La Cour rappelle ainsi que ce préjudice concerne les activités sportives, ludiques ou culturelles devenues impossibles ou limitées en raison des séquelles de l'accident. Il appartient alors à la victime de justifier de la pratique de ces activités (licences sportives, adhésions d'associations, attestations) et de l'évoquer auprès du médecin expert afin que celui-ci puisse confirmer qu'elle ne peut plus pratiquer ces activités.

Dans le cadre de son rapport d'expertise, l'expert constatait que du fait de l'accident, le salarié a cessé la musculation, le billard et la musique. Cependant, aucune pièce n'est produite pour justifier de la pratique régulière de l'une de ces activités avant l'accident du travail.

Dès lors, le salarié ne rapportait pas la preuve d'une pratique régulière antérieure, de sorte que la Cour l'a débouté de sa demande d'indemnisation sur ce point.

Maître Florent LABRUGERE

Avocat au Barreau de LYON

https://www.labrugere-avocat-lyon.fr/


N.B : On ne sait pas, au jour de la rédaction de ce billet, si l’arrêt est définitif et n’a pas fait l’objet d’un pourvoi en cassation.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.